Search
mardi 23 juillet 2019
  • :
  • :

Attaque du camp de Guiré: le Mali à nouveau endeuillé

Après l’attaque de Dioura, le 17 mars dernier, qui a fait plus d’une vingtaine de morts dans les rangs des FAMA, la nation malienne a été à nouveau endeuillée, ce week-end, suite à une attaque contre le camp de Guiré, dans le cercle de Nara. Vers 5 h du matin, des bandits armés à moto ont attaqué le camp de Guiré faisant 11 morts, selon des sources officielles.

Situé dans le cercle de Nara, à environ 405 kilomètres de Bamako, non loin de la frontière mauritanienne, le camp de Guiré a été attaqué tôt le dimanche matin par des terroristes lourdement armés venus de la forêt de Wagadou.

Selon certaines sources, les assaillants sont arrivés sur six motos et deux pick-up. À leur arrivée, ils ont tiré sur les sentinelles à l’aide de kalachnikovs, suivis de tirs nourris à l’arme lourde, des mortiers et des RPG7. Après avoir violemment pilonné le camp pendant 30 minutes à l’aide des roquettes, les soldats ont été contraints de se replier.

Le camp pillé

Après le retrait des militaires, les terroristes ont pillé le camp et emporté tout ce qu’ils peuvent amener et ont brûlé le reste avant de se replier aux environs de 07H, a indiqué une source locale.

Selon le maire de Guiré, Baye DIAKITE, le bilan provisoire de cette attaque est de 15 morts, plusieurs blessés graves à l’hôpital, dans la brousse ainsi que des portés disparus. Le maire a déploré le manque de médicaments à l’hôpital pour soigner les blessés. Il a indiqué que le seul hôpital équipé était celui du camp qui a été malheureusement brûlé par les assaillants.

D’autres sources annoncent 13 soldats tués, 08 blessés dont 05 graves, 06 autres portés disparus, 05 véhicules emportés, une quantité importante d’armes et de munitions emportée. Côté terroristes, l’on apprend que 2 assaillants ont été abattus.

Une autre source locale fait état de 16 véhicules militaires emportés et une dizaine brûlés, 18 Soldats morts dont le commandant du camp, le capitaine Bagayoko, 02 blessés graves évacués sur Bamako à bord d’un hélicoptère ; côté assaillants, beaucoup de morts emportés par les assaillants, indique-t-on.

L’attaque du camp de Guiré a été revendiquée par la coalition jihadiste Nusrat al-Islam Wal Muslimin (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans), dirigée par Iyad Ag Ghali. Ladite coalition avait également revendiqué l’attaque perpétrée dans la localité de Douenza contre les militaires maliennes. L’information a été rapportée par l’agence mauritanienne en ligne Al Akhbar, citant deux communiqués de cette organisation.

Le contraste

Selon l’agence mauritanienne généralement bien informée sur les activités des organisations djihadistes, dans notre pays, ces attaques ont fait plus d’une dizaine de morts parmi les militaires maliens, dont le commandant de la base de Guiré, près de la frontière mauritanienne.

Cette attaque meurtrière intervient à un moment où le Chef d’État-major général des armées (CEMGA), bouclait une tournée sur le terrain, du 16 au 19 avril. Ladite visite s’est déroulée dans les secteurs 4 et 5 de l’opération Dambé. Il s’agissait pour lui de s’enquérir de la situation opérationnelle, de constater de visu les conditions de vie et de travail des personnels placés sous sa responsabilité. Il était accompagné de certains chefs d’état-major et directeurs de services. Constater, voir, écouter, conseiller, instruire et des fois ordonner, tels ont été les principales actions sur le terrain au plus près de la troupe.

Ainsi, les emprises, les relations intra et inter, mais surtout la posture militaire dans un environnement pollué, ont constitué les thématiques majeures. Au cours de ce périple, le nouveau CEMGA a aussi et surtout démontré sa capacité communicative. Partout où il est passé, il a rendu visite aux populations à travers les leaders, les chefs et responsables traditionnels et coutumiers. De Ségou à Diougani et Diankabou, en passant par Sévaré, Badiangara, Bankass et Koro, le chef d’état-major des armées a confié ses troupes aux chefferies locales.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *