Search
mercredi 16 août 2017
  • :
  • :

Appui de Bordeaux aux communes du Mali: plusieurs pistes de solutions dégagées

Une équipe d’élus communaux de notre pays aparticipé,du 18 au 25 dernier,au séminaire « Co-construction» tenu dans la ville de Bordeaux, en France, sur l’initiative du maire, Alain JUPPÉ. Ce dernier, dans le cadre de la coopération décentralisée entre la ville de Bamako et celle de Bordeaux, a exprimé son vœu d’appuyer notre pays dans son développement après les récents événements qu’il a connus.
Une vingtaine d’élus communaux issus, pour la plupart, des localités des régions du nord du Mali qui ont souffert lemartyre pendant la guerre contre des groupes rebelles séparatistes et leurs alliés djihadistes ont participé à ce séminaire.Il s’agissait notamment des maires de Gao, de Tombouctou, de Konna, de Diabali, de Bara, de Goundam, de Mopti, de Douentza…En plus des élus communaux, la mission était composéeégalement de certains travailleurs de la mairie du District de Bamako.
Leséminaire a été marqué par plusieurs rencontres entre les participants(Maliens et Français)et visait à préparer le plan d’appui des communes du Mali pour leur développement futur. L’initiative est du maire de Bordeaux, Alain JUPPÉ, qui a décidé d’accompagner des communes du Mali dans leur reconstruction et développements, à travers le plan intitulé :« Programme pour la relance durable du Mali».
Donc, il s’agissait par ce séminaire de recenser les priorités et les besoins des intéressés et les acteurs en vue d’élaborer ce plan qui sera soutenu par la ville de Bordeaux.
À l’ouverture des travaux, le maire du District de Bamako, qui conduisait la délégation malienne, a indiqué que la participation des élus communaux du Mali à cette rencontre est un signe fort et appréciable attestant si besoin était la solidarité de la ville de Bordeaux avec le peuple malien.La rencontre, a-t-il espéré, va contribuer à aider notre pays à la résolution des problèmes auxquels les communes sont confrontées.
Ces problèmes, de façon générale,se résument à l’assainissement, à la mobilité urbaine, l’accès à l’eau potable, l’électrification, l’éducation et l’aménagement, le manque de ressources financières et celui de personnel qualifié, selon le maire Adama SANGARE.
Après les débats et échanges entre les participants à partir des réalités et pratiques locales post crise, plusieurs pistes de solutions ont été dégagées.
Sur l’appui au plaidoyer envers l’État et les partenaires internationaux, la ville de Bordeaux pourrait œuvrer à ce que les collectivités locales du Mali soient davantage reconnues dans leur rôle de reconstruction, de réconciliation et de relancedurable de notre pays. Il va s’agir, pour elle,d’une part, d’appuyer la sensibilisation de l’État et des partenaires internationaux au rôle que les communes occupent; d’autre part, de soutenir les collectivités dans leurcapacitédeplaidoyer en renforçant leurs compétences.
S’agissant du volet d’appuiaudéveloppementéconomiqueinclusif, il a été formulé par la ville de Bordeaux d’appuyer les collectivitéslocalesduMalipar la mise en place despochesd’innovation,decircuitscourts, desoutienaux secteursdeproduction,detourisme,etc.Par cet appui, la ville de Bordeaux entend jouer sa partition àla relancedurableduMaliparl’économieinclusivelocale.
Enfin, il a été également question d’accompagner la formation du personnel des collectivités qui viendrait alimenter les activités relatives au renforcement des compétences des collectivités et de leurs élus, notamment sur des besoins précis et opérationnels. De même, ils seraient planifiés, en perspectives, des rencontresd’échanges de savoirs et d’expertisedanslesouciderépondreauxbesoins spécifiquesdesacteursetdescontextes.
Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *