Assainissement de l’assiette fiscale de la mairie: la présentation du rapport des experts

20

Des experts commis à ce travail ont présenté leur rapport
La mairie du District de Bamako perd en moyenne plus 7 milliards de FCFA par an à cause des évasions fiscales et des déperditions des ressources financières. Contre cette pratique, elle a commis des experts français pour diagnostiquer la situation et ont produit un rapport qui a été présenté, hier jeudi, au ministre de l’Administration et au maire du District de Bamako. Selon la synthèse de ce document, cette situation est la conséquence de problème d’ordre structurel, fonctionnel et de manque de personnel compétent de la mairie centrale.

La présentation de ce rapport a eu lieu hier jeudi dans la salle de délibération de la mairie du District de Bamako sous la présidence du ministre de l’Administration territoriale, Mohamed Ag ERLAF, et du maire, Adama SANGARE. Y étaient également présents des membres de l’équipe des experts français, des représentants de l’ambassade de France au Mali, des représentants du ministère de l’Administration territoriale, des responsables de services de la mairie du District de Bamako.
Dans ses mots de bienvenue, le maire Adama SANGARE a expliqué que ce projet contre la déperdition des finances de la mairie a été initié par son équipe parce que des résultats de plusieurs rapports, il ressort d’une évasion fiscale énorme sur des ressources financières de la mairie centrale qui sont estimées en moyenne à plus de 7 milliards de FCFA par an. Pire, le service de contrôle de l’État lui fait l’état d’une évasion fiscale de plus de 10 milliards de FCFA.
Confirmant ces chiffres, le maire Adama SANGARE soutient qu’il y a de nombreuses personnes qui ne s’acquittent de leur taxe et impôts sont estimés à de centaines de millions de FCFA. Cette somme, qui aurait dû servir au développement local dans la ville de Bamako, ne profite qu’à certaines personnes, a condamné le maire Adama SANGARE. Aussi, pour la vente des vignettes, des tickets des marchés, les redevances des sorties et des rentrées à Bamako, les redevances sur des baux de Bamako, la mairie de Bamako perd une assiette fiscale énorme, a ajouté M. SANGARE.
À cause de cette situation, soutient le maire Adama SANGARE, sa structure peine à réaliser convenablement ses missions d’assainissement, de développement et d’entretien de la ville de Bamako tout indiquant que l’intérêt de l’étude des experts français est qu’il viendrait en renfort au système mise en place pour permettre à la mairie d’avoir un mécanisme efficace pour diminuer significativement cet incivisme sur la bonne marche de la structure, et afin permettre à la mairie d’optimiser ses ressources financières.
«J’espère que les résultats de cette étude vont nous permettre d’optimiser ces ressources de la mairie parce que les problèmes de Bamako ne peuvent avoir de solution que lorsque la fiscalité est respectée par l’ensemble des contribuables», espère Adama SANGARE.
Selon la représentante de l’Expertise française, Séverine PETERS qui a conduit cette étude en collaboration avec d’autres expertises françaises, la ville de Bamako regorge de nombreuses potentialités de ressources financières peu exploitées.
«Le potentiel de mobilisation des ressources financières à la mairie existe, mais il est sous utilisé. Tant que cette situation ne se règle pas, il sera difficile pour la ville de Bamako de réaliser des progrès dans le cadre de son développement», a indiqué Séverine PETERS avant de préciser que les recettes fiscales et non fiscales de la mairie centrale sont sous-exploitées.
Dans son diagnostic, le rapport relève que la situation a été encouragée parce que la mairie du District de Bamako manque d’instrument adéquat de travail, de personnel compétent de même elle est confrontée à de problèmes d’organisation et de fonctionnellement de ses services.

Par Sikou BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *