Search
lundi 27 juin 2022
  • :
  • :

ASMA-CFP: le défi de la postérité

Le bureau politique national du parti Alliance pour la solidarité au Mali/Convergence des forces patriotiques (Asma/CFP) a organisé, le samedi 21, à Maeva Palace, une rencontre avec les secrétaires généraux des sections de l’intérieur et du district de Bamako. Cette rencontre qui coïncide avec le 9e anniversaire de la création du parti a été l’occasion de galvaniser les militants en vue de poursuivre l’idéal politique du président fondateur, feu Soumeylou Boubèye MAIGA. La rencontre s’est déroulée sous la présidence du premier vice-président du parti, Baba CISSE ; en présence du secrétaire général, Issa DIARRA ; de la présidente des femmes, Dalla MACALOU ; du président du mouvement des jeunes, Abidina KAREMBE, et de plusieurs délégués venus de l’intérieur.

Cette rencontre a été placée sous le signe de la poursuite de l’idéal politique du père fondateur du parti, feu Soumeylou Boubèye MAIGA. L’occasion a été mise à profit pour lui rendre hommage. Aussi, les militants ont promis de tout faire pour que justice soit faite.
Dans ses mots de bienvenue, le premier vice-président a déclaré qu’au-delà du symbole de la date d’anniversaire, cette rencontre a été convoquée, car le parti est à un tournant majeur de son cycle de développement.
« Nous sommes à un moment crucial de la vie de notre parti. En effet, 9 ans après sa création, notre parti a connu le 21 mars, ce qui peut lui arriver de pire : la perte du président fondateur. Le 21 mars 2022, Allah Soubhana wa ta’ala rappelait auprès de lui un homme public d’exception, un homme politique éminent qui voua sa vie entière à son engagement politique en faveur des valeurs auxquelles il croyait, un monument de notre vie politique », a affirmé Baba CISSE, avant d’ajouter : « les grands hommes s’en vont, mais ce qu’il en reste est éternel».
Selon le premier vice-président, les cadres et militants du parti ASMA-CFP ont une obligation de poursuivre le chemin que SBM a tracé, porté haut le flambeau.
«Nous ne pourrons jamais faire comme lui tant il était unique, mais nous allons essayer de l’imiter autant que possible en défendant ses convictions et en prônant le rassemblement, avec comme idéal la justice sociale et la solidarité. Cela nécessitera que l’on se serre les coudes en cette période de turbulence», a déclaré M. CISSE.
Parlant de la situation politique, le premier vice-président a affirmé que son parti a initié la mise en place du Cadre de concertation pour une transition réussie qui regroupe des forces politiques substantielles de notre pays et qui se veut un regroupement de propositions et de veille pour la réussite de la transition.
Son objectif, précise-t-il, était de faire des propositions et veiller au respect du délai imparti à la transition par la charte.
« Nous restons un acteur majeur de ce regroupement qu’est le CADRE qui, je vous le rappelle, est une initiative de notre Président. Cette transition dont la durée fait l’objet de débat et de négociations du fait des sanctions de la CEDEAO, prendra fin au bout de 16 ou 24 mois, plaise à Allah, par des élections générales que nous espérons transparentes et crédibles pour la survie de notre pays », a indiqué Baba CISSE.
Selon lui, au sortir des élections à venir, l’ASMA doit être reconnu comme un grand parti par le nombre de ses élus.
Le secrétaire général, Issa DIARRA, a informé que le parti a fait beaucoup de choses pour éviter cette situation dramatique qui est finalement arrivée. Selon lui, à l’annonce de l’arrestation de Soumeylou Boubèye MAIGA, le parti a immédiatement mis en place une cellule de crise qui faisait tous les jours le point de l’évolution de la situation ; écris une lettre à tous les secrétaires généraux dénommée ; « Lettre d’information du BPN ‘’ ; organisé un point de presse au siège du parti en dénonçant ses conditions de détention ; dépêché des missions auprès des autorités religieuses, des familles fondatrices de Bamako, des chefs d’institutions, des Ambassades, des anciens Premiers ministres, etc. ; organisé un point de presse quand le rapport médical de son médecin traitant a été confirmé par une contre-expertise du Conseil national de santé indiquant la nécessité d’une évacuation sanitaire
Il a profité de l’occasion pour rappeler que le parti est sorti aux dernières élections communales de 2016 avec 300 conseillers dont 14 maires et s’es classé 8/185 partis politiques. Le secrétaire général a appelé les cadres et les militants à consolider cet acquis en ramenant le parti à la tête des formations politiques.
La présidente du mouvement des femmes, Mme Dalla MACALOU, a fait l’état des différents bureaux des femmes et dévoilé leurs visions pour le futur. Selon elle, les femmes ont un calendrier chargé en terme d’activités et se battront pour réaliser leurs ambitions.
Le président du bureau des jeunes, Abidina KAREMBE, a fait l’état de l’implantation des structures des jeunes à travers le pays et les actions entreprises en vue de rendre visible le parti. Il a déploré que l’implantation des bureaux des jeunes ait été interrompue par la disparition tragique du président SBM.
Aussi, tour à tour, les coordinateurs des différentes sections de Bamako et de l’intérieur du pays ont expliqué la situation du parti. Ils ont informé sur l’état de santé du parti, les difficultés et les actions envisagées en vue de remettre le parti sur les pieds.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *