22 octobre 1946: l’UM-RDA F-J se souvient et rend hommage

Le Bureau Politique national, militants et militantes de l’UM-RDA FASO JIGI, rendent’ un exceptionnel Hommage aux pères fondateurs du
Rassemblement Démocratique Africain (R.D.A) ; aux derniers survivants des Médaillés d’or de l’indépendance: Elhadji Youssouf TRAORE-
Fayara DIARRA-Dramane COULIBALY N°1 et Sédidié Oumar TRAORE.
Nous ne pouvons rester sous l’angoissant silence de l’indifférence, sans rendre également un vibrant Hommage aux deux anciens Ministres du
Gouvernement de Modibo KEïTA avant les événements du 19 Novembre 1968.
C’est le huitième et le dernier Gouvernement de Modibo KEïTA remanié le 7/2/1968. Il s’agit de :
1°) Salah NIARE (7) Secrétaires d’Etat à la Présidence chargé de l’économie rurale, l’emploi et des industries.
2°) Seydou Badian KOUYATE (9) (à compter du 23/08/1968.
Rappel historique par Joseph Roger de Benoist, assistant de recherches en histoire africaine contemporaine Institut Fondamental d’Afrique
noire Dakar.
« Refusant le fédéralisme proposé par le mouvement républicain populaire (M.R.P) et l’autonomie; ce texte était, selon l’expression du
Docteur Doudou GUEYE, « le manifeste du refus historique de soumission du nègre»
Il fixait les objectifs du rassemblement convoqué à Bamako, « au centre de l’A.O.F) dans le Soudan de la fermeté et de l’originalité africaine»;
Par l’union de tous les africains, de libérer du colonialisme pour entrer, avec tous les droits politiques, sociaux et culturels dans une union librement consentie des populations d’Afrique et du peuple de France.

Mettre le peuple africain en face de sa responsabilité.
« Les 800 délégués étaient déjà entassés depuis plus de deux heures dans le grand réfectoire de Terrason de Fougères (actuel Lycée Askia
Mohamed), lorsqu’enfin le congrès fut officiellement ouvert.
Il était 10 h 20 mn, ce Samedi 19 Octobre 1946.
Une foule de plusieurs milliers de personnes était dehors.
Fily Dabo SISSOKO prit la parole: « Si j’ai accepté la présidence de la première séance de votre congrès !, … ». Des cris l’interrompirent:
« vous devez dire notre congrès! »

Contribution exceptionnelle de Maître Boubou BOCOUM
Parmi ceux qui ont dit « notre congrès»
Assistaient certaines figures emblématiques du P.S.P de Fily Dabo SISOKO. Citons entre autres: Tidiani Fangada TRAORE 1ère Vice-
Président du P.S.P
• Ya DOUMBIA Secrétaire Général ainsi que: – Yalla SIDIBE-Moussa SISSOKO-Diadié COULIBALY -Mamadou DIAWARA- Biné KANSAVE- Amadou N’DIAYE- Almami KOUREICHI-Garanké MAMOU- et surtout le grand Diawando Aly NIANGADOU, qui jusqu’à sa mort, n’a pas voulu rallié l’US-R.D.A .
• Et Fily Dabo de poursuivre:
Non, c’est le vôtre, parce que c’est une manœuvre communiste.
Moi, je suis français et traditionnaliste. Je ne veux pas être communiste … »
Dans son intervention, Felix Houphouët BOIGNY réfuta évidemment l’argumentation de son collègue soudanais et donna le ton du congrès en rappelant les termes essentiels du manifeste.
C’est ainsi qu’enfin le Bureau provisoire du R.D.A était ainsi constitué:
• Président: Felix Houphouët BOIGY
• Vice Président: Fily Dabo SISSOKO-Sourou Mignan Apithy- Jéan Félix Tchicaye-Gabriel d’Ar Boussier- Mamadou KONATE.
• Secrétaire Général et Secrétaire permanent avec siège à Abidjan: Fily Dabo SISSOKO.
Cette fois les travaux étaient bien achevés. Un meeting de clôture eut
lieu dans la soirée au Stade Frédéric assomption.

Résolution Générale du Congrès adoptées le 21 Octobre 1946.
Le Rapporteur: Gabriel d’Arbourvier
Le Président: Félix Houphouet BOIGNY
Vu et adopté, le Comité de Coordination:
Fily SISSOKO, Secrétaire Général
22 Octobre 1946
22 Octobre 2016
Si le Rassemblement Démocratique Africain du 22 Octobre 1946 n’est plus; mais gravé à jamais dans la mémoire collective des africains; celui
du 22 Octobre 2016, sous l’impulsion du Bureau Politique National de l’U.M-R.D.A. F.J est là ; illuminant derrière lui, le flambeau éternel de ce
grand rassemblement.
U.M-RDA Faso Jigi débout et en avant, tout en se souvenant de cette pensée prophétique du Président Modibo KEïTA qui rendit à l’ancien Soudan le nom glorieux du Mali, un certain Jeudi 22 Septembre 1960 : « l’on croit mourir pour la patrie, mais l’on meurt pour les coffres-forte ».
Je suis persuadé que l’actuel Ministre de la Jeunesse et la construction citoyenne, ainsi que le Conseil National de la Jeunesse prendront en
compte cette sage réflexion du premier Président du Mali Indépendant.

Maître Boubou BOCOUM
Membre B.P.N.UM-RDA-FJ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *