Assainissement du cimetière de Niraréla: l’action citoyenne et religieuse du COADEB

Le Comité de coordination des actions pour le développement de Bagadadji (CCADEB), s’invite désormais dans la citoyenneté en Commune II du District de Bamako. Pour preuve, il a entrepris, depuis jeudi et jours suivants, des opérations d’enlèvement d’ordures et de curage des caniveaux des alentours du cimetière de Niaréla après le passage de l’opération «bulldozer» de la gouverneure Ami KANE.

En effet, après le déguerpissent des occupants des alentours dudit cimetière, les décombres n’avaient pas été dégagés par les initiateurs de l’opération de libération du domaine public. Toute chose qui avait contribué à aggraver les mauvaises conditions d’hygiène et d’assainissement autour de ce cimetière qui était déjà mal propre.
Face à la menace grandissante pour la santé publique, le maire délégué de Niaréla, Mme COULIBALY Fatoumata KEÏTA, a décidé d’agir pour soulager la souffrance des populations. Pour ce faire, et face à l’immensité de la tâche, elle a sollicité le concours du CCADEB auprès de son homologue de Bagadadji, Mme TOURE Djénéba SISSOKO.
C’est avec les efforts conjugués du maire de Niaréla, COULIBALY Fatoumata KEÏTA, et ceux de sa collègue de Bagadadji, TOURE Djénéba SISSOKO, que lesdites opérations d’enlèvement des décombres ont commencé le jeudi 1er septembre 2016.
Quant aux opérations de curage des caniveaux, elles ont débuté, le samedi dernier, et se poursuivent encore, comme on a pu le constater, hier mardi, lors de notre passage sur les lieux.
Pour la bonne réussite de l’opération, apprend-on, ces deux braves dames ont reçu l’appui de certains responsables de la ville ainsi que les bonnes volontés.
Au cours de nos échanges, le maire de Bagadadji, Mme Touré Djénéba SISSOKO, a indiqué que l’opération a reçu un appui du gouverneur du District, Mme SACKO Ami KANE, celle-là même qui est à l’origine des désagréments causés par ses décombres aux populations riveraines.
Au nom du gouvernorat, Ami KANE s’est engagée à assurer l’évacuation des ordures. D’ailleurs, elle a mis à la disposition du CCADEB, 20 manœuvres.
De son côté, Ozone a mis à la disposition de l’opération 3 BAC d’évacuation des ordures.
La mairie de la Commune II n’est pas restée en marge de cette action citoyenne. En effet, elle a aussi donné un camion Benz.
En plus des ordures et le curage des caniveaux, le CCADEB a aussi des ouvertures sur les murs du cimetière pour évacuer l’eau de pluie qui recouvrait les tombes. Aujourd’hui, avec ces pluies abondantes, une partie importante de ce cimetière est transformée en marigot. C’est pourquoi, en plus des ouvertures, les responsables de cette opération souhaitent trouver un groupe motopompe pour tirer l’eau des tombes.
Le CCODER se donne aussi pour mission de procéder au remblayage de toutes les parties submersibles du site.
Le coût de cette opération est estimé à plus de 2 millions de FCFA dont les 90% sont mobilisés par le CCADEB.
Pour conjurer définitivement les risques d’inondations, le CCADEB ambitionne de continuer le curage de cette artère principale jusqu’au fleuve sur près d’un kilomètre. Seul bémol, l’organisation est à bout de souffle et ses problèmes ont pour nom : le manque de moyens matériels et financiers, d’équipements, de motopompe, etc.
D’où la sollicitation de toutes les bonnes volontés (autorités publiques, associations, particuliers, etc. pour permettre à cette action citoyenne et à haute portée religieuse et sociale d’atteindre son objectif: débarrasser notre dernière demeure et environs de toutes les saletés.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *