Search
samedi 8 mai 2021
  • :
  • :

43e CSA à Kayes: ce qui a été débattu

Kayes a abrité ce lundi 29 mars 2021, à l’hôtel Kamankolé, la 43e session du Comité de suivi l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger (CSA).

Après l’ouverture des travaux, le programme de la journée a débuté par une communication de la partie malienne sur les développements intervenus dans la mise en œuvre de l’Accord depuis la 5e réunion de haut niveau du CSA, notamment en relation avec les points suivants: les réformes institutionnelles découlant de l’Accord ; le suivi des conclusions de la réunion de niveau décisionnel du 9 février 2021 ; le parachèvement du DDR accéléré et le lancement de nouvelles phases du DDR ; le lancement des projets pilotes de développement éligibles au financement dans le cadre du Fond de Développement Durable et suivi des engagements de contributions annoncées ; l’élargissement de la participation des femmes dans les différents mécanismes de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.
Selon nos sources, l’examen des conclusions et recommandations du huitième rapport de l’observateur indépendant et la préparation du projet du communiqué final ont bouclé cette 43e session ordinaire du CSA à Kayes qui fait suite à celui organisé à Kidal, pour la première fois.
Pour rappel, lors de la 5e réunion de Haut niveau du Comité de suivi de l’Accord (CSA), les annonces de soutien suivantes avaient été faites :
a- Union européenne : Amélioration de l’infrastructure du Camp 1 du Bataillon de l’Armée Reconstitué de Kidal ; financement de travaux communautaires de haute intensité en main d’œuvre ; financement de projets de dialogue intercommunautaires ; équipement du gouvernorat de Kidal et ; appui au Comité de Suivi de l’Accord.
b- Algérie : Octroi d’une nouvelle aide alimentaire et en produits pharmaceutiques ; réhabilitation d’au moins une école dans la ville de Kidal et augmentation du nombre de bourses d’études, notamment dans le domaine de la formation professionnelle, pour les demandeurs issus des régions du nord du Mali.
c- MINUSMA : Financement d’un barrage hydraulique à Kidal d’un montant d’un million de dollars et dont la réalisation technique se fera en collaboration avec le Gouvernement malien.
d- France : Contribution de 2 millions d’euros au Fonds de développement durable en vue du lancement effectif et rapide de premiers projets de développement au bénéfice des régions du Nord. 
e- CSA : Octroi prochain de 3 sièges supplémentaires pour les femmes au CSA, et de 12 sièges au niveau des quatre sous- comités de l’Accord.
Quant aux recommandations de l’Observateur Indépendant, elles mettent l’accent sur des actions structurantes et de court terme qui contribueraient à recentrer les efforts des Parties, renouveler la méthode de travail, et surmonter les obstacles, afin de réaliser des progrès concrets pour la paix et la sécurité au Mali.
Le rapport souligne les retards considérables pris dans la mise en œuvre des dispositions essentielles de l’Accord. Il montre que les deux piliers politico-institutionnels et sécuritaire sont interdépendants et devront avancer ensemble ou aucun ne réussira. Il insiste ainsi sur l’absence d’avancées significatives sur les questions de démobilisation des ex-combattants, d’intégration d’une partie d’entre eux dans les forces nationales, y compris au niveau de commandement, et de réforme de la sécurité. De la même manière, des dispositions centrales restent à mettre en œuvre pour une décentralisation approfondie et une représentation des populations, y compris du Nord, dans les institutions nationales.
Une observation clé réside dans l’impact négatif lié au manque d’un organe de travail malien décisionnel et dédié à la mise en œuvre de l’Accord. Pour réaliser des progrès significatifs, l’Observateur Indépendant suggère l’instauration d’un organe, ou cadre, de travail inter-malien cohérent et efficient. Celui-ci devrait jouir de l’autorité nécessaire et être capable de coordonner l’exécution de décisions concertées sur tous les aspects de l’Accord.
Dans l’immédiat, le rapport insiste sur des actions urgentes à mettre en œuvre pendant la Transition. Le Gouvernement devrait finaliser le redécoupage administratif indispensable à l’établissement des listes électorales, étape cruciale pour garantir que tous les Maliens, y compris ceux des régions de Taoudéni et Ménaka, se sentent représentés lors des prochaines élections. En parallèle, il s’agit de soutenir pleinement les premières unités de l’armée reconstituée, qui, au départ, ont manqué d’équipement et d’attention, afin d’en faire un outil de confiance, ainsi qu’un modèle pour la suite de la réforme du secteur de la sécurité. Porter l’effort sur ces unités reconstituées permettra également de contribuer à la sécurité, de garantir le retour des services sociaux de base, de renforcer le soutien à l’Accord, et de reconstruire la confiance des populations dans un Mali en paix.
Une forte délégation ministérielle est arrivée à Kayes ce dimanche pour ce CSA. Il s’agit des ministres de la Défense et des anciens combattants, le Colonel Sadio CAMARA ; de l’Administration territoriale et de la décentralisation, le Lt-colonel Abdoulaye MAIGA ; de la Réconciliation Nationale, le Colonel-major Ismaël WAGUE. La délégation comprenait également Zahabi Ould Sidi Mohamed, Président de la CNDDR.
Les autres délégations sont arrivées hier matin.

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *