Search
mardi 11 décembre 2018
  • :
  • :

4e Session extraordinaire du CESC: les grands progrès enregistrés

Du 16 au 20 de ce mois se tient la 4e Session extraordinaire de la 5e mandature du Conseil économique, social et culturel (CESC) consacrée au renouvellement partiel du bureau de l’Institution. L’ouverture des travaux hier lundi, à son siège à Koulouba, a été l’occasion pour le Président Boulkassoum HAIDARA d’égrener les grands progrès réalisés.

Mais avant, il a exprimé toute sa satisfaction et sa fierté au Bureau sortant pour l’excellent travail abattu. À l’ensemble des Commissions statutaires qui ont été très actives sur le terrain, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du pays, il a adressé ses vives félicitations pour les résultats probants obtenus.
Le Président HAIDARA a informé les membres du CESC que par dérogation à la contrainte habituelle d’une Session extraordinaire qui se limite au seul point inscrit à l’ordre du jour, le Bureau a estimé qu’en marge de cette Session consacrée au renouvellement partiel du Bureau du Conseil économique, social et culturel, l’Institution pouvait s’offrir le privilège de renforcer les capacités de ses membres. Ce, dans un domaine qui les interpelle quotidiennement, à savoir les enjeux de la bonne gouvernance ou les conséquences désastreuses de la mauvaise gouvernance.
Après cet entracte, le Président du Conseil économique, social et culturel a souligné que de l’entame de la mandature en cours à nos jours, l’Institution a enregistré de grands progrès dans l’appréciation des effets néfastes du bouleversement économique de notre environnement par le changement climatique. De même, a-t-il poursuivi, elle a également eu l’opportunité de mesurer les conséquences dramatiques de l’insécurité engendrée par l’extrémisme violent et le radicalisme. Poursuivant sa série de progrès enregistrés, M. HAIDARA a fait état du bénéfice constant de formation de l’Institution pour le renforcement des capacités de ses membres en matière sociale, singulièrement en faveur d’un socle de protection sociale efficace et durable au Mali.
Les progrès, en matière économique, selon le Président Boulkassoum HAIDARA, ont été caractérisés par l’initiation des membres du CESC aux techniques d’évaluation des avis en réponse à des saisines gouvernementales sur les projets de loi (notamment des finances).
Toutefois, a mis en exergue M. HAIDARA, face à la rigueur de la société civile pour la gestion saine de la Cité, l’Institution s’essaie aussi durant cette Session extraordinaire, à l’exercice de la connaissance des mécanismes d’une bonne gouvernance efficace, transparente et crédible, à travers les procédures de passation des Marchés Publics dans notre pays.
Le Président du Conseil économique, social et culturel se dit convaincu qu’avec l’expertise dont sont nantis les conférenciers, à savoir l’Autorité de Régulation des Marchés Publics et Délégation de Service public, les participants à l’atelier seront édifiés sur les méandres des règles qui régissent l’univers des Marchés Publics et surtout sur les possibilités de recours qui s’offrent aux soumissionnaires lésés, victimes d’irrégularité ou d’injustice. Il dit compter sur l’assiduité des membres de l’Institution, leur participation active à cet atelier de trois jours, avant la séance de renouvèlement partiel du Bureau du Conseil économique, social et culturel, le vendredi 20 avril prochain.
Il faut rappeler que ce sont les deux Secrétaires de bureau et les Présidents des Commissions qui sont concernés par ce renouvellement annuel. Le Président et la Vice-présidente ayant un mandat de 5 ans, correspondant à la durée de la mandature.
Conformément à l’article 106 de la Constitution du 25 Février 1992 : ‘’ Le Conseil économique, social et culturel a compétence sur tous les aspects du développement économique, social et culturel.
Il participe à toute commission d’intérêt national à caractère économique, social et culturel’’.
L’article 107 dispose :’’Le Conseil économique, social et culturel collecte, rédige, avec la participation des différentes entités qui le composent, à l’attention du président de la République, du Gouvernement et de l’Assemblée nationale, le recueil annuel des attentes, des besoins et des problèmes de la société civile avec des orientations et des propositions’’.
L’article 108 précise : ‘’Le Conseil économique, social et culturel est obligatoirement consulté sur tout projet de loi de finances, tout projet de plan ou de programme économique, social et culturel ainsi que sur toutes dispositions législatives à caractère fiscal, économique, social et culturel’’.

Par Bertin DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *