Search
mercredi 18 octobre 2017
  • :
  • :

78ème conseil d’administration de l’INPS: le budget 2015 arrêté à 111, 647 milliards

La  78ème session du Conseil d’administration de l’Institut national de prévoyance sociale (INPS)  tenue, hier, dans sa salle de conférence, a arrêté son budget 2015 en recettes à 111 647 710 000 FCFA et en dépenses à 98 535 956 324 FCFA. Au cours de cette session, le président du Conseil d’administration, Mamadou SIDIBE, a adressé, au nom des administrateurs, les félicitations à la direction générale et au personnel de l’INPS pour le travail bien fait et le maintien du cap de la performance.

La session, presque conjointe de la 77è et 78è du conseil d’administration de l’Institut, a réuni, comme à l’accoutumée, les administrateurs venus de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), des pouvoirs publics, des retraités et du personnel de l’INPS.

Avant l’examen et l’adoption du budget 2015 de la structure, les administrateurs ont examiné et adopté le procès-verbal de la 76ème session ordinaire du conseil d’administration.

Aussi, ont-ils examiné, le programme d’investissement revu et corrigé de l’l’Institut, la note relative à la seconde phase du programme de départ négocié des travailleurs de l’INPS et celle relative à l’offre de terrain de la SOMEPAC.

Selon le président du conseil d’administration, Mamadou SIDIBE, le budget de l’Institut national de prévoyance sociale pour l’année 2015 est arrêté en recettes à 111 647 710 000 FCFA et en dépenses à 98 535 956 324 FCFA avec un excédent prévisionnel de 13 111 753 676 FCFA.

Ce budget, a-t-il noté, prend en compte les actes d’orientations et les recommandations du Conseil d’administration. Il s’appuie, a souligné le PCA, sur les axes stratégiques lui permettant d’assurer à partir des ressources suffisantes et stables le service régulier et à échéance des prestations sociales, l’épanouissement de son personnel, et d’apporter sa contribution à une croissance durable de l’économie nationale.

Le budget 2015 est caractérisé par une augmentation des recettes par rapport aux prévisions rectifiées de 2014 (cette croissance est consécutive à la mise en œuvre du programme d’apurement et de maîtrise du fichier, et à la poursuite du plan de recouvrement des créances de l’Institut) ; et une augmentation des dépenses techniques par rapport aux prévisions 2014 (cette prévision prend en compte la pression des demandes de liquidation anticipée des pensions et la forte augmentation du taux et des demandes de prestations familiales, consécutive aux accords Gouvernement-UNTM), a précisé Mamadou SIDIBE.

Malgré les acquis, a-t-il indiqué, beaucoup de chemin reste encore à parcourir. Il s’agit surtout, a énuméré le PCA, des ressources humaines de l’INPS (la qualité du travail et les résultats dépendent de la qualité des ressources humaines).

C’est pourquoi, il a exhorté l’Institut à mettre l’accent sur la formation du personnel et surtout sur les besoins nouveaux en ressources humaines.

«Le programme d’investissement, revu et corrigé par la direction générale, est adossé au Plan stratégique et s’étale sur cinq ans pour un coût de 44,063 milliards de FCFA à l’horizon 2019.

Il est axé sur la réalisation d’immeubles d’exploitation et de rapport d’agencements et d’aménagements divers, d’acquisition et de renouvellement de logiciels et de matériels informatiques, de matériels et mobiliers de bureaux, de matériels techniques et matériels roulants», a déclaré M.SIDIBE.

Il a fait remarquer que son ossature s’articule autour d’un programme immobilier, bâti sur des immeubles d’exploitation ; ainsi que de rapport dans un souci de renforcement des réserves par la diversification et le développement des ressources diverses autres que celles des cotisations.

Au nom de tous les administrateurs, Mamadou SIDIBE a adressé les félicitations à la direction générale et à tout le personnel de l’INPS pour le travail bien fait et le maintien du cap de la performance.

Auparavant, s’est tenue dans la même salle une session du conseil d’administration, dédiée à l’Assurance maladie obligatoire (AMO), en présence du directeur général de la CANAM.

Cette session était consacrée à l’examen et à l’adoption du budget 2015 de l’AMO à l’INPS.

Elle a aussi examiné et adopté le budget rectificatif 2014.

Selon le PCA, les cotisations sociales du régime de l’AMO s’élèvent à 8,075 milliards de FCFA en 2015 contre une réalisation, estimée au 31 décembre 2014 à 7,166 milliards de FCFA, soit un taux d’accroissement de 12,7%.

Quant aux prévisions de dotation de gestion technique, elles sont fixées à 3 milliards de FCFA contre une prévision 2014 rectifiée de 2,5 milliards de FCFA. Cette prévision, a-t-il précisé, est conforme à la montée en charge, constatée depuis le 2ème trimestre 2014, avec des piques de plus de 300 millions de FCFA par mois et une moyenne mensuelle, située autour de 225 millions FCFA.

‘’Le niveau de 2015 prévoie une moyenne mensuelle de 250 millions’’, a révélé le PCA.

«Je tiens à signaler que pour l’AMO, en dépit d’un démarrage difficile, il est à constater le respect par certains employeurs de payer la part patronale des cotisations sociales…L’AMO reste un puissant moyen de lutte contre la pauvreté.  Pour l’année 2015, la direction générale de l’INPS met en place un plan de communication pour une vaste campagne d’information et de sensibilisation pour une adhésion massive des salariés’’, a conclu le président du Conseil d’administration.

Par Hamidou TOGO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *