Search
lundi 16 octobre 2017
  • :
  • :

Appui budgétaire au Mali: la Banque mondiale revient avec 31 milliards FCFA

Le directeur des opérations de la Banque mondiale et la ministre des Finances et de l’économie ont signature, hier après-midi, un accord d’appui budgétaire en faveur du Mali, d’un montant de 63 millions de dollars, soit environ 31 milliards FCFA. Ce retour de la Banque mondiale tourne définitivement la page de la suspension d’aide budgétaire accordé au Mali par ses partenaires.

C’était sous les applaudissements de l’ensemble des collaborateurs du ministre de l’Économie et des finances et des directeurs des services d’assiettes de l’État.

«C’est avec un plaisir, toujours renouvelé que je participe, cet après-midi, en partenariat avec le gouvernement du Mali, à cette cérémonie de signature de l’accord de financement relatif à la première opération d’appui à la reprise et aux reformes de gouvernance au Mali, d’un montant de 63 millions de dollars. Ce financement est composé d’un crédit de 36 millions de dollar et d’un don équivalant à 27 millions de dollar», s’est réjoui M. MU, le directeur des opérations de la B M.

En effet, a-t-il rappelé, le conseil d’administration du groupe de la Banque mondiale a approuvé, le 18 novembre 2014, ce financement, qui sera décaissé en une seule tranche et qui fait partie d’un programme prévoyant une série de deux opérations.

A travers cette opération, selon  Paul Noumba UM, le Mali et le groupe de la Banque mondiale cherchent à renforcer la redevabilité et la transparence de l’exécutif et à améliorer l’efficacité des dépenses publiques.

La présente opération est alignée sur les priorités du Cadre stratégique pour la réduction de la pauvreté du Mali et du plan d’action du gouvernement, pour la période 2013-2018.

«La crise de 2012 a suscité de multiples réactions sur la qualité des institutions malienne et leurs capacités à servir et protéger les citoyens, de manière équitable, ainsi que le rôle de facteurs extérieurs dans la déstabilisation du Pays. Mais, s’il y a un point qui a fait l’unanimité, c’est la nécessité d’améliorer la gouvernance pour renforcer la légitimité de l’État», a conseillé le représentant de la BM.

Pour lui, l’amélioration de la gouvernance ne pourra se faire sans des institutions de contrôle plus solides et c’est sur ce domaine que porte le soutien fourni par la série d’opérations, en ce sens qu’elle va étayer les efforts du gouvernement à renforcer la transparence et la capacité des agences de vérifications externes.

‘’Il s’agit, d’une part, d’améliorer la transparence, de renforcer les procédures de contrôle fiduciaires et de contrôle des effectifs, de limiter les occasions de corruption et d réduire les subventions inefficaces et, d’autre part, d’optimiser la gestion des investissements publics, accélérer les procédures de passations des marchés et renforcer les capacités de gestion budgétaire des autorités locales’’, a souligné  Paul Noumba UM.

La ministre de l’Économie et des finances, BOUARE Fily SISSOKO, a salué la promptitude et la célérité de la Banque mondiale dans sa démarche.

«Au-delà du montant, c’est la symbolique qui est à retenir. Nous dirons aujourd’hui que la Banque mondiale est de notre côté…’’, a commenté Mme BOUARE.

Au nom du gouvernement, elle a exprimé toute sa gratitude à la Banque mondiale, à travers son directeur des opérations au Mali, pour la confiance renouvelée aux autorités de notre pays.

Cet appui budgétaire vient tourner définitivement la page de la suspension d’aide budgétaire accordée à notre pays suite à l’achat d’un avion présidentiel et d’équipements militaires.

Rappelons qu’il y a quelques jours, la France aussi a apporté son appui budgétaire au Mali.

Par Hamidou TOGO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *