Search
samedi 22 juillet 2017
  • :
  • :

Après le décès du 2è cas d’Ebola : plus d’une centaine de personnes mises en isolement

Après le décès du second cas d’Ebola, dans notre pays, un agent de santé de 25 ans, travaillant au compte de la clinique Pasteur de Bamako, confirmé par les autorités sanitaires du pays; le ministère de la Santé a mis en isolement pas au moins de 100 personnes et des recherches sont en cours pour identifier les personnes ayant été en contact avec le malade. C’est en substance, l’information donnée par le Secrétaire général du ministère de la Santé, le Pr Ousmane DOUMBIA, au cours d’un point de presse qu’il a animé, hier au département de la Santé.

La conférence qui a mobilisé la presse nationale et internationale visait à informer et édifier les populations sur les circonstances et les dispositifs pris par le département de la santé pour éviter la propagation de la maladie, sur le territoire national.

Le Secrétaire général, le Pr Ousmane DOUMBIA, pour l’occasion était accompagné du représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Mali, le Dr Ibrahima Socé FALL ainsi que le coordinateur du centre opérationnel d’urgence de lutte contre Ebola, le Pr Samba SOW.

L’information est confirmée alors que les vingtaines de personnes mises en isolement, suite au premier cas, ont été déclarées négatives au test du virus à Ebola.

Ce deuxième cas, qui n’a pas de lien avec le premier, est également importé de la Guinée Conakry, a confirmé le Secrétaire général. Il s’agissait d’un homme entre 55 à 60 ans. Il a été reçu, le 25 octobre dernier, à la clinique Pasteur pour des soins de santé et serait atteint, selon le tableau médical de la clinique Pasteur, d’une insuffisance rénale aiguë due à la vieillesse.

Appuyant M. DOUMBIA, le Pr Samba SOW a fait savoir que le vieux ne présentait aucun symptôme qui s’apparentait à la maladie Ebola. Il a affirmé également que l’équipe, qui a pris en charge le vieux, a respecté le plan d’opération de lutte contre le virus à Ebola.

Quelques jours plus tard, après son hospitalisation, le vieux est décédé et son corps a été rapatrié en Guinée Conakry, selon le vœu de sa famille. Et, c’est l’OMS de la Guinée Conakry qui a découvert que le défunt était atteint de la maladie Ebola, a expliqué M. FALL.

C’est à ce moment, a déclaré M. FALL, que l’alerte a été lancée par l’OMS au Mali et à la clinique Pasteur pour prendre des dispositions qui s’imposent.

Toujours, selon la narration du Secrétaire général, quelques jours après le décès du vieux, le jeune infirmier est tombé malade et était également hospitalisé à la clinique Pasteur jusqu’à la confirmation de son décès, le mardi dans la soirée. Il augmente ainsi le nombre de cas du virus à Ebola à deux personnes dans notre pays.

Toutefois, plusieurs suspicions tournent autour de cette affaire quant à l’attitude de la clinique Pasteur. Mais, selon le Pr Samba SOW, il leur a manqué de communiquer les informations aux autorités sanitaires avec la maladie de l’infirmier.

Pour éviter la propagation de la maladie, le Secrétaire général du ministère de la Santé a indiqué qu’il a été procédé à l’isolement de la clinique et de tous ceux qui s’y trouvent pour des mesures de sécurité.

Ainsi, dans cet hôpital de référence, 30 personnes observent la période d’incubation sans compter la famille du jeune agent de la santé, à Daoudabougou, en CV du district de Bamako (45 personnes).

Aussi, la mosquée de Djikoroni où le corps du vieux a transité est également pulvérisée et mise en isolement.

«Les mesures vont se poursuivre pour isoler le reste du personnel de santé de la clinique, depuis chez eux. Une équipe va passer chez eux matin et soir pendant la période d’incubation pour des tests et analyses», a jouté le Secrétaire général.

Par ailleurs, il a indiqué que des recherches sont en cours pour répertorier et localiser les malades qui étaient avec le vieux à l’hôpital afin d’identifier des familles suspectes.

À la question de la fermeture des frontières avec la Guinée Conakry, le Secrétaire général a répondu qu’aucune mesure pour l’instant n’a été prise dans ce sens. Il  réaffirme ainsi que le pays reste ferme sur sa décision de laisser ses frontières ouvertes.

 Par Sikou BAH

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *