Search
mardi 21 novembre 2017
  • :
  • :

A propos de la libération des 4 terroristes: IBK remet les pendules à l’heure

Depuis l’annonce de l’échange de 4 terroristes contre la libération intervenue la mardi dernier, de l’otage français, Serge Lazarevic, la polémique enfle, la controverse s’installe. L’émotion cède à la colère de l’opinion. Après les gorges chaudes défenseurs des droits de l’homme, les gardiens de prison,qui menaçaient d’aller en grève sont reçus par le président de la République samedi.

Réagissant pour la première sur les antennes de RFI à la libération des 4 terroristes en contrepartie de celle de Serge Lazarevic, le dernier otage français, le président IBK, depuis Dakar où il participe au sommet sur la sécurité, a mis les points sur les « i » et remis les pendules à l’heure. De la manière la plus claire et la plus ferme, le président IBK ouvre la chasse à l’homme contre les 4 terroristes coupables, dit-il, des pires ignominies. Un « devoir d’honneur » assure le président qui dit que toutes les forces seront lancées dans la traque pour retrouver ces 4 terroristes afin que la mort de Kola SOFARA ne soit pas vaine. Pour cela, armées malienne, française et nigérienne mettront tout en œuvre pour les traquer et les retrouver.

IBK : Que nul ne se méprenne sur notre détermination à poursuivre par tous les moyens ces hommes-là qui se sont rendus coupables d’une telle ignominie, où qu’ils se trouvent.

RFI : Vous voulez dire que les 4 djihadistes libérés ont des soucis à se faire ?

IBK : je ne vous le ferais pas dire à leur place, j’eusse préféré rester en prison.

RFI : Vous allez les traquer ?

IBK : Totalement.Toutes nos forces : françaises, maliennes, nigériennes. C’est un devoir vis-à-vis du compagnon Serge Lazarevic. C’est un devoir d’honneur vis-à-vis de Kola SOFARA, agent de prison malienne dont la vie ne sera pas abandonnée au chien.

RFI : Oui, parmi les 4 djihadistes justement libérés, il y a un, lors d’une tentative d’évasion, avait tué un gardien de prison, d’où l’émotion à Bamako ?

IBK : Absolument, c’est ce que je venais de dire. La mort de Kola SOFARA ne sera vaine.

le rédaction

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *