Search
mercredi 16 octobre 2019
  • :
  • :

18e anniversaire du RPM: les conseils du président IBK pour un Mali uni

30 juin 2001-30 juin 2019, le parti Rassemblement pour le Mali (RPM) a 18 ans. Ce 18e anniversaire a été célébré avec faste, hier dimanche, au CICB. C’était en présence du président IBK, fondateur du parti ; du président actif, le Dr Bokary TRETA ; des responsables du parti venus de Bamako et de l’intérieur du pays ; des représentants de plusieurs partis amis ; du corps diplomatique et des notabilités de Bamako.

Les thèmes retenus pour cette célébration étaient entre autres : parcours du parti ; accord politique de gouvernance ; femmes et élections ; jeunesse et emploi.

Contexte d’insécurité

Le président du RPM, le Dr Bokary TRETA, a déclaré que les festivités du 18e anniversaire du parti du Tisserand se déroulent dans un contexte marqué par une insécurité grandissante liée aux violences commanditées et perpétrées par des djihadistes, des narcotrafiquants, et des bandits armés de tout ordre, qui sèment la terreur parmi les populations civiles, les forces armées nationales et internationales.

Aussi, a-t-il noté que cet anniversaire intervenait dans un contexte d’accord politique de gouvernance, de vote de la deuxième prorogation du mandat de la législature et le vote de la résolution 2480 du Conseil de sécurité des Nations unies prorogeant le mandat de la Minusma jusqu’en juin 2020.

Le président du parti a salué les efforts du président de la république et du gouvernement en vue d’apaiser le climat politique, à travers le dialogue politique inclusif. Pour lui, ce dialogue, par des conclusions et recommandations pertinentes devra permettre au gouvernement de conduire le vaste chantier des réformes politiques, institutionnelles et sécuritaires tant attendues pour mieux outiller la gouvernance sécuritaire, sociale et financière de l’État. Il a exhorté les facilitateurs à démarrer, dans les meilleurs délais, le dialogue politique inclusif.

Regard rétrospectif

« Notre 18e anniversaire nous donne l’occasion de jeter un regard rétrospectif sur le parcours de notre parti et d’imaginer au prisme de la mise en œuvre harmonieuse de notre projet de société et notre programme de gouvernance en cohérence avec les défis de l’heure et les engagements électoraux », a affirmé le président du parti, le Dr Bokary TRETA.

Le président TRETA a salué la réélection du président IBK à la magistrature suprême avant d’ajouter que le report des législatives de 2018 avait mis notre pays devant des choix difficiles. Selon lui, la prorogation non pas du mandat des députés, mais de la législature de l’Assemblée nationale n’est pas un choix délibéré, mais la solution la moins couteuse et l’option du choix du moindre mal pour préserver la continuité de l’État et le fonctionnement régulier des institutions dans le respect de la Constitution.

Au gouvernement, le président du RPM a insisté sur l’urgence d’élaborer une proposition de feuille de route des réformes majeures y compris celle contenue dans l’Accord pour la paix et la réconciliation, un chronogramme de mise en œuvre et un engagement solennel à tenir dans les délais.

Le Dr TRETA a soutenu que la réussite de tous les chantiers se mesurera à l’aune de l’apaisement de la situation sécuritaire et du climat sociopolitique dans le pays, du rétablissement de l’autorité de l’État et la relance du processus électoral.

« La révision de la Constitution du 25 février 1992 apparait comme l’élément clé que le parti se doit de porter politiquement », a déclaré le président du RPM.

Cette année, le RPM organisera son 5e congrès ordinaire. A cet effet, le président du parti a invité les cadres et les militants à mettre le cap sur l’avenir avec des objectifs clairs qui sont de gagner les élections sénatoriales, législatives, régionales, locales et communales partielles pour préserver et renforcer la place de première force politique du pays.

Des rappels et les conseils d’IBK

En prenant la parole à ce 18e anniversaire, le fondateur du RPM, Ibrahim Boubacar KEITA, a expliqué que sa présence s’explique par un devoir de citoyenneté et le respect mutuel qu’il entretient avec les cadres et les militants du parti. Selon lui, c’est une erreur de juger ses actions au travers de la politique et de penser qu’il a délaissé son parti. Le président IBK a déclaré que ses actions vont au-delà du RPM et mettent l’intérêt du Mali au-dessus de tout.

Le fondateur du RPM a saisi l’occasion pour rappeler ses premières fonctions qui lui ont permis de connaitre le Mali profond, surtout dans sa partie septentrionale. Il a également rappelé les différentes fonctions occupées et métiers qu’il a exercés à l’extérieur tout comme au Mali. IBK n’a pas passé sous silence la création du parti ADEMA-PASJ où il a assumé le premier poste de secrétaire aux relations internationales et son combat au service de ce parti et du Mali.

Le président IBK a indiqué que ces rappels ont pour but de rafraîchir la mémoire à ceux qui pensent aujourd’hui qu’il est venu du néant pour être parachuté à la tête de l’État. Il a insisté à dire que son seul objectif aujourd’hui est le Mali et le bonheur des Maliens, et non les querelles insensées.

Le fondateur du RPM a fait comprendre que le pouvoir est un don de Dieu pour un moment donné. Faisant allusion à l’équipe qui l’entoure issue de concertation politique, IBK a soutenu que tous les Maliens sont égaux et tous les responsables méritent amplement le poste qu’ils occupent.

Il a lancé un appel vibrant à tous les Maliens à s’aimer mutuellement et à avoir pitié du Mali qui a beaucoup souffert. Le président IBK a pris l’exemple sur les pays développés où les fils ont su laisser de côté leurs égos en travaillant main dans la main pour devenir ce qu’ils sont aujourd’hui. Il a conseillé que c’est dans l’unité que réside l’avenir du Mali. Aussi, a-t-il appelé tous les Maliens à savoir raison garder et à s’impliquer pour la construction de l’édifice national.

Enfin, le président IBK a félicité les femmes et les jeunes pour leurs efforts dans la bonne marche du parti, tout en plaidant leur cause auprès des responsables du bureau national afin qu’ils soient privilégiés sur les listes lors des élections.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *