Après sa défaite à la Primaire de la droite: fin de la carrière politique de Nicolas Sarkory

8

Traité naguère de «collaborateur, Fillon prend sa revanche, jugent les éditorialistes, qui notent aussi que Hollande voit se refermer son «trou de souris».

Fillon qui rit, Sarkozy qui pleure. Les éditorialistes de la presse écrite commentent ce lundi la très large victoire de l’ancien Premier ministre François Fillon. Un véritable coup de théâtre qui met fin à la carrière politique de Nicolas Sarkozy et une revanche éclatante pour celui que l’ancien président avait traité de «collaborateur».
Sous le titre, «Fillon, la revanche du collaborateur», Cécile Cornudet, dans Les Échos, assure qu’il «n’y a pas de plus grosse humiliation pour Nicolas Sarkozy que d’être éliminé, dès le premier tour de la primaire, par la remontée éclair de son ancien Premier ministre et collaborateur. Mister nobody, disait-il, même s’il choisit aujourd’hui de lui apporter son soutien. Il n’y a pas plus belle revanche pour François Fillon que de la prendre sur celui qui avait transformé leur couple exécutif, de 2007 à 2012, en un permanent supplice vexatoire. Fillon signant l’arrêt de mort politique de Sarkozy : ce boomerang de l’histoire, double surprise de la primaire de la droite et du centre, restera dans les annales.(…)»
Même analyse dans La Voix du Nord, où Hervé Favre voit également dans ce résultat «la revanche du collaborateur» sur son «ancien patron qui a livré la campagne de trop. Nicolas Sarkozy et ses soutiens tombent de très haut. Ils se sont auto-persuadés que l’affluence dans les meetings et les queues devant les libraires pour les séances de signatures avaient valeur de sondages imparables. Quelle illusion d’optique !»

«Kärchérisé»
«L’homme de province qui fut le collaborateur de l’homme de Neuilly», est le «grand triomphateur», assure également Jean-Claude Souléry, de La Dépêche du Midi. Qui accable l’ancien chef de l’État : «Décidément c’est une habitude : Nicolas Sarkozy se débrouille toujours pour créer l’événement. Et l’événement, hier soir, aura été son grand naufrage. Chassé, renvoyé, congédié par les siens. Le voilà qui mesure enfin l’étendue de son rejet. La honte de sa vie… En reconnaissant la défaite, il a même esquissé son départ à la retraite.» Pour l’éditorialiste, le triomphe de Fillon est bien celui d’un «anti-Sarkozy» : «François Fillon a sans doute compris avant les autres que le «peuple de droite» attendait depuis longtemps un champion éminemment traditionnel qui répugne à transgresser les codes, à vouloir faire mode, un homme qui serve d’antidote au bastringue sarkozyste et redonne à la politique cette gravité qu’elle avait perdue.»
«Il fut le second silencieux et loyal d’un homme qui ne lui épargna aucune avanie», rappelle Yves Harté, dans Sud-Ouest. Qui juge que les électeurs ont arbitré en différentes personnalités bien plus qu’entre des programmes. «La personnalité même de Nicolas Sarkozy, trop douteuse et trop incertaine, lui a interdit de passer cette primaire», tranche-t-il.
À Libération, on jubile et on ironise : pour Nicolas Sarkozy, c’est «la retraite à 62 ans», s’amuse Alain Aufray. Quant à Laurent Joffrin, il s’en donne à cœur joie : «Kärchérisé… Courant comme un dératé dans le couloir de droite, Nicolas Sarkozy a eu beau multiplier les provocations verbales, les meetings en forme de stand-up, les signatures de livres à la Marc Levy avec foules hystériques et rombières en pâmoison, rien n’y a fait. Il est éliminé par un Droopy, aussi bonnet de nuit qu’il était adepte du chapeau pointu et de la langue de belle-mère. Le clown blanc a eu raison de l’auguste. Pour un peu, Sarkozy va nous manquer… «

«L’après-Hollande a commencé»
Au delà de la défaite de Sarkozy, les éditorialistes insistent aussi sur ce que signifie la très large victoire de Fillon, anticipant les résultats de la semaine prochaine. «L’ex-souffre-douleur de Sarkozy à l’indéfectible loyauté» est désormais «le leader tout désigné de la droite républicaine», constate sobrement Philippe Palat, du Midi Libre. Qui juge que les électeurs ont pris la charte qu’il devait signer hier (un engagement pour «l’alternance») au pied de la lettre : «cette puissante mobilisation, venue bien au-delà des frontières de la droite et du centre, [sonne] le gong d’une double alternance. Celle qui consisterait à mettre un terme à cinq années de pouvoir socialiste et celle qui refuserait, en bloc, d’assister au retour de l’ancien président de la République.» Depuis des mois, les sondages indiquent avec constance que les Français ne veulent pas en 2017 de remake de 2012.
Fillon «peut savourer sa revanche, la route pour l’Élysée s’ouvre devant lui», assure aussi Xavier Brouet, du Républicain Lorrain. Et de noter que Fillon désigné, c’est une tuile pour François Hollande : «Au-delà des enseignements pour la droite, cette primaire constitue une démonstration de force dont François Hollande apparaît d’ores et déjà en victime collatérale. L’élimination de son adversaire préféré obscurcit un peu plus son horizon et rend plus improbable encore sa candidature. Aussi légitime soit son désir de défendre lui-même le bilan de son quinquennat, s’aventurer dans la primaire de gauche lui ferait courir le risque d’ajouter le déshonneur au désaveu. D’autant que ce sans-faute permet à la droite de placer la barre très haut. La gauche va devoir faire mieux. Ou passer son tour.»
Pour Guillaume Tabard, le succès de la participation au scrutin annonce que «l’après-Hollande a commencé», lance-t-il dans Le Figaro : «Le oui par millions aux candidats de la droite est d’abord et avant tout un non immense à François Hollande. Comme, il y a cinq ans, la primaire socialiste avait été dopée à l’antisarkozysme, la primaire de la droite a été portée par la volonté, et même l’impatience, de tourner la page Hollande. Compte tenu de la faiblesse du chef de l’État et de l’éparpillement de la gauche, la primaire de la droite a été regardée comme une occasion anticipée d’élire le prochain président de la République. L’ampleur de la participation signe ainsi clairement l’acte I de l’alternance. Et si les électeurs qui ont versé 2 euros et signé une charte des valeurs ont dépassé largement le cadre de l’électorat de l’opposition parlementaire, ce fut moins pour s’immiscer dans un choix interne à la droite que pour dire, dès ce dimanche : l’après-Hollande a commencé.»

Hollande ou comment s’en débarrasser ?
Nicolas Beytout de L’Opinion partage ce point de vue : participation et élimination de Sarkozy préfigurent la défaite de la gauche : «La dynamique enclenchée et le soutien dès hier soir de Nicolas Sarkozy donnent désormais toutes chances à François Fillon de gagner son duel final avec Alain Juppé, direction l’Élysée. Encore faudra-t-il que toute la droite se rassemble ensuite, unie comme les socialistes avaient su l’être en 2012 derrière François Hollande. C’est d’ailleurs lui, le chef de l’État, l’autre grand perdant de la soirée : quatre millions de Français sont allés aux urnes pour enclencher l’alternance et le priver de celui qu’il croyait être un adversaire à sa portée, Nicolas Sarkozy. L’alternance en marche.»
«La France se réveille ce matin dans un paysage politique qui a bougé, souligne Jean Levallois dans La Presse de la Manche. La défaite de Nicolas Sarkozy rend désormais impossible le retour du duel de 2012 avec François Hollande. La droite a su, en elle-même, trouver la solution à l’entêtement de l’ancien président de la République. Il reste à la gauche de résoudre son propre problème avec François Hollande, qui se résume à se rassembler tous derrière le président sortant. Ou bien, si c’est impossible, de lui indiquer la sortie plus ou moins fortement.
«L’émergence de Fillon laisse une ouverture au centre que Juppé entendait occuper. La gauche serait-elle capable d’en profiter ? s’interroge Jean-Louis Hervois dans La Charente Libre. La fin du sarkozysme appelle la fin du hollandisme. Mais l’éditorialiste est pessimiste sur une résurrection de la gauche : «De Macron à Mélenchon, la gauche ne peut que se déchirer encore, comme elle l’a fait tout au long du quinquennat. En revanche, la perspective d’affronter Fillon pourrait coller assez bien au plan de Marine Le Pen, devenue, par la magie de Philippot, le bouclier du pauvre et de l’orphelin, la madone des services publics sacrifiés sur l’autel des déficits». Une analyse qui s’oppose point par point à celle de Saïd Mahrane dans nos colonnes : Selon lui, l’hypothèse Fillon, ce «souverainiste-libéral», est une très mauvaise nouvelle pour Marine Le Pen.

Le Point.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *