Search
jeudi 20 janvier 2022
  • :
  • :

Activité physique: un moyen de prévention du Diabète

En marge de la journée mondiale du Diabète, célébrée chaque année le 14 novembre, le ministère de la Santé et du développement social, en collaboration avec la Fédération nationale des Diabétiques du Mali, l’ONG Santé Diabète et leurs partenaires, a organisé une conférence de presse, ce jeudi 11 novembre 2021, à la Direction générale de la santé.

Le thème de cette édition 2021 portera sur : « Accès aux soins du Diabète ».
Les conférenciers étaient le Dr Alou Bagayogo, représentant du ministère de la santé ; le Dr Fousseyni DIENTA, représentant de l’association malienne de lutte contre le Diabète ; le Dr Moïse N’guemeni, représentant de l’ONG santé Diabète ; le Dr Bah TRAORE, Diabétologue à l’hôpital du Mali ; et Balla KOUYATE,représentant de la FENADIM.
L’objectif de cette conférence de presse, selon les organisateurs, était d’informer non seulement la population à travers les medias, sur la célébration de la journée mondiale du Diabète, mais également sur les conséquences de cette maladie.
Dans les interventions, les spécialistes en santé ont expliqué que le diabète est une maladie qui se définit par une glycémie trop élevée en permanence. Ensuite, ils ont fait savoir que le diabète présente trois formes. Il s’agit selon eux, du diabète de type 1 ; type 2et le diabète gestationnel.
Les conférenciers ont fait savoir que le diabète de type 1, qui touche 10% des personnes atteintes de diabète et principalement les enfants et les jeunes: le pancréas ne fabrique plus du tout d’insuline et doit être « compensé artificiellement » par des injections sous-cutanées d’insuline quotidiennes.
Selon les spécialistes en santé, le diabète de type 2, qui concerne 90% des personnes atteintes de cette maladie et plus particulièrement les adultes de plus de 45 ans, sédentaires et en surpoids, est lié à une mauvaise utilisation de l’insuline par les cellules de l’organisme.
Enfin, le diabète gestationnel survient, selon les spécialistes, chez la femme enceinte, avec une hyperglycémie de sévérité variable desrisques accrus de complications pendant la grosse et l’accouchement et de développer ensuite un diabète de type 2.
La fédération internationale du Diabète (FID) estime que 2/3 des personnes malades de diabète sont en âge de travailler et que 3/4 ayant le diabète vivent dans des pays à revenus faible et moyen. Les specialistes ont déploré que le diabète avait causé 4 millions de décès en 2017.
Dans ses propos, le Dr Bah TRAORE, diabétologue, a informé que les communes périphériques de Bamako souffrent du manque de diabétologues dans leurs Centres de santé malgré les 147 médecins diabétologues formés. Selon lui, ces diabétologues manquent de mesures d’accompagnement de la part de l’Etat.
Concernant la prise en charge du diabète, le Dr TRAORE a soutenu que tous les médicaments antidiabétiques ne sont pas inscrits à l’AMO. Par ailleurs, il a informé qu’en 2018une liste de médicaments avait été validée par les autorités afin de l’inscrire à l’AMO. Il a déploré que ces médicaments n’étaient pas encore sur la liste des médicaments pris en compte par l’AMO.
« Beaucoup d’insuline sont en essai mais aucune d’entre eux n’a été confirmée par les sciences », a déclaré le Dr Bah TRAORE.
Pour terminer, le diabétologue a conseillé de faire l’activité physique qui permet d’éviter le diabète. Pour lui, il s’agit d’une activité physique qui ne rend pas dans le quotidien. Il a ajouté que la modification des aliments contribue beaucoup à la prévention du diabète chez l’Homme. Car, l’Homme a la commande de son corps.
A noter que le lancement officiel de la journée mondiale du Diabète, édition 2021, se tiendra le dimanche prochain, à l’Hôpital du Mali.

Par SABA BALLO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *