Search
lundi 22 octobre 2018
  • :
  • :

20 ans du quotidien Info-Matin: ce qu’en pensent les acteurs sociaux

Boureima Allaye TOURE, Président du Conseil national de la société civile :
« Nous souhaitons que Info-Matin fête ses
cent ans »
C’est une joie pour nous de fêter avec vous les 20 ans de Info-Matin. C’est un journal très intègre, objectif ; un journal qui informe le public malien. C’est un exploit pour Info-Matin de résister pendant 20 ans. Sinon, il y a d’autres journaux dont la lumière s’est éteinte parce qu’ils n’arrivaient pas du tout à toucher le public. Mais Info-Matin a pu traverser toutes ses périodes difficiles, parce que le début de toute chose est toujours difficile. Mais son objectivité, la diversité des thèmes qu’il traite a permis au journal de résister. Grâce à son objectivité, le journal a toujours existé, il a toujours des fidèles lecteurs et je sais que le public va vers ce journal, croit en ce journal, particulièrement la société civile. Ce que j’entends souvent dans les coulisses, c’est que si vous avez des avis, des appels d’offres, les gens vous recommandent d’aller à Info-Matin, parce qu’il est sur le net. C’est un journal qui a créé son site Web bien avant les autres. Aujourd’hui, ce site continue d’être mis à jour régulièrement, en même temps que le journal papier est imprimé.
Nous savons également que les journalistes de Info-Matin vont toujours vers le public. C’est de grands professionnels, j’en suis témoin de beaucoup de choses. Je sais que nous, les sources, n’avons pas toujours le bon caractère. Nous n’avons toujours pas la bonne foi. Mais on a constaté que, généralement, les journalistes de Info-Matin ne se font pas toujours avoir. Ils sont très concentrés sur leur travail. Je crois qu’eux aussi, c’est des hommes intègres qu’il faut saluer.
Nous souhaitons que Info-Matin fête jusqu’à cent ans et même au-delà ! Parce que le Mali ne peut que gagner, le public malien ne peut qu’être mieux informé. Et cela contribue à l’enracinement de la démocratie malienne qui est jeune ; souvent, elle balbutie. Mais avec des journaux comme Info-Matin, je suis certain que nous pourrions sauvegarder notre démocratie de la barbarie, de la tyrannie, de l’information à sens unique. Nous comptons sur Info-Matin. Pour cela, nous pensons qu’il doit encore redoubler d’efforts. Mais nous aussi, nous devons faciliter la tâche à Info-Matin en nous mettant à la disposition de ses journalistes et correspondants, les donner la bonne information pour que Info-Matin puisse assumer son rôle de traitement et de diffusion de l’information vraie.
Le conseil que je peux donner à la direction, c’est que la bonne gestion contribue à la durabilité d’une entreprise. Et cela veut dire beaucoup de choses. Gérer les hommes n’est pas chose aisée. En même temps, gérer une entreprise n’est pas facile, ce n’est pas le social, c’est vraiment une gestion économique pure et dure, une gestion humaine équitable, mettre les hommes qu’il faut à la place qu’il faut, sans complaisance. Avec une équipe professionnelle, des gestionnaires rigoureux, nous sommes sûrs que le journal pourra se développer davantage. Nous ne pensons pas moins que le journal soit une entreprise comme toute autre entreprise.
Dans notre contexte, il n’est pas donné à toute entreprise d’exister pendant 20 ans après sa création. Ce qui veut dire que le journal doit continuer à exister même après l’équipe actuelle. Et les enfants doivent continuer à gérer le journal pour qu’il devienne un patrimoine national. C’est mon souhait le plus ardent…

Soumana Kalapo, secrétaire administratif et financier de la CSTM:
«Je souhaite que le journal continue de défendre la vérité»
Je sais que ce n’est pas un journal que j’ai connu dès le départ, mais un journal que j’ai connu en cours de chemin. J’ai compris que c’est un journal qui de par sa ligne éditoriale défend les plus faibles. Quand les gens sont en difficulté, disons les gens qui ne savent pas où aller dire ça, le journal leur donne la possibilité de s’exprimer : que ça soit dans les combats politique, syndical ou social tout court. J’ai remarqué quand même que le journal donne la possibilité de s’exprimer à tous ceux qui sont opprimés ou brimés et qui n’ont pas l’occasion de s’exprimer surtout dans la presse d’État. J’ai beaucoup apprécié ça. Du point de vue de la présentation physique du journal, il y a eu, ces derniers temps, des changements : on est passé du noir/blanc à un journal en couleur, très joli et agréable à lire d’ailleurs. Ensuite, je pense que le nombre de pages a également augmenté, ce sont des améliorations que j’ai beaucoup appréciées.
Sur le fond, à la première lecture, on pense que la ligne éditoriale du journal soutient le président de la république et le régime actuel en place. Parfois, ça fait tiquer et beaucoup de gens qui disent que ce journal est aligné, surtout quand on sait que son premier patron est membre du parti au pouvoir. Mais néanmoins, on peut comprendre que c’est un journal qui a largement contribué à défendre le président actuel, Ibrahim Boubacar Keita, quand il était affaibli, quand il était injustement traité et brimé après son départ de la primature et de l’ADEMA. Donc, il est largement compréhensible que le journal continu à défendre les idéaux de cet homme quand il accède au pouvoir afin que le public sache qu’il avait raison de le soutenir. Dans ce cas, à première lecture, on peut comprendre que ce journal est aujourd’hui trop aligné, mais c’est normal qu’il continue de défendre un idéal. Mais j’avoue aujourd’hui que la déception des Maliens est aussi grande qu’à la première lecture du journal, on sent qu’il est trop aligné. Sinon, parmi les journaux de la place, je pense qu’il est l’un des plus importants et le plus lu. Parce que jusqu’à présent quand je ne sors pas tôt, j’ai de la peine à avoir un numéro à lire. Cela veut dire que c’est un journal crédible qui est suivi par les Maliens.
J’ai côtoyé certains de ses agents, journalistes, ils sont présents sur le terrain durant tous nos combats, nos activités. Le reportage qu’ils font, ils ne déforment pas les faits et sont fidèles à ce qui s’est passé, contrairement à certains de leurs confrères qui mettent trop de sentiments en faveur ou en défaveur de l’événement. C’est vraiment professionnel ce qu’ils font, ces journalistes.
Pour terminer, je souhaite un bon anniversaire au journal, à tous les agents, qu’ils soient de la direction ou de la partie technologique. Je souhaite qu’il prenne de l’envol de plus en plus et qu’ils continuent à défendre les plus faibles, même si parfois, on n’oublie que ces plus faibles peuvent être au pouvoir. Donc, je souhaite qu’ils continuent à défendre la vérité, à s’investir auprès des Maliens pour contribuer non seulement à comprendre les grands problèmes de la nation, mais également à la cohésion et à l’unité nationale pour que ce pays se développe au grand bonheur de tous ses fils.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *