Search
mardi 16 juillet 2019
  • :
  • :

Assainissement des berges du fleuve Niger: la SOMAGEP et ses partenaires jouent leur partition

La Société malienne de la Gestion de l’eau potable, SOMAGEP, en collaboration avec le projet WATERWORX, a organisé, hier mercredi, une journée de salubrité des alentours du siège de leur société et des berges du fleuve Niger. Cette journée marquait le lancement des journées d’assainissement de ladite société. La cérémonie de lancement était présidée par Younoussi Hamèye DICKO, Président du Conseil d’administration de la SOMAGEP, en présence des partenaires de ladite société, dont l’association des jeunes de Djicoroni-Para, représenté par leur président, M. Abdoulaye KEITA.

 En campant le décor, M.  Mamadou KANE, le Directeur général de la SOMGEP a expliqué le contexte de cette journée de salubrité. Selon lui, la SOMAGEP organise cette journée avec son partenaire water-net, qui travaille avec la SOMAGEP dans le cadre du projet appelle WaterWorx.

« Dans ce projet, nous avons huit équipes qui sont dédiées à différentes activités, dont une qui s’occupe du changement climatique. C’est cette équipe qui porte ce projet d’assainissement. Nous sommes là aujourd’hui pour perpétuer la tradition qui a pour objectif de sensibiliser les populations qui sont nos collaborateurs stratégiques, à l’assainissement, à la protection de l’environnement », a expliqué le DG. Selon lui, la SOMAGEP et ses partenaires sont dans leur rôle, en tant que société et institution qui s’occupe de la distribution de l’eau de potable.

« Comme vous le savez, la SOMAGEP est une société qui vend de l’eau dans la nature, qui la traite et qui la distribue. Si nous salissons l’environnement, ces salissures vont se retrouver dans notre ressource principale qui est l’eau brute. Dans la ville de Bamako, c’est le fleuve Niger qui est la principale source naturelle et tout le monde voit aujourd’hui, l’état dans lequel se trouve le fleuve Niger et nous devons tous nous sentir concernés pour rendre le fleuve saint », a-t-il dit.

Mme KONARE Kadiatou MALINKE, Présidente du Réseau des femmes professionnelles de l’eau et de l’assainissement (RFPAA), a aussi soutenu que cette journée est une continuité d’une série de séances de salubrité.

« On ne va pas nous arrêter à cette journée, c’est une lutte de longue haleine. Tout le monde sait que Bamako est sale. Nous les femmes, du secteur de l’eau et de l’assainissement, voulons jouer notre partition dans le domaine de l’assainissement et de l’eau potable. Ces journées ont donc pour objectif prioritaire d’assainir les berges du fleuve Niger », a-t-elle tenu à faire savoir.

Le président des jeunes du Djicoroni Para a remercié les organisateurs pour leur initiative de les aider à assainir leur environnement.

« Cette journée nous aide à nous débarrasser de nos déchets. Nous sommes très contents et notre accompagnement pour assainir le fleuve Niger et ses alentours. Nous sommes une population riveraine du fleuve Niger et son bienêtre nous incombe et nous veillerons à cela », a-t-il promis.

Le PCA de la SOMGEP, qui a salué la détermination des organisateurs pour un environnement sain autour du fleuve Niger, a promis l’accompagnement du Conseil d’Administration de la SOMAGEP pour la pérennisation de ces journées, afin de mieux protéger le fleuve Niger qui est devenu actuellement une décharge de certaines personnes, surtout en cette saison des pluies.

La cérémonie a pris fin par la remise des kits d’assainignement aux différents chefs d’agence de Bamako, qui doivent à leur tour continuer ce programme d’assainissement dans leurs secteurs respectifs.     

Après le coup de râteau du PCA, c’est l’ensemble du personnel, hommes et femmes de l’entreprise, munis de balais, de pelles et de poubelles, et appuyés par ceux de l’énergie du Mali, qui ont pris d’assaut les berges du fleuve Niger et les alentours du siège de la SOMAGEP pour en débarrasser les ordures et les mauvaises herbes qui y débordaient. Les caniveaux ont été aussi vidés de leurs ordures pour faciliter la coulée d’eaux de pluie, en cette période hivernale.

PAR CHRISTELLE KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *