Search
dimanche 18 novembre 2018
  • :
  • :

Affaire Me Tall: où sont les véhicules de l’État ?

Depuis quelques jours, les réseaux sociaux s’enflamment avec l’histoire de voitures de l’État disparues. Au centre de cette affaire, du moins rocambolesque, trois acteurs : la Direction général de l’administration des biens de l’État (DGAB), l’actuel et l’ex-ministre de l’Économie numérique et de la communication, respectivement Harouna Modibo Touré et Me Mountaga Tall. Qui a dit quoi ?

Tout est parti selon nos sources, d’une lettre confidentielle de la Direction Général de l’Administration des Biens de l’État (DGABE) à l’ex-ministre de l’Économie numérique et de la communication, Me Mountaga Tall. Mais elle se retrouve sur la place publique, à travers les réseaux sociaux, ce 1er novembre 2018. Dans la lettre, la DGABE demande à Me Mountaga Tall de restituer quatre véhicules qui étaient à sa disposition pendant son passage au ministère de la Communication. Une lettre que l’ex-ministre affirme n’avoir jamais reçue.
En guise de réplique à question qui fait des vagues, le patron du parti du Soleil levant soutient avoir pris connaissance de cette lettre qui lui était adressée sur les réseaux au même titre que les internautes qui en faisaient déjà leurs choux gras.
« La méthode utilisée pour en parler dénote des véritables intentions : me salir ; Dieu merci, je suis blanc comme du lait de vache ; on se dit donc à la prochaine attaque ! DIEU MERCI », s’est-il défendu.
Me Tall souligne, dans sa réponse, que le véhicule TOYOTA LAND CRUISER VX immatriculé K-8863 a été remis le jour de la passation à son successeur, Modibo Arouna TOURE, qui l’a d’ailleurs utilisé un moment, comme lui-même le faisait, pour servir de véhicule de mission. Quant au véhicule TOYOTA LAND CRUISER V8 immatriculé K-2517 de 2009, après recoupement, se trouvait au garage bien avant son départ du ministère.
L’ex-ministre a ainsi a apporté des explications sur le sort de tous les autres véhicules, dont la disparition lui est reprochée. Il conclut n’avoir ni vu ni utilisé aucun des véhicules incriminés, depuis son départ du Gouvernement.
Comme si cela ne suffisait pas, le lendemain vendredi, 02 novembre 2018, un autre communiqué a fait son apparition sur les réseaux sociaux. Cette fois-ci, venant du ministère de l’Économie numérique et de la Communication qui informe l’opinion publique que les véhicules Toyota VX N° K8863 et Toyota V8 N° K2517 auxquels l’ex-ministre fait allusion n’ont jamais figuré dans le parc automobile de son département et dément formellement les avoir reçus de la part de Me Mountaga Tall.
Me Tall s’engouffre déjà derrière les rideaux de la victimisation et explique que cette histoire est destinée à le salir après son départ du gouvernement et sa nouvelle posture d’opposant.
Qui a mis le document sur la place publique ? En tout cas, s’il s’avère réel que le document s’est trouvé, en premier, publier sur les réseaux sociaux l’objet serait vraisemblablement pour nuire gravement à l’intégrité morale de l’accusé, les voies et moyens indiqués existent pour faire la lumière sur la question.
Par Sidi Dao




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *