Search
vendredi 20 mai 2022
  • :
  • :

AMPPF: 50 ans au service de la communauté

Créée en 1972, l’Association malienne pour la protection et la promotion de la famille (AMPPF) a soufflé sur ses 50 bougies depuis le 3 mars dernier. Les festivités de ce cinquantième anniversaire ont eu lieu jeudi dernier, à Ouolofobougou Bolibana ; en présence du représentant du ministre de la Santé, Hamar Alassane TRAORÉ ; du directeur exécutif de l’AMPPF, Sankaria MAIGA ; du président exécutif, Idoire KEITA…

L’occasion a été mise à profit pour magnifier les fonctions, les réalisations et les mérites de cette institution. De même, des hommages ont été rendus aux volontaires, au staff, à la fédération mère (IPPF) et aux autres organisations sœurs qui se sont illustrées pour que ce jour soit.
Dans ses mots de bienvenue, le représentant de la mairie de la commune III a témoigné de la contribution que l’AMPPF apporte au bien-être des populations. L’élu communal a déclaré que les barrières socioculturelles n’ont pas pu ébranler l’AMPPF dans l’exécution de sa mission. Il a plaidé auprès des autorités afin que l’AMPPF soit reconnue comme une structure d’utilité publique.
Le directeur exécutif, Sankaria MAIGA, a fait une présentation sur le bilan de l’AMPPF. Selon lui, le bilan de l’AMPPF se confond avec l’amélioration de la santé de la reproduction au Mali. Après avoir rappelé le démarrage difficile des travaux de l’Association, M. MAIGA a déclaré que malgré les pesanteurs socioculturelles l’AMPPF a pu émerger.
« Beaucoup de personnes pensaient que c’était pour encourager l’adultère et pour éviter aux femmes de faire des enfants. Alors que l’AMPPF travaille pour préserver la vie de la mère et de l’Enfant », a expliqué le directeur exécutif.
Il a profité de l’occasion pour rendre hommage à ceux qui se sont battus pour expliquer le bien-fondé de la mise en place de cette Association. Aussi, a-t-il révélé que beaucoup de cadres ont fait leurs premiers pas au sein de l’AMPPF.
« Au moment de la création de l’AMPPF, le Mali comptait 10 000 couples. Aujourd’hui, l’AMPPF protège plus de 100 000 couples annuellement. La contribution de notre association n’est pas moins de 10% de l’atteinte des indicateurs nationaux. Nous comptons plus de 50 ONG partenaires. L’AMPPF est dans les localités les plus reculées pour servir les populations les moins servies », a affirmé le directeur exécutif, Sankaria MAIGA.
Pour sa part, le président exécutif, Idoire KEITA, dira que ce cinquantenaire est la célébration de la victoire de l’AMPPF. Selon lui, la structure est aujourd’hui présente dans toutes les régions du Mali, excepté Kidal.
«L’AMPPF a fait beaucoup de plaidoyers. Elle est à la base de la création de la Direction nationale de la santé de la reproduction » a informé le président exécutif, Idoire KEITA.
‘’S’il ne m’appartient pas d’évoquer l’histoire qui a vu naître et s’affermir votre organisation, je ne peux du moins passer sous silence l’œuvre des pionniers, des pères fondateurs qui part d’intenses efforts ont mis en place et fait fonctionner l’organisation’’. a déclaré le représentant du ministre de la Santé et du Développement social, Hamar Alassane TRAORÉ.
À l’entame de son propos, Il n’a pas manqué d’exprimer sa cordiale estime, sa reconnaissance et ses hommages aux pères fondateurs de AMPPF pour leur contribution gigantesque à la promotion de la santé de nos populations.
«La contribution de l’AMPPF à la promotion de la santé de la mère est précieuse et inestimable. Dès sa création, ses fondateurs ont vu la nécessité de la mise en place d’une telle organisation. Que de cadres de santé évoluant dans nos structures socio sanitaires et dans les organisations de la société civile ont été formés dans cette gigantesque structure. Que de temps et d’épreuves bravés au nom d’un noble idéal : la santé de la Mère et de l’Enfant » a salué le représentant du ministre.
Selon lui, ces cinquante années inlassablement vouées à la promotion de la planification familiale sont la source de fécondes réflexions et de travail de grands Hommes (des anciens ministres, Professeurs d’universités, des planificateurs, des médecins émérites …).
« Les barrières socioculturelles et religieuses, plus dévorantes à l’époque de sa création, n’ont pas ébranlé votre institution », s’est réjoui M. TRAORÉ, avant de souligner que les femmes ont plus accès aux services de SR/PF aujourd’hui plus qu’hier, avec un fléchissement des indicateurs de mortalité et de morbidité des femmes et des enfants, même si des besoins en santé restent encore à satisfaire.
D’autres temps forts ont été la remise des attestations de reconnaissance à une cinquantaine de personnes, et la visite de la clinique de l’AMPPF.

PAR MODIBO KONÉ




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *