Assemblée générale extraordinaire de la FEMAFOOT: le retour de la paix des braves

9

‘’Apaisement’’, ‘’Retour de la sérénité’’, ‘’Nécessaire cohésion’’ et ‘’solidarité’’, voilà entre autres les maître-mots qui ont émaillé les interventions de la cérémonie d’ouverture de cette assemblée extraordinaire de la Fédération Malienne de Football, FEMAFOOT, que la capitale du Kénédougou a abrité qui s’est tenue ce mardi dans une salle comble de l’Hôtel Maïssa. Pour ce jour, Sikasso a porté la double casquette de capitale de la première région et surtout celle de capitale du football malien.

Pour cette assemblée, l’instance internationale a dépêché deux représentants, M. URSH, le directeur des services de Mme Fatma SAMOURA et Veron MOSENGO OMBA, membre du département des Associations de la FIFA ainsi que Lopes Nascimento, Président de la Fédération Bissau guinéenne de Football, représentant de la Confédération africaine de Football (CAF). La rencontre du jour a également enregistré la présence non moins importante du député représentant l’assemblée nationale, de l’honorable Cheick Oumar KONATE, élu de Kayes, membre de la Commission Jeunesse et Sports et surtout celui de Oumarou Tamboura, dépêché par le Président Habib Sissoko pour représenter le Comité Olympique national et sportif, CNOS.
Avec six (6) ligues régionales sur 9 de football, neuf (9) clubs de première division contre deux, quatre (4) champions régionaux (ligue 2) sur 9 et deux groupements sportifs (les associations des entraîneurs et des médecins) contre la seule association des anciens footballeurs, le comité exécutif, pour le quorum, enregistre la présente majoritaire de 33 représentants du football malien pour 22 absents contestataires.
Le Président du Comité exécutif de la FEMAFOOT, l’Inspecteur Général Boubacar Baba DIARRA, en ouvrant les interventions, a d’abord rappelé son souci constant du développement et de l’avancement du football malien. Aussi a-t-il assuré de sa détermination à ne jamais se lasser dans la recherche de l’apaisement, l’unique objectif justifiant sa présence : «le fort d’un responsable n’est pas d’abdiquer devant l’adversité, mais d’affronter et de vaincre l’adversité», souligne-t-il. D’où son appel pressant au sens de la responsabilité et à l’esprit sportif des uns et des autres pour mettre définitivement fin à la crise qui perdure. Pour Boubacar Baba DIARRA, il s’agit, au sortir de cette instance, d’oublier la crise, avec son corollaire de propos injurieux, voire haineux, les actes diffamatoires pour effacer l’image désastreuse de ces trois dernières années que les acteurs du sport Roi n’ont cessé d’infliger au public sportif malien. Il s’agit, au nom du football et du public malien, d’un devoir d’oubli des torts ! La passion, et le football en génère, peut conduire l’homme le plus vertueux aux pires excès, explique le Président de la Fédération, qui déplore à juste raison l’absence de ceux-là mêmes qui ont pourtant conduit le Tribunal Arbitral du Sport, TAS, à instruire la fédération pour la tenue de cette session afin d’examiner leur cas. A la fin, il n’y a ni vainqueur ni vaincu, seul le football doit gagner, a conclu Boubacar Baba DIARRA à la fin des travaux.
Toutes conclusions auxquelles ont abouti les trois représentants de la CAF et de la FIFA, pour qui la vraie arme et le nécessaire dialogue. Les trois arbitres internationaux du conflit malien ont salué à juste titre la régularité de cette instance, conforme aux instructions du TAS qui avait demandé la tenue de cette AG au plus tard le 30 novembre . Plus particulièrement, pour Lopes Nacimento, le football est fédérateur pour se rassembler autour de la paix. A cet effet, il a lancé un appel solennel à l’union des acteurs maliens du football pour davantage renforcer par leur attitude l’exemplarité du sport roi malien en Afrique.
Pour sa part, le représentant du CNOS, en procédant à l’ouverture des travaux, a insisté sur les valeurs de tolérance et de solidarité au sein et autour du football pour parvenir définitivement à l’apaisement à l’issue des travaux de cette assemblée générale. Pour Oumarou TAMBOURA, il faut, à travers cette assemblée, tout mettre en œuvre pour rechercher toutes les pistes possibles pour retrouver la sérénité et la cohésion.
Au menu des travaux avaient été inscrits les points relatifs aux sanctions infligées aux contestataires, la confirmation des cooptations qui avaient été opérées à l’issue des élections fédérales à Mopti en septembre 2013, dans le cadre l’entente entre les listes en compétition.
A l’issue des travaux, l’assemblée générale a procédé à cette confirmation. Quant aux cas des contestataires, si Yéli Sissoko a vu sa révocation confirmée à l’unanimité des 33 représentants de ses fonctions de président de la commission des finances de la fédération, Tidiane Nimabélé et Mamadou Dipa Fané, initialement exclus à vie de toute activité dans le football, ont vu leurs sanctions ramenées à 5 ans. La sanction a été ramenée à trois ans pour ceux des 9 membres (Présidents et dirigeants de Ligue et de club), Salaha BABY, Abba Mahamane, Boubacar Monzon et autres Abeta AG Seydou qui avaient écopé d’une suspension de 10 ans. Quant aux sept contestataires restants, Moussa BAH, M’Pa SYLLA et autres, l’assemblée générale de la FEMAFOOT a décidé de les gracier.
Aller au pardon et à la réconciliation, voilà le crédo qui a prévalu à ces décisions que n’ont pas manqué de saluer les représentants de la CAF et de la FIFA.

Yaya TRAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *