Search
vendredi 24 septembre 2021
  • :
  • :

Adam Dicko, présidente de l’AJCAD: ‘‘prolonger la transition, c’est encourager le tâtonnement…’’

Les responsables de la Synergie 22, une organisation de la société civile spécialisée dans l’observation du processus électoral au Mali, ont animé, ce samedi 21 août 2021, une conférence de presse sur l’an I du mandat de la Transition, à la Maison de la presse. Au cours de cette rencontre avec les hommes de média, les responsables de la Synergie ont exprimé leurs préoccupations face aux défis énormes qui restent à relever dans la mise en œuvre des missions assignées à la Transition, conformément à l’article 2 de la Charte dans le délai restant.

Cette conférence de presse était animée par le Président de l’Observatoire pour les élections et la bonne gouvernance au Mali, le Dr Ibrahima SANGHO, porte-parole de la Synergie. Il avait à ses côtés, Mme Adam DICKO, Présidente de l’AJCAD ; Lassiné DIARRA, représentant du CONSORTIUM ELE-Citoyenneté Droits Humains inclusifs ; plusieurs autres responsables de la Synergie.
De son exposé liminaire, il ressort que face au retard constaté dans la mise en œuvre des actions prioritaires, la Synergie 22 s’interroge sur la volonté manifeste des autorités pour un retour à l’ordre constitutionnel dans le délai prescrit.
À ce sujet, la Synergie rappelle l’article 22 de la Charte de la Transition :
« La durée de la Transition est fixée à dix-huit (18) mois à compter à compter de la date d’investiture du Président de la Transition ».
Alors qu’il ne reste plus que sept mois pour sortir de la Transition, la Synergie attire l’attention des autorités de la Transition sur la nécessité d’accélérer les réformes nécessaires de fin de Transition, pour le respect des engagements pris devant le peuple malien et la communauté internationale. Il s’agit notamment, dit-il, de la sécurité des personnes et de leurs biens ainsi que la protection des droits de l’Homme ; le respect de la durée de la Transition à travers l’organisation d’élections transparentes, crédibles et inclusives ; la promotion d’une gouvernance vertueuse.
M. SANGHO a dénoncé les nombreuses violations des droits de l’homme, notamment l’arrestation et la séquestration de l’ancien président de la Transition Bah N’DAW et l’ancien Premier ministre Moctar OUANE.
En répondant à la question de savoir s’il fallait oui ou non prolonger la Transition, la présidente de l’Association des jeunes pour la citoyenneté active et la démocratie (AJCAD), Adam DICKO, membre de la Synergie, a répondu que de son avis, le délai imparti est suffisant pour faire le nécessaire afin de sortir de cette période de transition.
«Le délai de 18 mois a été fixé entre nous Maliens, nous avons donc le devoir de respecter ce délai. Mais, si les autorités actuelles de la transition sont incapables de respecter ce délai, cela constitue, à mon avis, une raison suffisante pour leur demander de partir. Car, ce qu’on n’a pas pu faire en 18 mois, il n’est pas évident qu’on puisse faire cela même en 5 ans. Si on accepte de prolonger cette transition, c’est comme si nous sommes en train d’encourager la médiocrité. Pour nous, les 7 mois restants sont largement suffisants pour organiser les élections nécessaires, notamment des élections présidentielle et législatives qui doivent nous permettre de revenir à la normalité constitutionnelle. Ainsi, les autorités légitimement élues vont continuer avec les autres missions indispensables à la refondation du Mali».
Selon elle, la Synergie dans le cadre de ses missions de veille citoyenne va continuer à interpeller les autorités de la Transition sur leurs engagements. Aussi, il s’agira de continuer à sensibiliser les jeunes pour qu’ils ne tombent pas dans le piège tendu par les autorités de la Transition consistant à leur faire accepter le fait accompli.
De son avis, une prolongation de la transition n’est pas une bonne chose pour le Mali. De toute façon, a rappelé Mme Adam DICKO, nous avons l’obligation de respecter les engagements pris devant la communauté internationale sur le respect des 18 mois. Car, de plus en plus, a-t-elle déploré, le Mali donne l’impression d’un pays qui est en train de se spécialiser dans le non-respect de ses engagements devant la communauté nationale et internationale.
«On ne respecte pas les dispositions de la Constitution, on ne respecte pas les textes et lois du pays à l’image de l’article 39, on ne respecte pas non plus la charte de la transition», a-t-elle critiqué.
Elle est convaincue que la période qui nous sépare de la fin de la Transition (7 mois) est suffisante pour organiser ces deux scrutins (présidentiel et législatif) nécessaires pour la fin de la Transition.
«Nous avons perdu assez de temps, il y a eu beaucoup de recréation. Aujourd’hui, les autorités doivent se ressaisir pour organiser rapidement ces élections», a-t-elle insisté.
Même si la Synergie s’impatiente face à l’organisation des élections, elle estime néanmoins que certaines réformes sont nécessaires avant la tenue des scrutins. Pour ce faire, ses responsables invitent les autorités à prioriser les réformes institutionnelles et électorales, afin que nous ne puissions plus connaître de coup d’État.
En tout cas, à en croire la Présidente de l’AJCAD, Adam DICKO, les coups d’État sont les conséquences des défaillances qui existent au niveau de notre système électoral.
Pour la conférencière, tant qu’il n’y a pas de volonté politique de finir avec la Transition, aucun délai ne va suffire.
«On peut prolonger cette transition à dix ans, mais tant que la volonté politique n’est pas là, on va continuer 10 ans à toujours dire, il y a l’insécurité. Je pense qu’on est arrivé à un moment où l’insécurité ne doit plus être un argument suffisant pour justifier une éventuelle prolongation de la Transition », a-t-elle tranché.
«Le danger pour nous, c’est de déjà de penser à une prolongation», a estimé Mme Adam DICKO qui invite tous les Maliens à s’engager à faire en sorte que les actions prioritaires de la Transition soient mises en œuvre dans le délai.
Aujourd’hui les responsables de la Synergie 22 constatent avec regret que les autorités de la Transition, au lieu de s’attaquer aux actions prioritaires, sont en train de préparer les esprits à une éventuelle prolongation des 18 mois.
«Ce n’est pas la prolongation qui va être une solution. Ce qui nous manque aujourd’hui, ce n’est pas le temps, ce qui nous manque c’est surtout la volonté politique, c’est surtout des actions concrètes sur le terrain», a critiqué la Présidente de l’AJCAD.
Elle dénonce que nous avons passé dix mois à tâtonner. «Prolonger la transition, c’est encourager le tâtonnement», dit-elle.
Pour des élections transparentes, inclusives et apaisées, la Synergie, selon ses responsables, préconise plusieurs mesures. Parmi lesquelles on peut noter la création d’un organe indépendant et unique de gestion des élections (OGE) dans la Constitution et la Loi électorale, dans un souci de cohérence et d’efficacité technique et financière.
Il s’agit aussi de changer le mode de scrutin actuel (majoritaire uninominal ou plurinominal à deux tours) pour l’élection des députés à l’Assemblée nationale en un mode de scrutin proportionnel ; et de créer les circonscriptions électorales des nouvelles régions pour leur permettre de prendre part aux élections de fin de transition.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *