Affaire du transport d’un lot de munitions du Senegal au Mali: les clarifications de la Minusma

3

Une sombre affaire de munitions de guerre en provenance du Sénégal saisies au Mali. C’est ce que renseigne, le samedi 20 août dernier, l’Inspecteur des Douanes, Oumar Kassambara, du Bureau des douanes maliennes de Diboli, et ses éléments qui ont saisi 25 cartons de munitions de guerre dans un car de « Nour Transport » en provenance du pays de la Terranga.
Mais l’affaire aurait pu être classée dans la rubrique d’un fait divers si le supposé convoyeur de la cargaison n’était pas présenté comme un officier de la police du Sénégal, Moussa N’Diaye, se disant de la Minusma à Gao.
Et si par circonstance douteuse, les gabelous au poste frontalier de Diboli n’avaient pas constaté que le supposé propriétaire (l’officier de la police du Sénégal) n’avait aucun ordre de mission, sinon que les documents saisis indiquent ceci : bordereau de livraison : Direction nationale de la Sûreté nationale du (Sénégal) Armement DM. Bordereau d’envoi N° 6421 du 19 août 2016.
Pour couper court aux commentaires et les articles de presse au sujet de cette saisie par les autorités douanières et apporter la lumière sur cette affaire qui risque de porter atteinte à son crédit, la Minusma a jugé nécessaire de clarifier ce qui suit :

1. Aussitôt informé de l’incident par les autorités maliennes, le Chef de la Police des Nations Unies (UNPOL) de la MINUSMA a contacté les autorités compétentes du pays contributeur pour vérifier les faits. Il s’est avéré que le lot saisi de 25 caisses contenant 7,500 munitions était destiné à réapprovisionner l’Unité de Police constituée en question, déployée au sein de la MINUSMA dans la région de Gao. Il a été convoyé par un officier de cette même unité.
2. Une fois les pièces justificatives reçues des autorités du pays contributeur, elles ont été fournies aux autorités maliennes. Le lot de munitions a été convoyé à Bamako sous l’escorte de la Gendarmerie de Kayes. Ces munitions seront acheminées par transport aérien par la MINUSMA à destination de GAO pour y être livrées au Contingent concerné.
3. Il est à noter que les pays contributeurs de police ont la charge de fournir et d’assurer par leurs propres moyens la provision du matériel requis à leurs contingents et éléments déployés dans le cadre des missions de maintien de la paix. Dans le cas d’espèce, le pays contributeur a été notifié et a indiqué que toutes les mesures seront prises pour éviter qu’un tel regrettable incident ne se reproduise.
4. La MINUSMA rappelle que les pays contributeurs de police se mobilisent en faveur de la paix au Mali, en déployant des éléments destinés, entre autres à contribuer à la protection les civils et à la stabilisation du pays.

PAR MOHAMED D. DIAWARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *