22è édition du mois de la solidarité à Ségou: le geste de cœur du parrain Kassoum Denon

8

Le lancement de la 22è édition du mois de la Solidarité et de la lutte contre l’exclusion, qui a pour thème «Solidarité moteur d’un développement durable», dans la région de Ségou, a eu lieu, le jeudi 06 octobre, sous la présidence du parrain, le ministre de l’Agriculture, Kassoum DENON, natif de la région.

La cérémonie a eu comme cadre l’enceinte du gouvernorat de Ségou en présence du représentant du gouverneur ; des parrains des quatre semaines thématiques ; des autorités administratives et coutumières de Ségou et les bénéficiaires.
Pour la région de Ségou, la semaine des personnes âgées a comme marraine DIAKITE Fatoumata N’DIAYE, secrétaire général du gouvernement ; celle de la femme et de l’enfant a pour parrain Boubacar NIANG ; celle dédiée aux personnes handicapées est parrainée par le directeur général des Douanes, Modibo Kane KEITA ; et la semaine de l’emploi, de la jeunesse et de l’entreprenariat a comme parrain, Moussa Alassane DIALLO, PDG de la BNDA.

Kassoum DENON, un digne fils de Ségou honoré :
Retenu en 2006, comme l’homme de l’année à Ségou ; en 2007, comme citoyen d’honneur de la ville de Ségou, le ministre Kassoum DENON vient d’être choisi comme parrain de la 22è édition du mois de la Solidarité et de la lutte contre l’exclusion dans sa région d’origine.
C’est complètement submergé par l’émotion que le ministre parrain, Kassoum DENON, a été accueilli en héros par les siens.
Dans son allocution, le parrain a témoigné que pendant 25 ans de sa carrière, la population de Ségou a su faire de lui ce qu’il est aujourd’hui.
Il a rappelé que le mois de la Solidarité et de la lutte contre l’exclusion, initié pour la première fois dans notre pays en 1995, est né de la volonté des autorités de réduire de manière notable les poches de pauvreté extrême dans le pays, d’atténuer les déséquilibres dans la répartition de la richesse nationale et partant, de renforcer la cohésion sociale.
Pour lui, en dédiant le mois d’octobre à la solidarité, les autorités entendent restaurer la vertu d’entraide et de partage, qui de tout temps, a caractérisé notre pays. Mais qui malheureusement aujourd’hui est au bord de l’effritement du fait des mutations économiques, sociales et culturelles.
«Cet effritement constitue aujourd’hui un facteur de haut risque qui touche nombre de personnes selon qu’elles soient démunies, handicapées ou simplement en manque de chaleur humaine. Par ce fait, elles sont laissées au bord de la route du développement économique et de l’épanouissement social. Elles y resteront longtemps que la société demeurera aveugle, sourd et muet sur leur situation et acceptera ainsi de manière tacite de les condamner à demeurer dans un positionnement d’exclusion. Ce qui ne devra faire honneur à personne. Cela, de notre appréciation, ne saurait être admis dans notre pays car, les maintenir, serait se rendre solidairement coupable de ‘’crime contre la société’’ », a fait remarquer le ministre DENON.
Aussi, a-t-il fait savoir, c’est pour ces raisons que le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, a fait de l’inclusion sociale et du développement de la solidarité, une approche fondamentale dans la mise en œuvre de son projet de société pour le Mali.
Cet évènement, selon lui, trouve son fondement dans l’attachement du Président de la République à élargir davantage l’espace de solidarité et à perpétuer l’approche. Ainsi, dit-il, chacun de nous se trouve en mission qu’il doit conduire avec une grande abnégation dans un esprit d’obligation de résultat afin que les moins favorisés aient un moment d’oubli de leur différence d’avec les autres et pour que les Maliens vivent aisément dans une société pour tous.
« Le Mali a besoin de toute son énergie et de tous ses enfants pour se remettre debout et avancer. Et pour cela, nous devons avoir le sens de la magnanimité, celui du dialogue et de la solidarité », une citation du Président IBK que le ministre DENON a paraphrasé pour exprimer la détermination du chef de l’Etat en faveur de la Solidarité.

Eveiller les valeurs cardinales de notre pays :
Selon le représentant du gouverneur de Ségou, le fait de dédier le mois d’octobre à la Solidarité, notre pays ne fait qu’éveiller dans la conscience collective les valeurs cardinales de notre société, à savoir : la Solidarité, l’entraide et le partage.
Aussi, a-t-il soutenu, le mois d’octobre donne l’occasion tous les ans de faire individuellement ou collectivement le bilan de nos gestes à l’égard des plus démunis et des groupes défavorisés.
Avec le thème de cette présente édition du mois de la solidarité, les autorités invitent les organisations internationales, les Fondations et toutes les personnes de bonnes volontés à faire de la Solidarité un comportement visible dans les actions de développement.
A son avis, le choix de ce thème n’est pas fortuit, au regard du contexte socioéconomique et culturel que traverse notre pays. Les autorités envisagent dans les programmes d’activités de cette édition des actions particulières en faveur des plus nécessiteux.
«La solidarité, quelle que soit la valeur financière, a une valeur hautement morale pour le bénéficiaire si bien que le geste peut permettre à un enfant de ne pas rompre avec l’école et à un jeune d’exercer un métier », a affirmé le représentant du gouverneur.
Par ailleurs, a-t-il précisé, en plus de la distribution gratuite des vivres et autres produits aux personnes nécessiteuses, le mois de la Solidarité est marqué par des visites de terrain afin d’apprécier les conditions de vie des déplacés et de contribuer à soulager la souffrance de ces populations victimes de la crise qui sévit dans la partie nord du pays.

Des dons et des gestes de solidarités :
A la faveur du lancement des activités du mois de la Solidarité et de lutte contre l’exclusion dans la région de Ségou, des personnes âgées, des associations de veuves, la maison d’arrêt de Ségou, les personnes vivant avec le VIH/Sida, l’association Raoul Follereau, les enfants de militaires tombés sur le champ de l’honneur… ont bénéficié des enveloppes, des tonnes de vivres et plusieurs kits scolaires.
Le ministre et sa délégation ont aussi rendu visite aux deux personnes les plus âgées de la ville de Ségou qui ont reçu des cadeaux.
La délégation s’est rendue chez le doyen N’ti COULIBALY, âgé de 107 ans, ancien combattant de l’armée française et ancien garde à la retraite. Le doyen N’ti COULIBALY a fait quelques rappels sur son parcours militaire tout en faisant des bénédictions pour le Mali en vue d’une sortie honorable de la crise que le pays traverse.
A Ségou village, c’est la doyenne Hawa BARRY qui a reçu la visite de la délégation ministérielle. Agée de 112 ans, la vieille Hawa BARRY, détentrice de l’histoire de Ségou, a également fait des bénédictions pour le pays.
La journée a pris fin par une visite à l’Hôpital Niankoro FOMBA où des consultations ophtalmologiques ont été organisées au bénéfice des personnes du troisième âge.

PAR MODIBO KONE
ENVOYE SPECIAL A SEGOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *