Search
vendredi 23 avril 2021
  • :
  • :

Affaire thé ACHOURA: la vérité des laboratoires

Des analyses Labo effectuées à l’étranger prouvent que «le thé Achoura actuellement sur le marché est tout à fait sans aucun danger pour la consommation humaine». C’est ce qui ressort de la conférence de presse animée par les avocats de la société d’importation du thé Achoura, Me Check Oumar KONARE et Me Aliou Abdoulaye TOURE, ce jeudi 1er avril 2021, à la Maison de la presse du Mali.

L’objectif de cette rencontre avec les hommes de média, selon le conférencier, Me Cheick Oumar KONARE, était de rendre publics les résultats de ces analyses qui viennent de tomber. Elle a été également motivée par quelques incidents enregistrés, à travers le pays, relatifs à la distribution du thé Achoura.
Dans son exposé, il a dénoncé une cabale contre l’image du thé Achoura. Il a rappelé qu’il y a quelques semaines de cela, des agents de l’État avaient retrouvé un seul paquet contenant deux résidus de pesticide sur un lot de 5 cartons de thé Achoura dans un magasin qui vendait un peu de tout. Ces agents, a-t-il expliqué, on fait un rapport sur cette découverte qu’il a jugé très minime. De son avis, pour que la quantité découverte vous rende malade, il vous faut consommer son équivalent pendant au moins 50 ans.
Pour l’avocat, ce n’était rien du tout ; mais puisque l’affaire a fait l’objet d’un compte rendu officiel, les ennemis de la société qui importe le thé Achoura s’étaient emparés de cette information pour monter une cabale médiatique.
Mais grâce à la sortie médiatique des avocats et des responsables de la société, ainsi que le soutien de toute la population malienne, ainsi que de l’étranger, cette cabale s’est éteinte.
De leur côté, les services compétents de l’Etat (INSP, DNA, de la DGCC) se sont également mobilisés pour dire que le thé Achoura dans son ensemble, ne souffrait d’aucun reproche et ne contenait aucun pesticide. Ces derniers ont indiqué que cette contamination ne concernait qu’un seul lot du thé Achoura qui n’était même plus en circulation.
Suite à cette affaire, Houma Ag HANDAKA, l’importateur de Achoura, a cherché et retrouvé une partie du lot du thé incriminé. Pour rassurer davantage l’opinion publique, la société d’importation, en coordination avec les services de l’État, a envoyé des échantillons issus de ce lot N°JX 403120046 pour analyse dans divers laboratoires à l’étranger, notamment, au Maroc, au Sénégal, en Côte-d’Ivoire et en France.
Les résultats de tous ces laboratoires confirment que même les résidus dont on parlait n’existent pas dans le reste des cartons de thé incriminés. «Tous les résultats sont nets, il n’y a aucune espèce de résidus de pesticides dans l’échantillon incriminé», a-t-il tranché.
Face à ces résultats, Me KONARE de conclure que ce qui avait été découvert par les services de l’État malien, était purement accidentel.
Après réception de toutes les analyses effectuées à l’étranger, le Directeur de l’INSP a écrit à certains de ses collègues les informant que le thé Achoura est propre à la consommation humaine.
Dans la copie de la correspondance distribuée par les avocats aux représentants des médias, il ressort ce qui suit : « Il nous revient que malgré l’information conjointe au grand public, réalisée par les trois structures concernées INSP, DNA, DGCC, le thé Achoura continue d’être victime de mauvaise presse et de désinformation des consommateurs, ce qui constitue une entrave grave à l’information saine des consommateurs et à la libre concurrence.
Par conséquent, nous réaffirmons que le thé Achoura actuellement sur le marché est tout à fait sans aucun danger pour la consommation humaine.
Il s’agit du laboratoire Régional de recherche en biologie, en sécurité environnementale du Sénégal, le 17 mars 2021 ; du Laboratoire Officiel d’analyse et de recherche clinique (LOARCO) du Maroc le 19 mars 2021 ; du Laboratoire Agroalimentaire et environnemental(CEPECO) à Bobigny, en France, le 19 mars 2021».
Parlant des incidents, Me KONARE a déploré le fait que dans certains villages du Mali, des agents de l’agriculture, qu’il qualifie de véreux, se sont permis de racketter des boutiquiers qui vendaient le thé Achoura au motif que sa commercialisation était interdite. «Nous tenons à dénoncer cette pratique avec force », s’est-il insurgé.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *