Search
mardi 12 décembre 2017
  • :
  • :

Affaire Yélémane: mobilisation pour la levée d’immunité du député GASSAMA

Une rencontre à huis clos s’est déroulée, le jeudi dernier, à l’Assemblée nationale sur la levée de l’immunité parlementaire du député de Yélimané, Mamadou Hawa GASSAMA, mis en cause dans plusieurs affaires foncières, dont celle de son village.

L’honorable Mamadou Hawa GASSAMA est cité dans plusieurs dossiers de malversations foncières, dans le pays, notamment dans son village natal, à Yelimané.

Depuis longtemps, le vœu a été exprimé par ses victimes et acteurs de la lutte contre la prédation foncière pour la levée de son immunité parlementaire afin qu’il puisse répondre des actes qui lui sont reprochés. Depuis jeudi dernier, l’étau semble se resserrer sur l’honorable député. Car, la commission ad hoc mise en place à l’Assemblée nationale, à cet effet, a tenu une réunion restreinte avec le procureur de la commune I. La rencontre, qui s’est déroulée à huis clos, n’a duré que quelques minutes.

Pendant ce temps, des victimes de malversations foncières s’étaient retrouvées devant la représentation nationale pour manifester leur mécontentement.

Sur les banderoles qu’ils détenaient, on pouvait lire : « Vagabondage foncier : député GASSAMA, législateur ou spéculateur foncier» ; «L’Assemblée nationale ne peut être le nid des spéculateurs fonciers ».

Aussi, sur des affiches tenues par certains manifestants, ils exprimaient leur soutien indéfectible au président de la République et son gouvernement, dans leurs efforts de lutte contre l’injustice, la corruption et la spéculation foncière.

Ce n’est pas tout : les manifestants demandaient également la levée de l’immunité parlementaire du député Mamadou Hawa GASSAMA afin qu’il puisse se défendre, devant la justice, des infractions dont il est accusé.

En effet, depuis plusieurs années, une plainte est portée par une femme contre l’honorable GASSAMA.

Massa KONE, l’un des responsables du regroupement, a expliqué qu’ils avaient été saisis par une victime. Il a indiqué que le regroupement qu’il dirige a pour vocation de lutter contre la prédation foncière. Ainsi, fidèle à cette mission, il a fait savoir que leur association avait jugé utile d’apporter son concours à la recherche de la vérité dans l’affaire qui met en cause l’honorable GASSAMA.

Et, l’une des étapes de ce processus, a-t-il soutenu, nécessite la mise à la disposition de la justice du député GASSAMA, couvert jusque là par son statut de député.

Leur mobilisation en marge de cette réunion était de soutenir la justice et les actions du gouvernement dans la lutte contre  la spoliation foncière et la corruption, nous ont-ils confié.

En bon démocrate, a-t-il estimé, l’honorable GASSAMA doit accepter de répondre aux accusations dont il est présumé auteur. Ainsi, soit, il sera blanchi, le cas contraire, il sera reconnu coupable et par la même occasion sanctionné, a déclaré MASSA KONE.

«Il revient, en tout cas, à la justice de situer les responsabilités. Dès lors, il faudra que le sort des parties soit confié à la juridiction compétente, y compris celui du député GASSAMA. Nous n’avons aucune dent contre lui, mais nous souhaitons seulement que la justice fasse son travail afin que les auteurs soient condamnés», a martelé MASSA KONE.

S’il est certain que nul n’est au-dessus de la loi, il ne faudra pas permettre à certains de se cacher derrière des couvertures pour violer les textes et causer des préjudices à des citoyens, a relevé le responsable de la manifestation.

Par Sikou BAH

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *