Search
mardi 11 décembre 2018
  • :
  • :

3e édition du festival Ciné droit libre: la question migratoire au centre des débats

L’Institut français de Bamako a abrité, le mercredi après-midi, la cérémonie officielle de lancement des activités de la troisième édition du festival Ciné droit libre de Bamako. Cet événement, qui se veut un espace de projections de films sur les Droits Humains et la liberté d’expression en Afrique francophone, a décidé, pour cette édition, de susciter la réflexion autour du triptyque « migrations-immigrations clandestines-réfugiés », à travers le thème : « Migrations : loin de chez moi ? ».

Cette cérémonie d’ouverture de cette édition parrainée le rappeur malien Master Soumy s’est déroulé en présence du Coordinateur général du festival « Ciné droit libre », Abdoulaye DIALLO ; de l’Ambassadeur des Pays-Bas au Mali, Jolke OPPEWAL, du chef de cabinet du ministre des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine, Moussa KONE ; du représentant Spécial de la CEDEAO au Mali, Cheaka Aboudou TOURE, et une brochette d’artistes et humoristes de renommée internationale. L’animation était assurée par le l’humoriste et comédien, Mareshal Zongo.
Ciné Droit Libre est un festival régional qui se tient chaque année dans 4 pays de l’Afrique de l’Ouest, à savoir le Burkina Faso, le Sénégal, le Mali et la Côte d’Ivoire. Il s’agit d’un festival populaire et non commercial qui a pour but de sensibiliser les populations sur des questions de droits humains, de bonne gouvernance et de démocratie.
Le festival «Ciné Droit Libre» a comme objectif de promouvoir et de défendre les droits humains ainsi que la liberté d’expression, à travers le cinéma. Sa formule de film-débat a connu un franc succès à Bamako.
Cette édition est parrainée par le rappeur malien, MASTER SOUMI, connu pour ses prises de position sur des sujets liés aux droits humains et à l’extrémisme violent.
Après le mot de bienvenue du coordinateur de Ciné Droit Libre-Mali, Moctar BARRY, le parrain de la troisième édition du festival, Master Soumy, a fait ressortir, dans son discours, l’importance que le festival a accordée aux artistes maliens en renforçant leurs capacités afin de mieux exprimer leur engagement en faveur de la promotion des droits de l’homme.
De son côté, l’Ambassadeur du Royaume des Pays-Bas au Mali, a souligné que des thématiques abordées telles que l’extrémisme violent, les migrations, les violations de droits de l’homme se doivent d’être abordées, à travers les arts tels que le fait ce festival.
Cette cérémonie a été marquée de débats suite à la projection du film «Frontières» en présence du délégué à l’intégration africaine au Mali et du représentant spécial du président de la commission de la CEDAO au Mali, afin de discuter sur les problématiques liées aux formalités administratives sur les frontières de l’espace CEDEAO.
L’édition 2018 s’articule autour d’une série d’activités cinématographiques, artistiques et de formations telles que les projections de films suivis de débats, le Village du festival, l’Espace lycée et les espaces universitaires, le Dialogue démocratique, les masters class, etc.
Selon les organisateurs de cette manifestation, plusieurs grandes dates sont à retenir au cours de cette édition.
Tout a commencé, mardi dernier, par l’ouverture du festival à l’Institut français avec le film « Frontières » de Apoline TRAORE (Burkina-Faso).

Hier mercredi, il y a eu le démarrage des projections-débats dans les quartiers populaires (Sikoro Sourakabougou) et à l’université (CAMPUS IUG) ainsi qu’à l’institut national des arts.
Ce jeudi 25 janvier à 15 h, à la Maison de la presse du Mali, il est prévu un dialogue démocratique sur « Migrations et Droits Humains » animé par Khadja Nin, Artiste, installée au Mali, LE Dr Abdramane Sylla, ministre des Maliens de l’extérieure, Aboudou Chéaka TOURE, Représentant spécial de la CEDEAO et Dr Aminata Dramane Traoré, écrivaine et activiste altermondialiste.
Demain, vendredi 26 janvier, le festival Ciné Droit Libre s’installe dans le centre BLONBA, qui va accueillir deux jours de masters class et deux soirées de projections-débats.
Enfin, le samedi 27 janvier, la Maison de la presse accueille la cérémonie officielle du festival à 18 h 30 avec comme film de clôture « I am not your negro » de Raoul PECK, pendant qu’à partir de 19 h sur le terrain de la CIII, il est prévu la clôture populaire du festival avec des projections et un concert live animé par Mylmo et Master Soumi et avec comme Guest Star, Didier Awadi du Sénégal.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *