Search
lundi 19 octobre 2020
  • :
  • :

08 Mars: la MPFEF au chevet des femmes de la C.VI

Dans la mouvance de la journée internationale des droits des femmes, la ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille (MPFEF) a effectué une visite de courtoisie auprès des pensionnaires du Centre de détention pour femmes de Bollé, avant de précéder à l’ouverture du Centre d’autopromotion de Yirimadio réhabilité à hauteur de 60 millions de FCFA.  C’était le vendredi 6 mars, en présence des autorités traditionnelles et administratives de la commune VI.   

Après la prière du vendredi, la première étape de cette sortie de la ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Dr DIAKITE Aïssata Kassa TRAORE, a été le Centre spécialisé de détention, de rééducation et de réinsertion pour femmes de Bollé, où les pensionnaires l’ont accueillie avec allégresse. Elles se sont réjouies de cette visite, qui, selon elles, était une première dans l’histoire du département de la femme qu’un ministre se déplace pour leur rendre une visite de courtoisie.  Occasion pour elles de parler à cœur ouvert  à l’hôte du jour.

Il s’agissait pour Dr DIAKITE de magnifier ces femmes privées de liberté qui suivent leur destin. Le mois de mars étant consacré à la femme, le département a décidé de mettre en valeur toutes les femmes, du Nord au Sud, où qu’elles soient, a-t-elle indiqué.  L’occasion était favorable pour la ministre de prodiguer des conseils aux pensionnaires tout en les encourageant à une vie meilleure une fois hors des murs de ce centre de détention.  « Nous ne sommes pas venues ici pour vous juger. Nous sommes là aujourd’hui pour vous dire que l’erreur est humaine.  Vous devez pouvoir en tirer les leçons pour le reste de la vie », a-t-elle prodigué des conseils.  Pour la cause, Dr DIAKITE leur a offert des pagnes à estampillés 8 mars 2020.

Selon la directrice des lieux, MAÏGA Hadizata MAÏGA, le Centre compte aujourd’hui 162 détenues de plusieurs nationalités, dont 18 filles mineures et 28 enfants accompagnant leurs mamans. Elles apprennent et exercent la teinture, la coupe et couture, la coiffure, et la savonnerie. Une manière de les occuper pour qu’à leur sortie déjà, elles cultivent l’autonomisation.

La seconde étape de l’après-midi a concerné le Centre d’autopromotion de Yirimadio où du monde l’attendait pour l’ouverture dudit centre après sa réhabilitation. En effet, la ministre, lors de son passage en mai dernier, avait promis de rénover carrément le local en état de délabrement total. Chose dite, chose faite. Le joyau qui est sorti de terre en moins d’un an a coûté la bagatelle de 60 millions de FCFA au département. L’objectif est d’offrir un cadre idéal de travail aux femmes. Une vision de la Politique Nationale Genre visant à réduire les inégalités entre les sexes, et à améliorer le statut socioéconomique et politique de la femme, en renforçant leur insertion dans la chaîne de production, l’accès égal aux opportunités d’emploi, et aux facteurs de production. A cet effet, c’est donc un défi et une responsabilité, pour les Centres d’autopromotion des femmes qui accueillent les femmes, de s’inscrire dans la dynamique du développement, en faisant de ce joyau, une référence fondamentale, au service de l’épanouissement de la communauté.

A noter que le Centre, selon son chef, Oumar TRAORE, dispose d’une unité de teinture, de savonnerie, de coupe et couture et d’alphabétisation dans le but de renforcer les femmes pour que les AGR puissent leur être bénéfique.

PAR CHRISTELLE KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *