Autorités intérimaires-MOC-pré cantonnement: les dessous d’un blocage

4

Oter les germes des crises armées, c’est là le but ultime du processus DDR, qui doit permettre aux anciens combattants de redonner un sens à leur vie post-conflit. Les Maliens suivent le début de ce processus avec scepticisme, se souvenant que ce sont souvent les « reversés dans l’armée » qui ont de nouveau pris les armes contre le pays. La plupart veulent cependant espérer que cette fois-ci, le DDR sera la solution pour que les armes se taisent définitivement au nord, comme partout ailleurs au Mali. Voilà pourquoi le Gouvernement en commun accord avec les mouvements armés signataires avaient décidé, après des retards accusés dans la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation issu du processus d’Alger, de hâter le pas dans la mise en place des mécanismes opérationnels de coordination (MOC) de Kidal et de Gao ; des autorités intérimaires des régions de Tombouctou, Gao, Kidal, Taoudéni et Ménaka au plus tard le 15 novembre ; d’entamer le pré-cantonner des ex-combattants des mouvements signataires concomitamment à la mise en place du MOC.
Malgré cette volonté d’aller de l’avant dans l’application de l’Accord, le processus se trouve malheureusement grippé du fait de certains points de blocage. C’est du moins la révélation faite par le président de la Commission technique de sécurité (CTS), le Général de Division Michael Lollesgaard. Dans une déclaration en date du 20 novembre, le Commandant de la Force MINUSMA explique que ces blocages sont dus essentiellement, au retard accusé dans la mise en place des commissions DDR et Intégration ainsi que la désignation des sites de pré-cantonnement des combattants dans la région de Kidal qui nécessite une décision politique.

DÉCLARATION DU PRÉSIDENT DE LA COMMISSION TECHNIQUE DE SÉCURITÉ (CTS)

Suite au communiqué publié le 7 novembre par le Gouvernement, la Coordination et la Plateforme décidant :
• De mettre en œuvre les Mécanismes Opérationnels de Coordination (MOC) de Kidal et de Gao au plus tard le 15 novembre 2016 ;
• D’installer, les autorités intérimaires des régions de Tombouctou, Gao, Kidal, Taoudéni et Ménaka au plus tard le 15 novembre.
• De pré-cantonner des ex-combattants des mouvements signataires concomitamment à la mise en place du MOC.
• De Convoquer une réunion extraordinaire de la CTS qui sera élargie, exceptionnellement, à certains membres du Comité de suivi de l’Accord (CSA).
En application de ces dispositions, la CTS a tenu cinq (05) séances de travail, à partir du 8 novembre 2016, pour discuter des questions techniques liées au pré-cantonnement et à la mis a en œuvre du MOC et en définir les modalités pratiques.
Toutefois, je suis au regret de vous informer que ces cinq (05) séances de travail tenues en deux semaines, n’ont pas permis de finaliser le travail du fait de certains points de blocage. Il s’agit, essentiellement, du retard accusé dans la mise en place des commissions DDR et Intégration ainsi que la désignation des sites de pré-cantonnement dans la région de Kidal.
Cependant des progrès notables ont été atteint ;
(a) Les parties signataires se sont accordées sur l’établissement du bataillon de patrouille mixte à Kidal qui consistera en 600 combattants/soldats – 200 pour chaque partie signataire – et dont la tâche principale sera d’assurer la sécurité des autorités intérimaires.
(b) Le chronogramme de procédures a été adopté
(c) Le Gouvernement a décidé d’accorder un pécule et de fournir un capital décès pour les combattants non encore intégrés qui participeront aux patrouilles mixtes. Le CTS se félicite de cette importante décision du gouvernement
La CTS poursuivra ses travaux en attendant que les blocages soient levés, en particulier la désignation des sites de pré-cantonnement des combattants dans la région de Kidal qui nécessite une décision politique.
Afin de résoudre cette question, j’exhorte les représentants de la CMA et la Plateforme auprès de la CTS à consulter leurs leaders politiques afin de trouver une solution consensuelle qui permettra à la commission de finaliser ses travaux lors de sa prochaine réunion ce jeudi 24 novembre.

Général de Division Michael Lollesgaard
Commandant de la Force MINUSMA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *