Search
lundi 16 octobre 2017
  • :
  • :

Activités politiques des libéraux: les grands rendez-vous du PCR

La formation de la jeunesse du parti sur l’option libérale, au Carrefour des jeunes de Bamako, du 30 novembre au 2 décembre 2014; le voyage de deux représentantes du parti en Côte-d’Ivoire, du 23 au 30 novembre prochain; et la participation du président du parti à l’Assemblée générale du Réseau libéral africain à Marrakech, au Maroc, du 26 au 30 novembre prochain, tels sont les grands rendez-vous du moment que les responsables et militants du Parti citoyen pour le renouveau (PCR), ayant pour option politique le libéralisme, s’apprêtent à vivre.

L’annonce a été faite à la presse, le samedi dernier, par le président du PCR, Ousmane Ben Fana TRAORE. C’était au siège du parti, sis au quartier Hippodrome. Animée principalement par ce dernier, la rencontre avec la presse s’est déroulée en présence de certains responsables du PCR, notamment KONATE Rachelle KEITA, Moussa MAIGA, et Mahamadou OUEDRAGO, qui sont respectivement secrétaire aux relations extérieures, secrétaire politique adjoint, et secrétaire à la communication du PCR.

Concernant le premier point, à savoir la formation de la jeunesse PCR, le président TRAORE a rappelé que le PCR est l’un des rares partis, pour ne pas dire le seul de l’échiquier qui se soucie de la formation de sa jeunesse.

Aussi, a-t-il précisé, cette formation sur l’option libérale et la vision du PCR vise à renforcer les capacités morales, politiques et idéologiques des jeunes.

Par ailleurs, a-t-il noté, le choix du Carrefour des jeunes de Bamako pour abriter l’évènement est tout un symbole.

Selon Ousmane Ben Fana TRAORE, il s’agira de la formation des formateurs. Ces derniers doivent à leur tour former le grand noyau du parti sur, entre autres, les piliers du libéralisme, le projet de société du PCR.

A travers cette formation de la jeunesse, le parti responsabilise non seulement les jeunes, mais aussi assure la relève. Car, est-il convaincu, la politique n’est pas une course de vitesse, ni une question de masse, mais surtout de qualité de ses militants capables de perpétuer les valeurs et idéaux du parti et remplacer valablement les responsables.

Quant au deuxième évènement, il a trait au voyage de deux femmes du PCR en Côte d’ivoire. A ce sujet, le président TRAORE a indiqué qu’il s’agit d’une formation de 5 jours destinée aux femmes des partis libéraux du Mali, du Burkina Faso, du Sénégal et de la Côte d’ivoire, initiée par le parti présidentiel ivoirien. Elle vise surtout à outiller les participantes au leadership féminin, les questions de paix et de démocratie. Le PCR sera représenté par  Fatoumata DRAME et Mariam DIENTA.

Le troisième rendez-vous majeur est l’Assemblée générale du Réseau libéral africain à Marrakech au Maroc devant regrouper les 45 partis libéraux africains.

La rencontre de Marrakech aura à adopter une nouvelle Constitution de Réseau, examiner la gestion financière, et valider les nouvelles adhésions au Réseau. Sur ce point, le président TRAORE s’est réjoui de la confiance de ses pairs, placée en lui, pour parrainer l’adhésion de l’opposant à l’ancien Président Blaise COMPAORE, à savoir Zépherin ZABRE au Réseau libéral africain, lors de la rencontre de Marrakech.

Pour M. TRAORE, l’adhésion de M. ZABRE et bien d’autres responsables  dénote l’ancrage fulgurant du libéralisme en Afrique.

D’ailleurs, il n’a pas caché ses vœux de voir M. ZABRE, occuper le poste de 3è Président libéral en Afrique de l’ouest.

Actualité nationale oblige, le président du PCR a profité de cette rencontre avec la presse pour donner le point de vue de sa formation politique sur la maladie Ebola, les malversations financières et surtout la rencontre entre le Président IBK et la société civile et les partis politiques (majorité et opposition), sur les grandes questions de la nation.

Le président du PCR a réitéré son appartenance à la majorité présidentielle et son soutien aux actions du gouvernement.

Concernant la maladie à virus Ebola, il préconise plus de rigueur et de prudence dans la lutte.

Aussi, a-t-il révélé, le PCR est en train d’initier des «Appendices », c’est-à-dire des noyaux de jeunes, créés sous l’égide du parti, mais sans être membres, qui vont sensibiliser les populations sur les dangers de cette pandémie qui est réelle et sur les moyens efficaces de protection.

Le président du PCR a fortement apprécié le dialogue direct entre le Président IBK et les responsables de la société civile et ceux des partis politiques (majorité opposition).

A son avis, cette initiative qu’il faut pérenniser a permis de dissiper beaucoup de malentendus et d’informer l’opinion publique sur bon nombre de préoccupations.

Au sujet des malversations, il est d’avis avec le Président IBK sur le principe de la sanction des fautifs pour mettre fin à l’impunité.

Le président du PCR a donné «mention spéciale » à Chérif Ousmane Madani HAIDARA pour son rôle extrêmement patriotique dans l’unification de tous les responsables de la société civile malienne autour de certaines valeurs pour la défense commune et exclusive des intérêts du Mali, partout où cela s’avère nécessaire, et sans contrepartie.

En conclusion, le président du PCR a promis de rencontrer la presse pour les comptes-rendus de ces différentes rencontres, surtout leurs grandes retombées.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *