Adhésion de OUMAROU AG IBRAHIM au RPM: le choix qui désoriente les conseillers Adema

Le président du Haut conseil des collectivités, Oumarou Ag Ibrahim Mohamed HAIDARA, a informé, hier, le groupe Adema de l’institution, de son départ du parti. Ses interlocuteurs sont sortis glacés et désorientés après la rencontre. Certains redoutent déjà une hémorragie au sein du groupe à la Maison des collectivités.

Ce qui n’était qu’une rumeur aux yeux du groupe Adema, depuis la semaine dernière, a été confirmé, hier, par l’intéresse lui-même. Au fait, le président du Haut conseil des collectivités, Oumarou Ag Ibrahim Mohamed HAIDARA, puisqu’il s’agit bien de lui, a informé son désormais ancien groupe Adema du HCC de sa décision d’adhésion au parti RPM. Une information qui est tombée comme un couperet au sein du groupe.

Selon les indiscrétions, le président du HCC, Oumarou Ag Ibrahim Mohamed HAIDARA, a rencontré, hier, dans son bureau, le groupe Adema pour l’informer de sa démission de l’Adema au profit du Rassemblement pour le Mali (RPM).

Il aurait évoqué, sans rentrer dans des détails, les raisons qui l’ont poussé à claquer les portes du parti de l’Abeille.

Oumarou Ag Ibrahim aurait, à cette occasion, remercié ses ex-camarades de l’Adema pour leur soutien durant tout le temps qu’ils ont passé ensemble.

Selon les mêmes sources, le départ du président Oumarou Ag, non moins quatrième vice-président du Comité Exécutif Adema, va entrainer une vague de démissions au sien des conseillers Abeilles  au Haut conseil des collectivités.

En effet, depuis hier mercredi, certains conseillers Adema, fidèles parmi les fidèles de l’homme, n’excluaient pas la possibilité pour les conseillers Adema d’emboîter le pas au président du HCC.

Un conseiller, qui a préféré gardé l’anonymat, a affirmé:

«C’est possible que tout le groupe le suive… ».

Cependant un autre, sous le couvert l’anonymat, a déclaré:

« Il nous a informé ce matin de son départ de l’Adema pour le RPM. C’est un choix, nous le respectons. Mais je ne pense pas que tous les conseillers Adema vont le suivre. Chacun a le choix. Nous sommes dans ce parti depuis qu’il était une association, ce n’est pas aujourd’hui que nous allons le quitter… ».

Selon les échos venant de Goundam, la démission de Oumaraou Ag Ibrahim est intervenue jeudi dernier, à la faveur d’une conférence extraordinaire de section, convoquée par lui-même. Après s’être rassuré de la bonne santé des structures du parti, à travers l’état des lieux des différentes sous-sections, apprend-on, il a déclaré :«A compter de cet instant, vous pouvez me considérer comme démissionnaire de l’Adéma pour le RPM».

Ainsi, il vient d’ouvrir une boite à pandore.

Séance tenante, le secrétaire-général adjoint de la section a décidé d’emboiter le pas à lui en se déclarant, à son tour, partant pour le RPM.

Puis, c’est l’hémorragie qui est déclenchée, car les délégués d’une quinzaine de sous-section sur 16 se sont, tour à tour, succédé pour s’en remettre au choix du secrétaire général.

Aujourd’hui, le même risque plane sur le groupe Adema à la Maison des collectivités, où l’Adema détient une trentaine de sièges.

En effet, après Goundam, au HCC aussi, la démission de Oumarou Ag Mohamed Ibrahim pourrait avoir des conséquences dans son sillage.

En tout cas, la crainte est là et les conseillers ne sont pas tout à fait sereins.

Pour certains proches du président Oumarou Ag Mohamed Ibrahim, son choix découle d’un souci de préserver son monde politique et de ne pas l’abandonner à son sort. Pour d’autres, il peut s’expliquer par le fait qu’il est proche de la retraite politique, et il lui tient à cœur de préserver son  bastion politique avec lequel il chemine, depuis plusieurs années. En fait, le désormais ex 4è vice-président du CE-Adéma ne semble pas percevoir cette possibilité dans une famille politique qui cherche désespérément ses marques. Il estime, selon son entourage, que le PASJ peine à bouger et à se remettre des péripéties qu’il traverse depuis 2012. En plus, la direction du parti est demeurée sourde aux appels à l’organisation d’un congrès de clarification et de redynamisation. Le rapport de la commission, mise en place pour la refondation du parti, est passé par là.

D’autres sources, non négligeables, expliquent le départ de Oumarou pour d’autres raisons. Pour ces derniers, le désormais ex 4è vice-président de l’Adema et président du Haut conseil des collectivités a reçu assez d’injures et d’attaques personnelles, lors des différentes réunions du CE/Adema. Ces attaques dont il est victimes venaient surtout d’élus du parti Adema, qui lui en voulaient à raison ou à tort. C’est pourquoi, il a décidé de prendre ses distances avec l’Adema.

Au RPM, où il vient de poser armes et bagages, contrairement à certaines rumeurs, Oumarou Ag Ibrahim ne serait pas intéressé par le poste du secrétaire général de la section RPM de Goundam. Ayant fait ses preuves, il préférait laisser la place aux jeunes, plus dynamiques.

Par Hamidou TOGO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *