Search
vendredi 22 septembre 2017
  • :
  • :

Affaire des établissements « Collège Horizon »: Mohamed Ag Erlaf rassure les députés

Le ministre de l’Éducation nationale, Mohamed Ag ERLAF était face aux députés, hier jeudi, à l’Assemblée nationale pour répondre aux questions orales à lui adressées par l’honorable Zoumana N’Tji DOUMBIA. Ces questions étaient relatives au retrait de l’agrément aux écoles « Collège Horizon » sur l’ensemble du territoire national au profit de la Fondation « Fondation Maarif de Turquiez » et ses conséquences sur les élèves de ces établissements.

Présidée par le président de l’Assemblée nationale, Issiaka SIDIBE, la plénière, outre les questions orales, avait à son ordre du jour la délibération sur le nouveau Code des Collectivités ainsi que plusieurs autres communications. Elle a débuté avec les questions orales adressées au ministre de l’Éducation.

Erreur politique du Mali
Selon l’honorable Zoumana N’Tji DOUMBIA, cette interpellation du ministre de l’Éducation nationale, Mohamed Ag Erlaf, vise essentiellement à informer davantage l’opinion nationale et internationale sur la situation des désormais établissements « Collège Horizon » au Mali, et d’attirer l’attention des décideurs politiques sur les vives inquiétudes suscitées la fermeture de ces établissements d’enseignement reconnus par leur qualité en matière d’éducation.
Après avoir planté le décor, le député interpellateur a indiqué que les gouvernements du Mali et de la Turquie en décidant de la fermeture des établissements Collège Horizon au profit d’un autre opérateur se rendent complices d’une injustice en faveur des enfants.
« Je déplore qu’aucune procédure en matière de fermeture d’un établissement d’enseignement, conformément au droit positif malien, n’a été respectée dans cette affaire. Aujourd’hui, nous allons vers la fermeture des écoles ‘’Collège Horizon’’. Cela est une menace pour l’avenir des enfants », a-t-il déclaré, tout en soutenant que la Fondation Maarif, qui va prendre la relève de « Collège Horizon » n’a aucune expertise dans le domaine de l’éducation.
Ainsi, l’honorable DOUMBA affirme craindre l’avenir des 3 200 élèves qui y prennent les cours. Ceci, a-t-il déploré, ne semble pas tellement être l’un des soucis du ministre de l’Éducation nationale.
Aussi, est-il écœuré, de constater que le ministère a complètement ignoré les parents d’élèves dans cette affaire. Et pourtant, ce sont les enfants de ces derniers qui sont principalement concernés par la question, a-t-il indiqué.
Par ailleurs, l’honorable DOUMBIA dit comprendre certes qu’il y a des accords de coopération très importants entre les 2 pays (le Mali et la Turquie), mais ceux-ci ne doivent pas passer par-dessus des intérêts de milliers d’élèves des établissements « Collège Horizon ».
« Les accords entre États doivent tenir compte des intérêts des nations. Mais le ministre de l’Éducation, en aucun moment, ne fait allusion à l’intérêt que le Mali pourrait avoir en signant ce protocole d’accord », a-t-il martelé.
À son avis, pour le respect de la souveraineté de notre pays, la Turquie ne devait pas nous imposer sa décision de fermer les établissements « Collège Horizon ». Et, craint-il, que cette décision ne fasse une jurisprudence dans l’avenir, en la matière.
« Aujourd’hui, on accepte de fermer les écoles ‘’Collège Horizon’’ à la demande du gouvernement turc au profit de la Fondation Maarif et si ce régime partait, qu’est-ce que le Mali va faire avec la Fondation Maarif ? », s’interroge-t-il.
Pour lui, c’est purement et simplement une décision politique ; par conséquent pour des raisons politiques, il demande à notre gouvernement de revenir sur ce protocole et de privilégier les intérêts des élèves de « Collège Horizon ».
Il estime que ce n’est pas judicieux de sacrifier l’avenir de nombreux enfants au nom d’une coopération entre États.

Un engagement du Mali et de la Turquie
Le ministre de l’Éducation nationale préfère parler de changement de tutelle au lieu de fermeture. La décision, a-t-il expliqué, a été prise suite à la signature d’un protocole d’accord entre les parties malienne et turque. Cette signature avait été précédée d’une réunion entre les parties le 5 août sur la même question, a indiqué le ministre. Autant dire, selon le ministre, que ce changement de tutelle est une décision concertée entre deux entités souveraines qui n’ignorent guère les préoccupations de leurs gouvernés. Concernant d’éventuelles menaces pesant sur l’avenir des 3000 étudiants des établissements du désormais ex-Collège Horizon, suite à ce changement, le ministre a soutenu que des garanties ont été données par la partie turque, à travers le protocole en vue de satisfaire les parents d’élèves et même le personnel.
Le département, a-t-il indiqué, a le devoir de veiller sur le respect de ces engagements.
« La loi nous autorise à donner les agréments et nous permet également de les retirer. C’est en vertu de cela que nous retirons l’agrément à ‘’Collège Horizon ». Donc, à partir de maintenant, ‘’Collège Horizon’’ n’a plus d’existence légale pour opérer dans le système éducatif malien. Mais elle peut évoluer dans d’autres domaines ou secteurs », a déclaré le ministre de l’Éducation nationale.
Selon lui, cette décision n’est pas de lui, mais de notre gouvernement en collaboration avec l’État turc. C’est en toute souveraineté que les deux États ont pris cette décision, a-t-il déclaré avant de clarifier que ce n’est pas une affaire de personnes, mais de rapport entre États.
Et le ministre de l’Éducation nationale de rappeler que c’est en connaissance de cause que les deux gouvernements ont signé le protocole d’accord.
M. Ag ERLAF a par ailleurs rassuré les députés qu’il n’y a pas de menace pour l’avenir des enfants, ni pour les maîtres de même que pour les propriétaires des bâtiments où sont installées les écoles « Collège Horizon ».
« Je suis aussi parent d’élèves. J’ai des enfants qui ont passé par cette école, de surcroit en tant que ministre de l’Éducation nationale, mon souhait n’est pas de mettre en péril l’avenir des enfants », a-t-il déclaré.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *