Search
vendredi 25 mai 2018
  • :
  • :

« Campagne prématurée »: Soumi tombe dans son propre piège

La campagne électorale à l’occasion du premier tour de la présidentielle du 29 juillet prochain sera ouverte le samedi 7 juillet 2018 à zéro heure et elle est close le vendredi 27 juillet 2018 à minuit. Ainsi en a décidé le Conseil des ministres en sa session extraordinaire le 27 avril 2018. Mais depuis, une semaine, le chef de file de l’opposition agace les populations de la capitale par ses images sur presque tous les panneaux publicitaires géants. Campagne prématurée si tu nous tiens !

C’est le chef de file de l’opposition lui-même et ses partisans qui ont lancé la première flèche, à travers un communiqué intitulé « campagne prématurée » du chef de l’État suite à sa dernière visite de Ségou. Dans ce communiqué, on peut lire : « L’opposition dénonce la campagne électorale anticipée déclenchée par le président de la République sortant et ses soutiens tapis dans l’appareil d’État… l’ORTM est instrumentalisé sans retenue par le président et ses partisans ». Et pourtant, en prélude à son investiture prévue pour le 12 mai prochain, les photos de Soumaïla Cissé sont sur tous les panneaux publicitaires. De Yirimadio au centre-ville de Bamako, presque tous les panneaux publicitaires affichent le meeting d’investiture de Soumaila CISSE, candidat de l’URD, non moins chef de file de l’opposition politique.
Qui du Président IBK, dont le mandat court jusqu’au 4 juillet et qui était en mission régalienne de l’Etat, et le candidat Soumaila CISSE, qui annonce en grande pompe son investiture, est en campagne anticipée ?
La réponse a été donnée par le Président IBK à la faveur d’une rencontre officielle : « …. je comprends que jusqu’ici, nous ayons les uns et les autres observé le temps de la rigueur légale et constitutionnelle qui voulait un respect scrupuleux de la Constitution qui prévoit que tant que le collège électoral n’est pas convoqué nul n’a le droit de se mettre en campagne sous quelle que forme que ce soit. Et pourtant, on a entendu çà et là des candidatures lancées de manière vigoureuse, mais anticonstitutionnelle ».
Autant que si l’on a le pantalon troué, on se garde de monter sur l’arbre de transparence. Si la visite du président IBK à Ségou a fait des vagues, il reste clair qu’il n’a en aucun cas fait d’élection à Ségou encore moins sa candidature à une élection.
À Ségou où il était en visite officielle, le Président IBK est parti pour inaugurer l’échangeur moderne et ses voies d’accès, dont il avait posé lui-même posé la première pierre ; présider le Conseil national de l’Agriculture.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *