Affaire Ras-Bath: les 19 jugés avant la fin de la semaine

Les 19 personnes interpelées dans le cadre des manifestations violentes contre l’arrestation du chroniqueur, Mohamed Youssouf BATHILY dit Ras Bath, seront jugées avant la fin de cette semaine. L’information a été donnée, hier mercredi à la Maison de la presse, par le Dr Etienne Fakaba SISSOKO, l’un des auteurs de l’appel à la manifestation du 17 août dernier. M. SISSOKO a précisé que pour des raisons de sécurité, cette date a été maintenue confidentielle.

Le Dr Etienne Fakaba SISSOKO, qui était venu prendre part à une conférence de presse organisée par le Collectif Binton qui a pour slogan, « IBK nos 200 000 emplois » a profité de la présence des hommes de médias pour annoncer la nouvelle.
Selon le Dr SISSOKO, dès l’arrestation de ces 19 jeunes, les leaders qui sont à l’origine de l’appel à manifester se sont très vite retrouves pour dégager les stratégies à mettre en place pour la libération des camarades arrêtés, à la suite des événements malheureux du 17 août.
Ainsi, une délégation, composée de Master SOUMI ; Yéli May KONATE dit Yélifuso, le Dr Étienne et bien d’autres jeunes issus des partis politiques et de la société civile, a rencontré le ministre de la Justice, garde des Sceaux. De même, des avocats ont été contactés pour la défense de Ras Bath.
« Face à la situation actuelle de notre pays, c’est toute la jeunesse qui est interpelée, et c’est pour ça que toute la jeunesse s’est mobilisée pour défendre Ras Bath. Il est normal que face à l’injustice que la jeunesse se mobilise pour montrer son mécontentement », a-t-il soutenu.
En appelant à la manifestation, ces leaders de jeunes, de l’avis du Dr Étienne, avaient l’ambition de manifester leur soutien à un jeune avec qui ils partagent la même vision, à savoir celle de bâtir un nouveau Mali.
La rencontre avec le ministre de la Justice a abouti à la libération de Ras Bath, a-t-il dit. À la suite des avocats de Ras Bath, il a démenti, au passage, les rumeurs selon lesquelles Ras Bath a été libéré sur l’intervention des leaders religieux.
Le conférencier a confié qu’après la libération de Ras Bath, la commission des jeunes leaders a eu deux nouvelles rencontres avec le ministre de la Justice, le président du tribunal de la commune IV, le maire de la commune IV. À l’issue de cette rencontre, il avait été question d’inviter les jeunes à venir réparer le préjudice en dégageant les décombres de la Cour du tribunal.
M. SISSOKO a exprimé sa détermination et celle des siens à tout mettre en œuvre pour que ceux qui ont été arrêtés puissent être libérés.
« À l’issue des différentes rencontres, nous nous sommes mises d’accord qu’ils seront jugés puisqu’ils ont été mis sous mandat de dépôt. Il s’agit pour ce collectif de s’assurer que les jugements qui seront bientôt rendus ne seront pas des jugements de règlement de compte ou des jugements visant à trouver un bouc émissaire », a-t-il assuré.
« Nous sommes à la disposition de la justice s’il elle juge nécessaire de nous écouter parce que nous avons lancé l’appel et nous inculper même s’il le faut », a-t-il dit. Avant d’ajouter ‘’nous sommes prêts à répondre de ce qui s’est passé, parce que, quoi qu’il en soit, l’appel est venu des responsables de jeunes’’.
Avec le maire de la commune IV, il a été décidé de payer des manœuvres pour le nettoyage des locaux du tribunal de la commune IV et ses alentours qui avaient été dévastés par les manifestants. Depuis mardi dernier, le tribunal est de nouveau fonctionnel, selon le conférencier.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *