Search
mardi 16 octobre 2018
  • :
  • :

Aliou Boubacar Diallo: voter pour qui vous voulez

C’est la déclaration qu’a faite le candidat de la Plateforme «Pour le renouveau du Mali», Aliou DIALLO, arrivé 3è du premier tour de l’élection présidentielle du 29 juillet, hier jeudi, au siège de son parti ADP-Maliba, à Bamako-Coura.

Il ressort de sa déclaration que le scrutin du 29 juillet était juste une mascarade électorale. A cet effet, il ne peut pas être prêt pour une autre élection truquée, qui ne traduira jamais la volonté du peuple Malien.
D’entrée de jeu, le candidat Aliou Diallo a remercié l’ensemble des militants et sympathisants de son parti qui ont mouillé le maillot pour cette élection, qui, selon, lui a été truquée.
« C’est avec le cœur plein d’émotion que je m’adresse à vous aujourd’hui à l’issue d’une intense campagne électorale. Avant tout propos, je tiens à vous remercier tous très chaleureusement du rôle que vous avez joué pour la troisième place que nous occupons dans cette élection malgré la fraude, le bourrage des urnes et l’achat des consciences. Je tiens également à remercier la presse qui a aussi joué un grand rôle dans la médiatisation de notre campagne. Il y a cinq mois, à Nioro du Sahel, nous avons pris ensemble la lourde et exaltante décision de nous lancer dans la course à l’élection présidentielle du Mali. De cette date à aujourd’hui, que de chemin parcouru. Que d’aventures intenses et de retournements de situation incroyables. Grâce à votre mobilisation sans pareil, nous avons conquis le cœur et l’esprit de nos compatriotes », a-t-il dit.

Selon M. DIALLO, à travers son projet « pour une nouvelle indépendance», son parti a fait renaître l’espérance dans le cœur de ceux qui avaient perdu toute confiance en notre cher pays.
« Nous sommes parvenus, en quelques semaines, à imposer notre rythme et notre style unique dans un environnement politique qui n’a jamais voulu voir émerger ma candidature du lot. Mais par la force de votre engagement, nous sommes passés d’outsider à favori. Et Dieu sait que ce n’a pas été facile», a-t-il reconnu.
Pour en venir aux résultats du premier tour, M. DIALLO reste convaincu que ce score est très loin de refléter la réalité des urnes.
« Malgré les requêtes introduites par mes conseillers juridiques, la Cour a préféré rejeter l’ensemble de nos recours. Et pourtant, chacun sait l’ampleur de la fraude et des irrégularités que nous avons connues durant cette élection présidentielle. Le bourrage des urnes, le déplacement illégal des bureaux de vote, les dépouillements effectués en l’absence des agents électoraux constituent, entre autres, certaines des violations flagrantes de l’équité entre les candidats. Nous avons tout subi et aujourd’hui, on nous demande d’accepter ce résultat scandaleux. Pour ma part, j’estime que ce forcing électoral est l’aveu d’un échec patent de la classe dirigeante du Mali. Je vous appelle à rester sereins et combatifs. Tôt ou tard, la vérité finira par triompher », a-t-il conseillé.
Comme pour enfoncer le clou, le candidat DIALLO accuse le gouvernement d’écarter le candidat du parti ADP-Maliba, car il représente, selon lui, une véritable menace électorale. « De toutes les candidatures, notre nouvelle indépendance et notre volonté de rendre le Mali à son Peuple étaient les seules garanties du véritable changement. Je sais à quel point cet épisode que nous vivons est très douloureux pour vous tous. Il l’est aussi pour moi. Nous savons que nous méritons mieux que cette troisième place », a-t-il clamé !
Pour le second tour qui se profile, M. DIALLO se dit pessimiste sur la bonne tenue ce scrutin. Il prévient que ce serait pire que le premier tour.
« Il ressort de l’analyse majoritaire que le scrutin du 29 Juillet constitue la pire atteinte à la démocratie que nous ayons connue. La démocratie malienne a pris un grand coup. Il ressort que le scrutin du 29 juillet est émaillé de fraude et d’irrégularités que nous avons contestées. Nous ne pouvons pas cautionner la continuité du mensonge, des irrégularités et de la fraude qui nous a empêchés d’arriver au second tour », a-t-il regretté, avant de conclure qu’il ne donne pas de consigne de vote, pour le scrutin du 12 Aout.
« Je suis arrivé à la conclusion, en concertation avec tous mes soutiens, que pour l’heure, je ne peux faire davantage que d’inviter les Maliens à penser au Mali et à leur avenir. Chacune et chacun d’entre vous sait en toute conscience quel est son devoir républicain. C’est donc aux Maliens que je laisse le soin de s’exprimer comme ils le souhaitent au second tour de l’élection présidentielle prévu le dimanche 12 Août prochain », a-t-il dit.

PAR CHRISTELLE KONE et SAFIATOU DOUMBIA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *