Search
mardi 23 juillet 2019
  • :
  • :

1re pierre Échangeur- viaduc à Sikasso: IBK honore un engagement

Dans le cadre de son projet de société « Le Mali avance’’ et conformément à une promesse de campagne faite aux populations de la capitale du Kénédougou, le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, a procédé, ce jeudi 4 avril 2019, à la pose de la première pierre de l’échangeur, marquant ainsi le lancement des travaux de construction d’un viaduc et l’aménagement de 10 Km de voies d’accès dans la ville de Sikasso. Le coût des travaux, qui vont durer 27 mois, est estimé à 31,594 milliards FCFA HTT (Hors toutes taxes), financés par la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et l’État malien.

La cérémonie de lancement officiel des travaux a regroupé autour du Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, les membres du gouvernement, notamment le ministre des Infrastructures et de l’équipement, TRAORE Seynabou DIOP, le président du Haut conseil des collectivités, le représentant résident de la BOAD, KOUAME Bi Jacques, les responsables politiques, administratives, députés, gouverneurs, préfets sous-préfets, et maires, ainsi que les autorités coutumières et religieuses de la région de Sikasso.

Il faut noter qu’il y a une très forte mobilisation des populations du Kénédougou qui sont sorties massivement, depuis l’aéroport jusqu’au site de lancement des travaux. Une façon de dire ‘’Merci à IBK’’ pour ces réalisations qui changent la physionomie de Sikasso.

La réalisation de ces travaux a pour but de placer la région de Sikasso dans le dispositif de développement économique du Mali. ‬Aussi, se justifie-t- elle par la nécessité d’améliorer la circulation à l’intérieur de la ville de Sikasso et le cadre de vie des populations riveraines ; la contribution des travaux à la mise en œuvre des objectifs du Cadre Stratégique pour la Relance économique et le Développement Durable (CREDD) 2016-2018 et de la Politique Nationale des Transports, des Infrastructures de Transport et du Désenclavement (PNTITD) ; et la contribution à l’intégration sous-régionale.

Par ailleurs, la ville de Sikasso sera dotée en infrastructures modernes suffisantes pour assurer son décollage industriel ; elle bénéficiera de l’amélioration de la sécurité routière pour le confort des usagers ainsi que le cadre de vie des populations et la réduction du coût d’exploitation des véhicules et des transports.

L’échangeur de type trompette

Le futur échangeur de type trompette concernera les trois principales branches du croisement. Pour ce faire, le tronçon RN7-RN11 sera dénivelé par un pont dalle en béton armé. Le tablier sera constitué de deux juxtaposés, en béton armé, supportant chacune un sens de circulation.

Une boucle sera projetée du côté du Stade permettant de rétablir le mouvement au tournant de la route nationale RN7 vers la RN 11.

Par ailleurs, différentes voies unidirectionnelles à une voie seront aménagées au sol pour permettre que tous les mouvements tournent à droite.

Un viaduc au carrefour de l’OUA

Le viaduc, qui est un pont assez haut et assez long, sera réalisé au carrefour de l’OUA pour permettre de désengorger le trafic et améliorer la fluidité des grandes artères de la ville de Sikasso afin de booster les activités commerciales dans la zone.

Ainsi, il préservera la tranquillité de la ville en permettant aux gros porteurs de relier Bamako sans passer par les artères fréquentées de Sikasso. Toute chose qui va réduire considérablement les risques d’accident au niveau de cet important carrefour situé en plein centre de la ville de Sikasso.

La longueur totale du viaduc sera de 450,5 m. Il se terminera aux deux extrémités par des murs de rampe.

Quant au linéaire des voies d’accès sur la RN7, il sera de 410 m. Dans la même dynamique, 6 voies latérales d’un linéaire total de 1 345 m seront créées au sol de part et d’autre du viaduc pour assurer le transit des mouvements tournants au niveau des deux carrefours giratoires qui seront aménagés sous ouvrage.

10 km de voies urbaines

Il sera également question de la réalisation de 10 km de voies urbaines dans la ville de Sikasso pour contribuer à l’amélioration de la mobilité urbaine et du cadre de vie des populations. Les rues aménagées seront reliées à la RN7 ou connectées à des voies existantes bitumées.

Le coût total du projet, financé par la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et le budget national, est de 31,594 milliards de FCFA HTT. Ce montant couvre les 6 composantes du projet, à savoir : les études des travaux, le contrôle et surveillance des travaux, les mesures environnementales et sociales, l’appui à la gestion du projet et l’audit technique et financier.

Les travaux proprement dits d’un montant de 27 044 653 565 FCFA HTT et un délai d’exécution de 27 mois seront exécutés par l’Enterprise Générale Mamadou KONATE (EGK).

Les prestations relatives au contrôle et à la surveillance des travaux d’un montant de 1 284 382 300 FCFA HTT et un délai de 29 mois, seront assurées par le Bureau d’étude CIRA-Sa.

Le maire de Sikasso, au nom des populations, a vivement salué le Président IBK pour ces ouvrages de développement.

Pour lui, la fête aurait été plus belle, n’eût été les malheureux événements de Dioura et Ogossagou qui ont ébranlé le Mali. Il a fait observer une minute de silence en hommage à toutes les victimes civiles et militaires de ces événements douloureux.

«Je suis un maire heureux qui voit sa commune amorcer un tournant décisif de son développement. La preuve : en moins de deux ans, le Président IBK a projeté plus de 50 milliards FCFA. 20 milliards pour les travaux du 2×2 voies en cours. Plus de 31 milliards pour la réalisation de l’échangeur, le viaduc et 10km de voies urbaines», a-t-il félicité.

Toutefois, il a demandé au Président IBK de réchauffer le dossier de l’Université de Sikasso, le curage du grand Collecteur de Sikasso et l’aménagement de 20 autres Km dans la ville.

Le représentant de la BOAD, Jacques KOUAME, a rappelé que son institution avait mobilisé 25 milliards dans ce projet. Il a saisi de l’opportunité pour révéler que la BOAD a engagé 594 milliards FCFA dans le développement de notre pays, dont 184 milliards FCFA dans les infrastructures routières et de transport.

Enfin, M KOUAME a réitéré la disponibilité de la BOAD à accompagner le Mali dans ses actions de développement.

Après avoir donné le premier coup de lame, IBK a ainsi livré ses impressions : «Beaucoup de bonheur. Mon sentiment est à l’image de celui qui vous anime et de ce qui anime aujourd’hui tous les Maliens. Après les journées de grande amertume nationale des fois en raison de l’horreur que nous avons vécue, il n’y a que le pays avance. Le pays doit continuer d’avancer, le pays doit continuer de se construire, le pays doit continuer à répondre à l’inspiration de ses enfants où qu’ils se trouvent, où qu’ils soient’’.

Le Président IKB a également salué nos forces armées et de défense et de sécurité et qui ont déjoué une attaque perfide d’un village à 15 km de Bandiagara, aujourd’hui vers 5 heures du matin.

Selon IBK, la promesse de réaliser ces travaux n’était pas une promesse de campagne : «Sikasso mérite ces ouvrages. Et IBK de poursuivra en Bambara : «Dieu connait mes intentions. Je ne suis pas un maudit. J’ai enterré ma mère et mon père et je respecte mes aînés».

S’adressant indirectement à ces adversaires politiques, il a dit :» j’aime mon pays, ce sont des faits et gestes et non de simples propos».

Il a demandé à tous les Maliens d’avoir pitié à ce pays qui fait face à des ennemis invisibles les plus redoutables pour qui la mort ou l’humain n’ont aucune valeur.

Enfin, sans promettre la réalisation des doléances faites par le maire Kalfa SANOGO, le Président IBK s’est engagé à chercher les ressources financières nécessaires à leur concrétisation et bien d’autres projets. Car dira-t-il, Koutiala aussi a déjà a émis son souhait d’avoir un échangeur.

Par Sékou CAMARA

Envoyé spécial à Sikasso

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *