Search
mardi 12 décembre 2017
  • :
  • :

Amelioration du cadre de vie à Bamako: lancement de 5 projets de 762 millions FCFA

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique nationale de la ville définie par le gouvernement, le ministre de la Solidarité, de l’action humanitaire et la reconstruction du Nord, représentant le Premier ministre, accompagné des ministres de l’Equipement et celui de l’Emploi, a procédé, dimanche dernier, dans l’après-midi, au lancement des travaux d’amélioration du cadre de vie dans certains quartiers du District de Bamako.

Outre le ministre de la Solidarité, de l’action humanitaire et de la reconstruction du Nord, Hamadoun KONATE, la délégation comprenait les ministres de l’Équipement, des transports et du désenclavement, Mamadou Hachim KOUMARE; et de l’Emploi et de la formation professionnelle, Mahamane BABY. On y notait également la présence de certains responsables de la Primature ainsi que des chefs des services  de divers départements ministériels.

Koulouniko, en Commune III du District de Bamako, a été la première étape de la série de visites de la délégation qui s’est rendue après à Bakaribougou, en CII, pour ensuite se rendre successivement à Lassa, en CIV; à Daoudabougou et Niamakoro, respectivement en CV et VI.

Partout, où elle s’est rendue, la délégation ministérielle a été accueillie en liesse par les autorités communales et locales et les populations sont sorties massivement pour témoigner leur adhésion aux projets qui seront réalisés, et remercier le gouvernement pour le choix de leurs quartiers respectifs.

Selon le ministre de la Solidarité, de l’action humanitaire et de la reconstruction du Nord, les travaux qui seront réalisés à Bakaribougou (CII), Koulouniko (CIII), Lassa (CIV) Daoudabougou et Niamakoro (CVI) porteront sur le creusement de 15 forages, équipés de panneaux et de pompes solaires avec un château d’eau de 10 000 litres, la construction de salles de classe avec clôture, logement du gardien et des blocs de toilettes; le pavage de la Rue 575 de Bakaribougou; la construction de 10 hangars et un bloc de toilettes pour un marché; l’installation des feux tricolores avec équipement solaires; l’aménagement de la Rue 99, appelée «Tintimba carré» de Niamakoro.

Ces projets ainsi lancés, a-t-il précisé, participent de la volonté du Président de la République et du gouvernement d’assurer la promotion du développement local des communes, d’une part; et d’autre part, de manifester la nécessaire solidarité envers les quartiers défavorisés.

Aussi, sont-ils l’une des manifestations de la solidarité pour un monde plus juste et un développement plus harmonieux des communes.

Rappelant la citation selon laquelle : «Ne dit-on pas que le degré de civilisation d’un peuple se mesure à la façon dont il traite les plus pauvres ?», le ministre KONATE, en référence au cadre de vie dans le District de Bamako, veut parler du grave problème d’insalubrité auquel ses populations sont confrontées. Pour preuve, on assiste partout à une prolifération des déchets liquides et solides ainsi qu’à l’écoulement des eaux usées domestiques, artisanales et industrielles et ce, dans l’indifférence quasi générale des riverains.

Pour le ministre KONATE, cette situation contribue à la dégradation du cadre de vie des habitants de la cité avec les conséquences nuisibles sur la santé, car elle constitue une source de prolifération des maladies et participe à la détérioration de l’image de la ville.

A son avis, il appartient, dès lors, aux responsables de proximité, notamment les élus municipaux de mettre rigoureusement en œuvre la stratégie, prônée par le gouvernement, à travers des campagnes d’information et de sensibilisation, mais aussi des mesures de polices qui s’imposent si cela s’avère nécessaire.

Par ailleurs, il a rappelé les chantiers ouverts, durant la période des vacances scolaires par le ministère de  l’Emploi et celui de la Jeunesse pour soutenir la prévention des inondations dans le District de Bamako. Ces chantiers, a-t-il soutenu, ont eu l’heureux impact de renforcer la fluidité des eaux de pluies, mais leur portée socio-éducative reste attendue pour la simple raison que les autorités municipales n’ont pas porté la pérennisation de l’initiative.

Le gouvernement, à travers les mairies, a fait signer des contrats de prestation avec des entreprises privées pour la réalisation de ces projets, conformément à un cahier de charges qui indique la nature des travaux, leurs coûts et les délais d’exécution.

En tout cas, le ministre KONATE a beaucoup insisté sur le respect de la qualité et du délai des travaux.

Par Sékou CAMARA

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *