Search
vendredi 21 janvier 2022
  • :
  • :

Affaire démolition de la zone aéroportuaire: vers la mise en place d’une commission d’enquête

Le mandataire des déguerpis de Niamakoro-Diallobougou, Abdoulaye COULIBALY, a accueilli la décision des autorités de la transition, plus particulièrement du Premier ministre, le Dr Choguel Kokalla MAIGA, de mettre en place une commission nationale indépendante chargée d’enquêter sur les démolitions des concessions de la zone aéroportuaire.

Avant la rectification de la Transition, des bulldozeurs sur instruction du gouvernement d’alors, ont détruit de nombreuses maisons sur l’espace appelé Zone aéroportuaire de Sénou, faisant des sans-abris.
L’argument tenu à l’époque était : « éviter le retrait de la licence par les autorités de l’aviation civile internationale », à cause des constructions encombrantes ou illicites puisque incompatible avec la zone.
A moins d’un an après l’acte, le Premier ministre Choguel Kokalla MAIGA qui a dénoncé l’approche, à son temps, décide d’ouverture une enquête sur ce dossier.
« Nous saluons l’initiative des autorités de la transition de vouloir mettre en place une commission nationale indépendante suite à la démolition de nos maisons », a déclaré M. COULIBALY, promoteur de l’agence Jigiya à Missabougou, désigné comme mandataire des déguerpis.
Puis, il a salué l’initiative du Premier ministre afin que toute la lumière soit faite sur ce dossier si sensible pour notre pays dont la mauvaise gestion pourrait avoir des conséquences fâcheuses.
« Nous avons besoin du soutien des autorités pour réussir cette affaire, afin d’obtenir davantage de bonheur pour la population. Nous espérons que toute la lumière sera faite sur ce dossier à travers la mise en place prochaine d’une commission nationale indépendante », espère Abdoulaye COULIBALY.
Déjà, il privilégie l’entente et la cohésion dans la gestion de ce dossier.
« Je salue les autorités de la transition actuelle et les informe que les avantages de ce travail profitent à notre pays. Je soutiens les autorités dans leurs actions », a-t-il indiqué.

Sans rentrer dans le fond de l’affaire, il affirme que les victimes n’ont rien fait pour mériter ce qu’il leur est arrivé. En effet, à cause de cette situation, ils sont nombreux les familles qui vivent dans des conditions moins confortables de logement.
Notre interlocuteur a expliqué que son choix comme mandataire des déguerpis est dû à son engagement et ses soutiens aux « victimes innocentes des litiges fonciers ». C’est pourquoi précise-t-il a été contacté par les recasés de Niamakoro-Diallobougou.
« Ces familles qui ont perdu leurs logements, il y’a environ une vingtaine d’années, certains dormaient sur les sites démolis et d’autres sont décédés. Ils m’ont fait recours espérant que ma bonne relation avec les autorités d’alors pourrait les aider à sortir de cette situation. J’ai pris contact avec les dirigeants qui m’ont rassuré que l’affaire des recasés de Diallobougou peut juridiquement être résolue », narre-t-il.
Toutefois, à sa grande surprise, pendant le premier semestre de la transition, sous le Premier ministre Moctar OUANE, au lieu de trouver une solution, ils ont assisté à la démolition des maisons par des bulldozers. Ça été un choc pour tout le monde, se rappelle-t-il encore.
Selon lui, des victimes ont pu tenir le coup grâce à la compassion de nombreuses personnes qui leur ont manifesté leur soutien et solidarité.

PAR SIKOU BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *