Attaque balistique contre la ville sainte de la Mecque: les condamnations du Mali

2

La ville sainte de La Mecque a abrité le 17 novembre 2016, une session extraordinaire du CMAE (Conseil des ministres des Affaires étrangères) de l’OCI, à laquelle a pris part Abdoulaye DIOP, chef de la diplomatie malienne. Il est question ici d’entériner entre autres, les mesures d’urgence et nécessaires face à la menace grave qui pèse sur la Mecque, notamment le lancement d’un missile balistique ciblant Makkah Al-Moukarramah.

Placée sous l’égide du nouveau Secrétaire général de l’OCI, le Saoudien Youssef Ahmed Al-Uthaymeen, cette rencontre, à laquelle plusieurs ministres en charge des affaires étrangères de l’OCI, dont Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et de l’intégration africaine du Mali, ont fait le déplacement de la Mecque, se tient deux semaines après la réunion d’urgence du comité exécutif au niveau ministériel.
La convocation de cette réunion extraordinaire des chefs de la diplomatie des États membres de l’OCI (Organisation de la Coopération Islamique) avait pour objectif de délibérer sur l’incident de la prise pour cible par les milices houthies et les partisans de Salah de la ville sainte de La Mecque.
L’ordre du jour comportait la désignation du nouveau Secrétaire général de l’OCI.
La cérémonie d’ouverture de cette rencontre a été marquée par plusieurs allocutions, notamment celle du ministre des Affaires étrangères de l’Ouzbékistan en sa qualité de Président de la 43e session du CMAE, celui du Secrétaire général par intérim de l’OCI et celui du ministre des Affaires étrangères du Royaume d’Arabie Saoudite.
Les interventions des différents ministres des Affaires étrangères et chefs de délégation ont suivi. À l’unanimité, ils ont condamné cette tentative d’attaque contre la ville sainte de la Mecque et apporté leur soutien total au Royaume d’Arabie Saoudite.
Le ministre Abdoulaye Diop, dans son intervention, a rendu hommage au Secrétaire général démissionnaire, Dr Iyad Ameen Madani, pour ses performances à la tête de l’OCI et a apporté le soutien de notre pays à la candidature du Dr Youssef Ahmed Al-Uthaymeen, proposée par le Royaume d’Arabie Saoudite pour le remplacer.
Portant la voix du Président de la république à cette réunion extraordinaire, il a, au nom de M. Ibrahim Boubacar KEITA, apporté le soutien absolu et sans équivoque du Mali au Serviteur des deux Saintes Mosquées, le Roi Salman Ibn Abdulaziz suite à la tentative des rebelles houttis du Yémen de lancer des missiles balistiques sur la ville sainte de la Mecque.
« La République du Mali a été surprise et profondément touchée par la tentative terroriste sans précédente dans l’histoire de souiller la ville sainte de la Mecque.
L’Islam, religion de paix, de tolérance et de solidarité ; religion universelle, ne saurait en aucun cas être détourné à des fins égoïstes ou au service d’un groupe quelconque. Cette action ignoble contre le berceau de l’Islam est, pour nous Maliens, intolérable. Toute atteinte aux Lieux saints de l’Islam est en effet une atteinte à tous les musulmans », a condamné le ministre DIOP pour qui le Mali est profondément attaché à la sacralité des Lieux saints de l’Islam, que sont Makkah Al Moukkarramah, Al-MadinahAl Mounawarahet Al-Quds Al-Sharif, ainsi qu’aux valeurs qui fondent la religion islamique.
Il a lancé un appel en faveur d’une plus grande solidarité entre les pays de la Oummah Islamique afin de combattre le terrorisme sous toutes ses formes. Il a enfin affirmé le soutien du Mali aux efforts de l’Envoyé Spécial du Secrétaire général des Nations pour le Yémen, M. Ismail Ould Cheikh Ahmed et l’application de la résolution 2216 du Conseil de Sécurité de l’ONU pour une paix durable au Yémen.
Au terme des discussions et des délibérations, les participants à la réunion ont convenu à l’unanimité de condamné dans les termes les plus énergiques la prise pour cible de la Makkah Al-Moukarramah par les milices houthies, les partisans de Salah et ceux qui les soutiennent et leur fournissent les armes, les roquettes et les missiles, ce qui constitue une atteinte à la sacralité des lieux saints au Royaume d’Arabie saoudite, une provocation aux sentiments des musulmans à travers le monde et la preuve de leur refus de se conformer à la volonté de la communauté internationale et de ses plier à ses résolutions.
Également, la résolution a décidé qu’une plainte soit déposée au nom de tous les pays membres de l’OCI auprès du Conseil de Sécurité des Nations Unies en vue d’engager les procédures internationales qui permettront de garantir la non-répétition de tels agressions.
Les États membres et non membres de l’OCI condamnent et stigmatisent vigoureusement cette agression qui vise à perturber la sécurité et la stabilité en terre sainte et à faire capoter tous les efforts déployés pour trouver une issue pacifique au conflit qui sévit au Yémen. La réunion exhorte tous les États membres de la communauté internationale à prendre des mesures sérieuses et efficaces pour éviter que de telles agressions ne se reproduisent ou ne se répètent à l’avenir

Par Mohamed D. DIAWARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *