Search
mercredi 13 décembre 2017
  • :
  • :

Février: la visite du conseil de sécurité au Mali.

Comme annoncé en fin Janvier, les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies sont en visite dans notre pays avec l’objectif affirmé de « soutenir la stabilisation du Mali, mais surtout d’apporter leur soutien à leur représentant spécial qui a manqué de diplomatie dans ses dernières sorties médiatiques faisant du coup monter le mercure dans ses relations avec Koulouba.

Pour faire bonne prestance, ce sont les 15 membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies, conduits par Monsieur Gérard AYRAUD, représentant permanent de la France auprès des Nations unies et Monsieur Banté MANGARAL, représentant du Tchad auprès de l’ONU qui ont fait le déplacement. En homme d’Etat d’un pays reconnaissant, le président IBK, qui les a reçus apaiser la situation tout en insistant sur la nécessité d’un dialogue inclusif avec l’ensemble des communautés vivant au Nord du Mali et la volonté de son peuple d’aboutir à une paix réelle et définitive : «Nous avons pour souci la réconciliation nationale,  la justice et la paix. Les contacts se poursuivent, de nuit comme de jour. Il nous revient à tous de tracer les voies de l’avenir. Nous avons un agenda; il ne sera pas celui qui bloquera. Mon ambition, ma seule ambition c’est d’être, pour le Peuple du Mali, un faiseur de paix, un rassembleur, un réconciliateur afin de sortir mon pays de la spirale des crises cycliques ». 

Comme si le message du Président IBK était passé comme une lettre à la poste, la Minusma (qui disait en Janvier que son mandat n’était pas d’imposer un cantonnement et un désarmement) s’implique, réunit les groupes armés autour de la même table avec le gouvernement à Bamako pour leur soumettre un «projet opératoire de cantonnement des groupes armés du nord du Mali». Un Projet dit de «cantonnement du Fonds de consolidation de la paix » sera signé, du reste le 13 mars mars, lors de l’ouverture des pourparlers sur le sujet à Bamako entre le ministre de la Réconciliation nationale et du Développement des régions du Nord, Cheick Oumar Diarrah, et le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies et chef de la MINUSMA ; projet portant sur trois sites devant être identifiés dans le nord du Mali et s’élevant à 3 millions de dollars.

Toutefois, au-delà du désarmement et du cantonnement des groupes armés, les soucis du Mali et des forces internationales, en ce mois février 2014, portent aussi sur les tirs d’obus et de roquettes sur les principales agglomérations (Gao et Tombouctou) dans la guerre asymétrique à laquelle se livrent par baroud d’honneur les groupes terroristes résiduels toujours présents dans le Septentrion du Mali, notamment le MUJAO.

La crise du Nord du pays, en ce début Février 2014, ce n’est pas seulement la tension avec le représentant spécial de l’ONU que l’opinion malienne accuse de parti-pris en faveur des rebelles et le double-jeu des même séparatistes armés ; c’est aussi les conflits communautaires, dont le dernier, une expédition punitive des peulhs qui s’est soldée par 30 morts dans les rangs des Touareg à Tamkoutat dans la zone de Ménaka.

Nul ne pouvant et ne devant se faire justice dans la République, le projet de reforme de la Commission Dialogue et Réconciliation avec l’intégration de la dimension Justice et vérité prend ainsi tout son sens.   C’est dans cette même lancée de quête de vérité et de justice qu’il faut comprendre et intégrer l’arrestation, l’inculpation et la mise sous mandat de dépôt pour complicité d’assassinat de l’ex-ministre de la Défense et Chef d’état-major particulier du Président de la République, le Général Yamoussa Camara, ainsi que du général Sidy TOURE, ancien patron de la Sécurité d’État, du capitaine Amadou Konaré, un des responsables du putsch de mars 2012. Une affaire qui rentre dans le cadre de l’enquête sur la découverte d’une fosse commune contenant les corps de 21 parachutistes en décembre dernier à Diago. Du reste les corps de cinq militaires seront découverts dans deux fosses près de Bamako dans le cadre de la même enquête sur la mort des bérets rouges.

Pour sortir de ces fosses macabres, notons tout de même que le Mali au cours de ce mois de février 2014 a déroulé le tapis rouge durant deux jours au président du Conseil européen, M. Herman VAN ROMPUY, venu faire le point de la coopération entre le Mali et Bruxelles. Et la Communauté internationale à travers ses représentants à Bamako salueront les progrès accomplis par notre pays notamment dans le processus du dialogue et de la réconciliation avec les récentes discussions entamées à Bamako en vue du cantonnement, du retour effectif de l’administration.

Justement en attendant ce retour et celui des réfugiés, et dans le cadre de la réconciliation nationale et pour assurer une meilleure organisation des élections, le gouvernement a reporté de 6 mois la tenue des élections et prorogé de la même durée le mandat des mandats des conseils communaux, des conseils de cercle, des conseils régionaux et du conseil du District de Bamako.

févriér et la visite de Sa Majesté Mohamed VI,

Roi du Maroc, commandeur des croyants

Dimanche 2 et Lundi 3 Février 2014 : Début d’une mission du Conseil de sécurité

Le représentant permanent de la France auprès des Nations unies, Gérard Ayraud, annonce que des membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont débuté dimanche une visite de deux jours au Mali « avec pour objectif de soutenir la stabilisation du pays et l’action » de la MINUSMA ».

Dans une déclaration lors d’une conférence de presse au terme de la visite, les membres du Conseil de sécurité ont déclaré avoir constaté « une volonté manifeste de la part de tous les acteurs maliens de trouver une solution durable à la crise récurrente au Mali ».

Ils ont exhorté les parties « à entamer des discussions inclusives en vue d’une solution durable sans préalables », jugeant « impératif de lancer ces discussions dans les plus brefs délais et avec un calendrier précis. » Selon eux, l’absence d’un cadre politique inclusif risque d’être exploitée par des « fauteurs de trouble ».

Les membres du Conseil de sécurité ont enfin encouragé le gouvernement à continuer à déployer l’administration particulièrement au nord afin de rétablir les services sociaux de base.

Dimanche 2 février 2014: Le conseil de sécurité de l’ONU à Koulouba

Le Président IBK a reçu une délégation des 15 membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies, conduite par Monsieur Gérard ARAUD, représentant permanent de la France auprès des Nations unies et Monsieur Banté MANGARAL, représentant du Tchad auprès de l’ONU. La délégation onusienne est venue au Mali pour soutenir l’action de la Mission des Nations unies pour la stabilisation du pays (MINUSMA) et appuyer les efforts des autorités dans la consolidation du processus de paix.  Le président IBK a, avec ses hôtes, procédé à la revue du processus de paix en cours, en insistant sur la nécessité d’un dialogue inclusif, avec l’ensemble des communautés vivant au Nord du Mali, et la volonté qui l’animait d’aboutir à la paix. «Jamais nous n’avons baissé les bras depuis notre installation. Nous avons pour souci la réconciliation nationale,  la justice et la paix. Les contacts se poursuivent, de nuit comme de jour. Il nous revient à tous de tracer les voies de l’avenir. Nous avons un agenda; il ne sera pas celui qui bloquera (…) Mon ambition, ma seule ambition c’est d’être, pour le Peuple du Mali, un faiseur de paix, un rassembleur, un réconciliateur afin de sortir mon pays de la spirale des crises cycliques», dira IBK.

Dimanche 02 février 2014 : IBK reçoit Samantha Power

Le Président IBK  a reçu en début de soirée, Madame Samantha POWER, membre du cabinet du Président Barak OBAMA et représentante permanente des Etats Unies d’Amérique au Conseil de sécurité des Nations unies. La diplomate américaine est venue spécialement amplifier auprès  du président de la République le message du Conseil de Sécurité dans le cadre de la mission onusienne dans notre pays mais aussi prospecter avec lui les voies et moyens pour aider et renforcer les engagements des Etats- Unis d’Amérique en faveur de notre pays. «Notre engagement au plan militaire va se renforcer avec plus de soutien logistique et de personnel», a-t-elle dit. Madame Samantha POWER a fait part au président IBK de toute sa satisfaction quant au leadership malien, à la volonté et aux efforts des autorités pour l’aboutissement du processus de paix au nord et la restauration de la démocratie dans notre pays. «De tous les pays africains que j’ai visité, c’est le Mali qui me donne le plus d’espoir. Vous êtes un leader respecté. Les Etats-unis seront là pour aider la Minusma a atteindre ses objectifs».

Mardi 4 Février : Le chef d’Etat-major des armées françaises chez IBK

Le général des armées françaises a été reçu pour aborder le sujet de l’aide française au Mali, notamment pour exprimer sa satisfaction vis-à-vis de la détermination du Président IBK  à résoudre la crise dans son pays.

De plus, l’Amiral Guillaud a exprimé son contentement par rapport à l’excellente coopération développée entre l’armée malienne et les forces françaises en fonction des différentes missions communes menées par ces deux forces. Il a par ailleurs rendu visite aux troupes françaises installées à Gao et à l’État-major du Mali à Bamako.

Mardi 4 et Mercredi 5 février 2014 : Acheminement de containers en provenance de Dakar

La Force Serval et le Centre de Coordination Interarmées des Transports, Transits et Mouvements (CCITTM), ont procédé à l’acheminement de containers de fret en provenance du Sénégal vers Bamako.

Pour assurer le contrôle et la sécurité du convoi routier jusqu’au camp militaire de Bamako, le CCITTM est soutenu par une escorte de militaires appartenant au bataillon logistique « Normandie Provence ».

Mercredi 5 février 2014 : Définir les priorités pour la Conférence de Bruxelles sur le Mali

La conférence entre le gouvernement et ses donateurs, qui s’ouvrait à Bruxelles, devait placer la justice, la réconciliation, la participation citoyenne et le développement équitable au centre des discussions, a estimé l’ONG Oxfam et plusieurs de ses partenaires de la société civile, dans un rapport publié à Bamako.

Le rapport intitulé «Ce qu’il reste à faire : quatre priorités pour une meilleure gouvernance au Mali», indique que les donateurs doivent s’assurer que la relation entre le gouvernement  et les citoyens soit renforcée et plus transparente, équitable, juste et inclusive. En 2013, les donateurs présents à la conférence de Bruxelles s’étaient engagés à verser 3,2 milliards d’euros pour le développement et la reconstruction au Mali.

Jeudi 6 février 2014 : Les casques bleus cambodgiens vont rejoindre la mission de l’ONU au Mali

Le Cambodge est prêt à déployer ses troupes pour rejoindre les casques bleus des Nations Unies au Mali.

«C’est la première fois que le pays envoie des casques bleus au Mali sous l’égide de l’ONU», a commenté Prak Sokhonn, président du Comité national de coordination de l’opération de maintien de la paix de l’ONU, lors d’une réunion avec les casques bleus.

Jeudi 6 Février 2014 : 30 morts dans des violences intercommunautaires près de Gao

Au moins 30 Touaregs ont été tués lors d’une expédition punitive lancée près de Gao par des hommes armés de la communauté peule pour se venger de l’enlèvement» d’un des leurs. Les Touaregs tués revenaient d’un marché à bord de deux véhicules qui ont «été arrêtés par des Peuls armés, en représailles à l’enlèvement d’un Peul par des Touaregs 24 heures plus tôt. Un des véhicules a été brûlé».

L’information a été confirmée par Assarid Ag Imbarcaouane, ancien député de cette même région. «Nos parents ont été tués froidement, au moins 30 sont morts», a-t-il déclaré. Le gouvernement  avait dénoncé «des actes terroristes»

Jeudi 6 février 2014 : IBK reçoit la Ministre allemande de la Défense

Le Président IBK a reçu en audience la ministre allemande de la Défense, Mme Ursula Von der Leyen. S’adressant à la presse, la ministre a indiqué que l’Allemagne apporte son soutien aux efforts de stabilisation du Mali et va accroître son appui logistique aux forces armées maliennes. Elle a réaffirmé le soutien de l’Allemagne au Mali avant d’annoncer l’envoi des effectifs supplémentaires pour l’EUTM (Mission de formation des militaires maliens par l’Union européenne)».

Jeudi 6 février 2014 : IBK en Tunisie

Le Président IBK a quitté Bamako pour la Tunisie où il a  effectué une visite officielle de 72 heures. En septembre dernier, le Président tunisien Mohamed Moncef Marzouki avait pris part à la cérémonie d’investiture du Président IBK  à Bamako.

Samedi 8 Février 2014 : Disparition d’un véhicule du CICR

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) confirme avoir perdu le contact avec l’un de ses véhicules entre Kidal et Gao, dans le nord du Mali. Quatre membres du personnel et un auxiliaire vétérinaire se trouvaient à bord.

Lundi 10 Février 2014 : Le MNLA accuse le MUJAO d’être responsable du récent massacre de touaregs

Le Mouvement national de libération de l’Azawad a accusé le MUJAO d’être responsable du massacre d’une trentaine de « civils touareg » le 6 février dernier près de Gao.

«Une horde de terroristes appartenant au Mujao (Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest) à bord d’une dizaine de motos et de pick-up ont attaqué et massacré 25 civils touareg sortant de la foire hebdomadaire de Tamkoutat dans la zone de Ménaka», affirme le MNLA. Il ajoute que «suite à ce massacre terroriste, les troupes du MNLA ont engagé une course poursuite contre les assaillants» les 8 et 9 février, en tuant six et faisant deux prisonniers «arabes». La rébellion évoque un mort et un blessé dans ses rangs.

Mardi 11 Février 2014 : Vers une nouvelle « commission dialogue, justice et réconciliation »

Une « commission dialogue, justice et réconciliation » sera mise en place dès la semaine prochaine au Mali, a annoncé le ministre de la Réconciliation nationale et du Développement des régions du Nord, Cheick Oumar DIARRAH. Cette commission d’une durée de trois ans, aura pour missions, entre autres, de cartograp tous les crimes commis dans le nord du pays, de mener une investigation afin de connaître les causes profondes de ce qui s’est passé, a-t-il précisé au cours d’un point de presse.

Vendredi 14 février 2014 : le Général Yamoussa Camara arrêté

Après l’arrestation et la mise sous mandat de dépôt le 27 novembre 2013 du général Amadou Haya Sanogo, c’est autour de l’ex-ministre de la Défense et actuel chef d’état-major particulier du président de la République, le Général Yamoussa Camara d’être mis sous mandat de dépôt dans le cadre de l’enquête sur la découverte d’une fosse commune contenant les corps de 21 parachutistes en décembre dernier à Diago, près de la capitale Bamako. L’ancien ministre a été inculpé de tentative de meurtre.

«Yamoussa Camara a tenté d’étouffer cette affaire en faisant croire que certains de ces parachutistes avaient été envoyés en renfort dans le Nord et en espérant qu’on pense qu’ils étaient morts au combat», a expliqué un responsable militaire jeudi à Bamako. «On a découvert une lettre avec sa signature et il a été arrêté.»

Les corps des parachutistes ont été découverts dans une fosse commune début décembre 2013 dans le village de Diago, près de Kati, ville de garnison à 30 km au nord de la capitale

Il a été entendu par le juge d’instruction chargé de l’affaire Yaya Karembé, inculpé et écroué au Camp I alors que son ancien mentor, le général Amadou Haya Sanogo est emprisonné à l’école de la gendarmerie de Faladié.

Vendredi 14 Février 2014 : Le DG de la sécurité d’Etat arrêté

Trois militaires ont été écroués vendredi après avoir été inculpés de « complicité d’assassinat » et écroués dans l’affaire dite des « Bérets rouges ». Il s’agit de : le général Sidy TOURE, ancien patron de la Sécurité d’État, le capitaine Amadou Konaré, un des responsables du putsch de mars 2012, et le capitaine Tahirou MARIKO, ex-aide de camp du chef des putschistes Amadou Haya SANOGO.

Vendredi 14 Février 2014 : Le MUJAO revendique des tirs de roquettes sur Gao

Le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), a revendiqué des tirs de roquettes la veille au soir sur la ville de Gao qui n’ont pas fait de victimes. […]. «C’est le Mujao qui a attaqué Gao et les attaques vont continuer contre les ennemis de l’islam», a déclaré dans un bref appel téléphonique à l’AFP Sultan Ould Bady, un Malien membre de ce groupe islamiste armé, qui a déjà par le passé revendiqué d’autres actions dans le nord du Mali «au nom de tous les islamistes de l’Azawad».

Dimanche 16 Février 2014 : Tirs de roquettes sur Tombouctou

Trois roquettes ont été tirées sur la ville de Tombouctou sans faire de victimes, trois jours après des tirs similaires sur Gao revendiqués par le MUJAO.

Mardi 18 février 2014 : visite du Roi du Maroc au Mali

A la tête d’une forte délégation dont une dizaine de ministres et des opérateurs économiques, le roi du Maroc, Sa Majesté Mohamed VI, commandeur des croyants, a effectué du 18 au 22 février 2014 une visite officielle dans notre pays.

Au cours de cette seconde visite de cinq jours, après celle effectuée en septembre 2013, à l’occasion de la cérémonie de prise de fonction du Président IBK, plusieurs accords de coopérations ont été signés entre nos deux pays dans les domaines notamment de la santé, de l’économie, de l’eau, des banques, des travaux publics, de l’industrie, du commerce, du bâtiment, de l’élevage, des télécoms, etc. Au total 17 accords et conventions seront signés au terme du séjour de Sa Majesté qui a aussi vu la pose la première pierre de l’usine de cimenterie, la pose de la première pierre de la clinique périnatale à Sébénikoro, l’inauguration du tronçon malien du câble à fibres optiques Trans-africain, la remise d’un don de semences bovines au profit des éleveurs, le lancement de Hit radio, la décoration du Président IBK  à l’ordre de Wissam du Maroc, la signature de convention d’intention relative à la construction de logements sociaux et de casernes pour les militaires.

Mardi 18 Février 2014 : IBK reçoit Said Djinnit

Le Président IBK, a reçu en audience le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest, Said Djinnit. Le diplomate onusien a saisi l’opportunité de cette audience pour faire au Chef de l’Etat le point de la stratégie des Nations Unies pour le Sahel dans la mouvance de la naissance du «G5 du Sahel» à Nouakchott.

Mardi 18 février 2014 : Adoption d’un projet de cantonnement des groupes armés

Un projet opératoire de cantonnement des groupes armés du nord du Mali, a été adopté par le Gouvernement et des groupes armés.

A l’issue d’une réunion de courte durée, lundi à Bamako, chaque partie a reçu un document intitulé «projet opératoire de cantonnement», de la part de la mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA), afin d’y apporter leurs amendements s’il y a lieu.

Mercredi 19 février 2014 : Van Rompuy au Mali

Le président du Conseil européen, M. Herman VAN ROMPUY, entame une visite de deux jours au Mali au cours de laquelle l’hôte européen fera avec les autorités, le point de la coopération entre le Mali et Bruxelles.

La visite du Président du Conseil de l’Europe fait suite à celle que le Premier ministre du Mali avait effectuée à Bruxelles, les 5 et 6 février derniers, à l’occasion de la 2ème réunion de suivi de la conférence de Bruxelles.

Mercredi 19 Février 2014 : La Brigade franco-allemande va envoyer des forces au Mali

Des éléments de la Brigade franco-allemande (BFA) devaient être envoyés au Mali, premier déploiement de cette unité en Afrique, ont annoncé ce Paris et Berlin, à l’issue d’un Conseil franco-allemand de défense et de sécurité. «Ce premier déploiement dans le cadre de l’UE et sur un théâtre africain incarnera leur engagement commun pour la stabilisation de la région».

Mercredi 19 Février 2014 : Un soldat français blessé

Un soldat français de l’opération Serval a été blessé lors d’une opération anti-djihadiste actuellement en cours dans le nord du Mali. Le soldat blessé se trouvait dans un hélicoptère français «touché» par des tirs jihadistes, ce qu’a «formellement» démenti le porte-parole français

Dimanche 23 Février 2014 : Nouvelle découverte de corps de militaires près de Bamako

Les corps de cinq militaires ont été découverts dans deux fosses près de Bamako dans le cadre de l’enquête sur la mort des bérets rouges. Les militaires avaient les mains liées dans le dos et dans une fosse «il y avait également des têtes de caïmans morts».

Mardi 25 février 2014 : La Communauté internationale renouvelle son soutien au Mali

Le Président IBK a reçu en audience une délégation de la Communauté internationale. Les représentants de la Communauté internationale ont salué les progrès accomplis par notre pays notamment dans le processus du dialogue et de la réconciliation avec les récentes discussions entamées à Bamako en vue du cantonnement, du retour effectif de l’administration et des réfugiés. Le Président de la République a partagé avec les diplomates mandatés par la Communauté internationale ses inquiétudes quant à la montée perceptible d’une nouvelle dynamique identitaire au Sahel qui dépasse les frontières maliennes, la persistance de la présence de résidus de groupes terroristes ainsi que sa volonté et détermination ainsi que celle de son gouvernement de trouver les voies et moyens pour enrayer, avec l’appui des partenaires du Mali, les menaces qui profilent. La communauté internationale a renouvelé au Président de la République son soutien et son accompagnement dans ses efforts et ceux du gouvernement malien en vue de trouver une solution politique à la crise malienne.

Mercredi 26 février 2014: Lancement d’un plan onusien contre l’insécurité alimentaire

Le Plan de réponse stratégique 2014-2016 pour le Mali, un programme visant à lutter contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition, a été lancé à Bamako par le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha).

Ce plan, qui a pour objectif de promouvoir des solutions durables afin de rendre les communautés plus résistantes aux chocs, nécessitera pour la première année un financement de 568 millions de dollars.

 

Jeudi 27 Février 2014 : L’ONU prône une solution durable pour le nord

Toute solution durable pour le nord du Mali devra être trouvée par les Maliens eux-mêmes, appuyés par la communauté internationale. Tel est l’un des enseignements de la mission effectuée par le Conseil de sécurité au Mali du 1er au 3 février, a déclaré  le Représentant permanent de la France, Gérard Ayraud.

Le Conseil de sécurité a « rappelé que les groupes devaient être désarmés dans le cadre d’un processus politique négocié, conformément aux engagements pris dans l’Accord de Ouagadougou », a dit le Représentant de la France.

La mission du Conseil de sécurité salue « l’adoption il y a quelques jours par le gouvernement et les groupes armés (demande) désormais aux parties, gouvernement et groupes armés, de s’engager de manière sincère et sans délai sur cette voie ».

Jeudi 27 Février 2014 : IBK à Addis

Présent à son premier Sommet de l’Union africaine qui tenait sa 22e session ordinaire à Addis-Abeba en Ethiopie, depuis son élection en août 2013, le Président IBK a salué la coopération chinoise comme un modèle « formidable» et «très bénéfique» pour son pays.

Le président IBK ne tarit pas d’é loges lui- à l’égard de la coopération chinoise qu’il qualifie avec une fierté affichée de « formidable». « Elle nous est très bénéfique. Au niveau du développement, la Chine a déjà beaucoup investi chez nous, elle continue de le faire. Nous en sommes très heureux», a-t-il déclaré.

Vendredi 28 Février 2014 :L’ONU demande une accélération des enquêtes sur les crimes commis dans le nord

A l’issue d’une visite de dix jours au Mali, l’expert indépendant des Nations Unies, Suliman Baldo, a fait part de sa préoccupation face aux difficultés que rencontre la justice malienne dans la poursuite des crimes graves qui ont été commis dans le nord du pays. […]L’expert indépendant a encouragé les autorités à formuler une stratégie visant à accélérer les enquêtes au nord du pays par la mise en place de cellules spéciales d’enquête et des centres mobiles d’écoute pour entendre les témoins et les victimes sur les lieux des crimes.

Vendredi 28 Février : Report de six mois des élections municipales

Les élections municipales, initialement prévues le 26 avril 2014, ont été reportées de six mois, a annoncé le ministre de l’Emploi et porte-parole du Gouvernement, Mahamane BABY, lors d’une conférence de presse à Bamako.

Parallèlement à cette décision, le Gouvernement a adopté un projet de décret portant sur la prorogation des mandats des conseils communaux, des conseils de cercle, des conseils régionaux et du conseil du District de Bamako, a indiqué le ministre.

Ces décisions ont été prises dans le cadre de la réconciliation nationale et pour assurer une meilleure organisation des élections, a expliqué le ministre.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *