Search
dimanche 29 mars 2020
  • :
  • :

Appui alimentaire: le Japon offre 1 200 tonnes de riz au Mali

Le Japon, à travers son Ambassadeur présent dans notre pays, Daisuke KUROKI, a procédé, hier mardi 28 janvier, à la remise officielle de 1 200 tonnes de riz à notre pays. Ce riz issu du KR 17 est destiné aux populations éprouvées des régions de Mopti, Tombouctou et Gao. La cérémonie de remise s’est déroulée à l’OPAM, sous la présidence du ministre Commissaire à la sécurité alimentaire, Kassoum DENON.

C’était en présence du gouverneur de Mopti, le Gal Abdoulaye CISSE ; du directeur général de l’OPAM, Youssouf MAIGA ; du directeur de la coopération Asie-Océanie, Mohamed Mahmoud ARBY…

Le gouverneur de la région de Mopti, le Gal Abdoulaye CISSE, a affirmé que le choix des régions de Mopti, Tombouctou et Gao n’est pas fortuit, car l’insécurité est devenue ces dernières années le lot quotidien des populations. Il a témoigné que les champs et les pâturages dont dépendait la survie des populations sont aujourd’hui inaccessibles, car infestés par les terroristes. Selon lui, cette assistance alimentaire permettra d’atténuer les difficultés alimentaires des populations durement éprouvées.

L’Ambassadeur du Japon dans notre pays, Daisuke KUROKI, a rappelé que le 19 août 2019 son pays a remis 6 428 tonnes de riz au gouvernement du Mali dans le cadre de l’assistance alimentaire de l’année 2017. Il a indiqué qu’à cause de l’extension des conflits multiformes au Centre et des aléas du changement climatique, plus de 3,5 millions de personnes ont besoin d’assistance alimentaire et d’actions de résilience.

« Aussi, plus de 600 000 personnes sont dans le besoin d’appui alimentaire urgent. Les femmes et les enfants sont les plus affectés. En réponse commune et solidaire face à cette situation, et à la demande du gouvernement malien, le Japon a autorisé, le 9 octobre dernier, la distribution exceptionnelle à titre gratuit, de 1 200 tonnes. A travers cette opération, le Japon vise, non seulement, à satisfaire les besoins urgents des populations maliennes, mais aussi, à soutenir les mesures de sécurité alimentaire sur le court et le moyen terme », a affirmé l’Ambassadeur du Japon au Mali.

Pour garantir le succès de cette opération, le diplomate japonais a invité le Commissariat à la sécurité alimentaire à impliquer toutes les autorités régionales, locales et communales pour gagner le pari de la transparence et de la traçabilité des stocks jusqu’au bénéficiaires finaux.

Il a saisi l’occasion pour informer que les 4 327 tonnes de riz de l’assistance alimentaire japonaise de l’année 2018 sont déjà arrivées au port de Dakar pour être acheminer sur Bamako. Quant à celle de l’année 2019, dit-il, le choix des produits est déjà défini et le processus d’appel d’offres en vue de l’achat du riz choisi est en cours au Japon.

« L’assistance alimentaire japonaise permet de fournir du riz au Mali à titre gratuit et puis le gouvernement le vend sur le marché local à un prix accessible pour la population. Les fonds issus de cette vente appelé ‘’fonds de contrepartie’’ serviront à financer divers projets de développement socio-économique », a expliqué l’Ambassadeur du Japon dans notre pays.

Pour sa part, le ministre Commissaire à la sécurité alimentaire, Kassoum DENON, a souligné que depuis des décennies le Japon s’est illustré comme un partenaire clé de notre pays dans le domaine de la sécurité alimentaire. Selon lui, les différentes donations du Japon, en plus de contribuer à l’atténuation des difficultés alimentaires de nos compatriotes, jouent un rôle fondamental dans la stabilisation du marché céréalier et aussi dans le développement socio-économique de notre pays.

Le ministre DENON a précisé que sur les 6 237 tonnes qui constituent le don alimentaire non remboursable (KR17), la coopération nipponne a bien voulu accorder exceptionnellement au Commissariat à la sécurité alimentaire ces 1 200 tonnes. Selon lui, les 5 037 tonnes restant seront mises sur le marché, à travers une opération spéciale de vente promotionnelle dans les semaines à venir.

Aux dires du ministre Commissaire à la sécurité alimentaire, les localités bénéficiaires ont été choisies conformément aux recommandations du Cadre harmonisé.

Il a rappelé que l’évaluation provisoire de la situation alimentaire et nutritionnelle au titre de la campagne agricole 2019-2020 par le Système d’alerte précoce (SAP) a révélé que d’octobre 2019 à décembre 2019, environ 38 756 personnes étaient en phase urgence, 609 574 personnes en phase crise.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *