Allaitement maternel exclusif: des progrès restent encore à faire

31

Lancée, hier lundi, par le ministre de la Santé et de l’hygiène publique, Mme TOGO Marie Madeleine TOGO, la semaine mondiale de l’allaitement maternel a pour objectif d’encourager les bonnes pratiques en faveur de l’allaitement maternel exclusif.

Placée sous le thème : « L’allaitement maternel : une clé pour le développement durable ? », cette 24e édition de la semaine mondiale de l’allaitement maternel a démarré en présence des partenaires techniques et financiers, des autorités politiques et administratives de la région de Sikasso ainsi que des responsables et agents sanitaires du pays. Elle se poursuivra jusqu’au 7 août.
Les mots de bienvenue du chef de village et du maire de la commune rurale de Sido ont introduit la cérémonie.
Dans leur intervention, ils sont salué les autorités sanitaires et leurs partenaires pour leurs efforts de développement. Tout en admettant les progrès encourageants enregistrés au cours de ces dernières années, ils se sont accordés à souligner que le Centre de santé communautaire de Sido manquait d’équipements et de ressources humaines.
« Nous n’avons même pas de véhicule dans notre centre de santé pour transporter les morts. Pire, depuis quelque temps, nous n’avons pas de médecin », a relevé les deux responsables locaux de Sido.
Le représentant de l’UNICEF au Mali, Fran EQUIZA, a rappelé que la semaine mondiale de l’allaitement maternel était organisée chaque année du 1 au 7 août dans plus de 120 pays pour promouvoir cette pratique afin que les nourrissons du monde entier soient en bonne santé. D’autre part, a-t-il ajouté, elle est fêtée pour commémorer la déclaration « Innocenti » sur la protection, l’encouragement et le soutien de l’allaitement maternel, signée par l’OMS et l’UNICEF en août 1990.
Alors que le monde se mobilise pour le nouveau concept des Objectifs de développement durable (ODD), Fran EQUIZA a expliqué que le thème de cette édition avait été choisi pour faire le lien entre les ODD et l’allaitement maternel. Selon le responsable de l’organisme onusien, l’atteinte des ODD passe également par des efforts que les pays auront à consentir dans la promotion de l’allaitement maternel.
En effet, il a rapporté dans la revue scientifique « the Lancet » que parmi les interventions préventives visant la survie de l’enfant, l’allaitement optimal au cours des deux premières années de vie a le plus grand impact, parce que pouvant éviter 12 % à 15 % des décès parmi les enfants âgés de moins de 5 ans dans les pays en développement.
Il a aussi fait référence à l’enquête SMART de 2015 qui a montré qu’au Mali 29,3 % des enfants présentent un retard de croissance ou ont la malnutrition chronique.
En plus de l’UNICEF, l’ONG Save the Children appuie également l’État dans l’organisation de cette semaine pour la promotion de l’allaitement maternel dans notre pays.
À cette cérémonie, l’ONG Save the Children a fait don de divers produits et de dispositif complet de lavage de mains au savon à des femmes qui œuvrent pour la promotion de l’allaitement dans la commune rurale de Sido.
Représentée par Djaffra TRAORE, selon Save the Children, ce geste est une manière pour encourager ces femmes à persévérer dans leur effort de sensibilisation en faveur de l’allaitement maternel.
Le ministre de la Santé, lançant les activités de cette semaine, a expliqué que la commune rurale de Sido avait été choisie pour récompenser ses engagements dans la mise en œuvre des activités de prévention liées à l’alimentation du nourrisson.
Saluant les partenaires techniques et financiers pour leurs efforts, elle a indiqué que le thème de cette édition cadre bien avec une vision globale ciblant le bien-être des populations, au regard de certains problèmes qui constituent des préoccupations mondiales telles que la pauvreté, l’exclusion et les soucis liés à l’environnement.
Quant à la proportion du taux de l’allaitement maternel, le ministre de la Santé a indiqué que le pourcentage d’enfants ayant été allaités au sein était de 97,3 % tandis que le taux d’enfants ayant commencé à être allaité au sein dans l’heure qui a suivi la naissance est de 57,8 %.
Cependant, elle a déploré que seuls 33 % des enfants au Mali étaient allaités exclusivement au sein. Ce qui atteste, selon le ministre de la Santé, qu’il y a encore des efforts à consentir dans ce monde pour l’atteinte des objectifs sur l’allaitement exclusif.
À noter qu’au programme de cette semaine diverses activités de plaidoyers, de sensibilisation et d’informations à l’endroit des populations sont envisagées en faveur de l’allaitement maternel.

Par Sikou BAH
Envoyé spécial à Sido

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *