Search
lundi 22 octobre 2018
  • :
  • :

1ère sortie de terrain de Mme la ministre de l’élevage: le centre d’insémination artificielle animale honoré

La nouvelle ministre de l’Elevage et de la pêche, Mme KANE Rokia MAGUIRAGA, a visité, hier lundi, deux fermes d’élevage suivi par le Centre national d’insémination artificiel animale (CNIA), situés en zone périurbaine de Bamako. L’objectif de sa toute première descente sur le terrain, aussitôt après sa nomination le 30 décembre 2017, est de s’enquérir des réalisations du CNIA et de recueillir, par la même occasion, les doléances des acteurs du secteur.

Outre Mme la ministre, la délégation était composée des membres de son cabinet, du Directeur du CNIA, Djakaridia TRAORE, des représentants d’organisations faitières d’élevage, etc.
A Kalabancoro, l’importante délégation ministérielle a été accueillie par les autorités administratives et politiques du cercle de Kati. La première étape de cette visite de terrain a commencé par la ferme d’Abdoul Wahab TOURE, situé à Kabala (cercle de Kati) à près d’1,4 Km de la route bitumée qui mène à la Cité Universitaire. Installée sur une superficie de 5 ha, la ferme de M TOURE compte 32 têtes dont 12 vaches en traite présentement.
Pour nourrir ses bêtes, M. TOURE pratique la culture fourragère sur une superficie de 3 ha et prairie irriguée de 1,5 ha.
Comme équipements, il dispose d’un tracteur, un chariot trayeur, ainsi qu’un système d’irrigation par aspersion.
En termes d’accompagnement, le promoteur de cette ferme, qui se veut moderne, bénéficie de la subvention de l’Etat à travers le CNIA, en intrants d’insémination artificielle, de l’aliment bétail et des semences fourragères.
Dans son mot de bienvenue, le M. TOURE a exprimé toute sa fierté de recevoir, pour la première fois dans sa ferme, la visite d’un ministre.
Dans sa ferme qui a pour principale vocation la production de lait, M. TOURE dispose des variétés comme : la Prim-Hostein, la Monbéliarde, etc.
Les 12 vaches en état de traite produisent plus de 200 litres par jour. L’équipe permanente d’encadrement est composée d’un berger et deux manœuvres sans oublier les prestations des vétérinaires.
Pour nourrir ses bêtes, M. TOURE dépense 32 000 FCFA par jour, soit 996 000 FCFA par mois. Toutefois, a-t-il rassuré, la vente de lait lui rapporte plus de 2,75 millions de FCFA par mois.
La deuxième ferme du jour visitée par Mme la ministre et sa délégation est celle de Sanoussi Bouya SYLLA. Une exploitation située à Zougoumè (commune rurale de Kalabancoro) à 8,8 Km au Sud de la route bitumée qui mène à la Cité universitaire.
Comme dans le premier cas, le promoteur de cette ferme qui fait une production mixte (viande et lait) bénéficie de l’accompagnement du CNIA en intrants d’insémination artificielle, de l’aliment bétail, etc.
Sa ferme, d’une superficie de 50 ha compte 252 têtes de bovins dont 57 vaches métissés, 72 vaches locales, 82 taurillons (locaux et métissés).
De même, il dispose plus de 100 veaux issus de l’insémination en 2017 sur un total 200 sujets inséminés.
Ici, la production laitière est estimée entre 300 à 350 litres par jour. Les infrastructures et équipements de M. SYLLA sont: 3 étables, 3 chariots trayeurs, une salle de traite à 6 postes, 2 tracteurs, un semoir, un système de biogaz, deux forages, etc.
Selon les différents acteurs, la production de lait au Mali, notamment à Bamako reste confrontée à un problème d’écoulement.
A l’issue de cette visite, Mme la ministre KANE Rokia MAGUIRAGA a exprimé toute sa satisfaction face à la qualité de l’élevage pratiqué dans ces deux fermes.
Pour elle, la réalisation de ses deux fermes contribue à l’atteinte des objectifs en matière de sécurité alimentaire et s’inscrit dans la vision du Président IBK dont l’objectif est de nourrir la population en quantité et en qualité.
A travers cette vision présidentielle, il s’agit de faire de l’agriculture le moteur de notre économie.
A travers la donation du Roi du Maroc, notre pays a bénéficié 35 000 doses de semences en insémination artificielle animale. Suite à cette donation, notre pays a créé en 2015 un Centre national d’insémination artificiel animale.
Grace à cette donation du Maroc, l’insémination artificielle vise à booster l’élevage au Mali.
Avant de terminer, elle s’est engagée à ne ménager aucun effort pour trouver des solutions idoines aux difficultés signalées par les acteurs ; et cela, à travers l’amélioration du niveau d’organisation des éleveurs, de financement des projets en élevage, la formation d’inséminateurs qualifiés, l’amélioration des capacités des stocks de semences, l’amélioration de la chaine de commercialisation du lait et produits laitiers.

Par Abdoulaye OUATTARA




One thought on “1ère sortie de terrain de Mme la ministre de l’élevage: le centre d’insémination artificielle animale honoré

  1. Diakaridia Traoré

    Il s’agit de 135 000 doses de semences de donation du Roi du Maroc et non 35 000 doses.

    Article bien rédigé, courage pour continuer à informer nos populations sur les activités économiques contribuant à la sécurité et souveraineté alimentaire au Mali.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *