Search
lundi 20 août 2018
  • :
  • :

Avancement du projet d’eau potable de Kabala: le ministre Malick Alhousseini se rassure

Le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Malick Alhousseini, et la directrice des opérations de la Banque mondiale, Mme Soukeyna Kane, sont allés faire lundi le constat de l’avancement des travaux du chantier de production d’eau potable de Kabala. Selon les constats faits sur le terrain, il ressort que les travaux connaissent un avancement de 70,39 pour un délai consommé de 68,9 %. La délégation ministérielle est aussi allée apprécier la desserte en eau potable au niveau des logements sociaux de Kati et des quartiers de Sananfara et Hérémakono (Kati).

Outre le ministre de l’Énergie et de l’eau et son hôte de la Banque mondiale, on y notait également la présence de M. Aly Diallo, directeur par intérim de la SOMAPEP. Constater l’état devancement des travaux de ce gigantesque chantier tant attendu par les populations de la capitale, tel était l’objectif essentiel de cette visite.
La visite a commencé par une réunion de staff du projet qui avait pour objectif d’expliquer le niveau d’avancement du projet à la délégation. Selon M. Mamadou SANGARE, le coordinateur du projet, les gros œuvres des murs de clôture sont achevés. Concernant la digue d’isolement des ouvrages dans le fleuve, la démobilisation des 360 ml de digue qui avait été interrompue par l’hivernage, sa réalisation se poursuivra à partir du mois de mars 2018. Pour la prise d’eau, poursuit M. SANGARE. Selon lui, le génie civil est exécuté à 100 %. Les tuyaux de liaison sont livrés et posés à 98 %. La station d’exhaure, le canal des liaisons, les fosses de pompage, la conduite des refoulements des eaux brutes sont des travaux qui sont fin prêts, a assuré M. SANGARE.
En résumé, le taux d’exécution physique du projet est de 70,39 pour un délai consommé de 68,9 %, a-t-il expliqué. M. Sangaré a rappelé que le projet de Kabala porte sur une réalisation en deux phases. La première concerne la réalisation d’une nouvelle station de production de 144 000 m3 d’eau potable par jour. La deuxième porte sur une autre station dont la capacité double la première.
Signalons que le projet de Kabala est financé à hauteur de 172 milliards de FCFA par la Banque mondiale, l’Agence française de développement, l’Union européenne, la Banque européenne de développement. Les travaux sont confiés à la Société malienne de patrimoine de l’eau potable (SOMAPEP-SA). Son Directeur général, par intérim M. Aly Diallo, a présenté le projet comme une initiative gigantesque, inédite dans la sous-région qui permettra de produire plus de 288 000 millions de litres d’eau par jour tout en boostant le taux d’accès à l’eau potable de 65 % à 85 % dans notre pays.
« Le projet consiste aussi à densifier le réseau jusqu’à hauteur de 1400 kilomètres tout en doublant le linéaire actuel du réseau d’eau potable. Cela aura pour finalité de ravitailler les populations des quartiers environnants de la ville de Bamako en quantité suffisante et en qualité d’eau potable », a-t-il expliqué.
Après Kabala, c’est par le site de construction des réservoirs d’eau de Baco-djicoroni Golf que le ministre Alhousseini et Soukeyna Kane ont continué cette visite d’inspection. Là également, l’on rassure que tout est fin prêt pour que ces deux réservoirs d’eau, dont la capité est de 10 000 m3 chacun puissent être livrés dans le délai. Le coordinateur du projet d’approvisionnement en eau potable de Kabala, Mamadou Sangaré, a expliqué à cet effet que la réalisation de ces infrastructures permettra d’alimenter toutes les communes de Bamako à l’horizon 2020.
La visite de la délégation a pris fin aux logements sociaux de Kati et des quartiers de Sananfara et Hérémakono de Kati. Le ministre a préconisé la réalisation de nouvelles stations de pompage dans la zone pour permettre aux populations des différents quartiers à s’approvisionner en eau potable sans casse-tête.
Le ministre Alhousseini et la délégation de la banque mondiale ont quitté le terrain rassurés. Au ministre de rappeler que ces visites d’inspection étaient normales pour mener à bon port le projet de Kabala et ses réalisations connexes.
« Cette visite qui n’est pas la première à Kabala et sur les chantiers a juste pour objectif de nous assurer de l’état d’avancement des travaux pour que nous puissions respecter le délai. Cela y va de notre crédibilité aux yeux des partenaires techniques et financiers.
Si nous prenons le projet de Kabala, il est très complexe, puisque financé à différents niveaux par plusieurs PTF. Il faut donc se rassurer que le travail soit bien fait, d’abord pour le soulagement des populations et pour la satisfaction des bailleurs », a-t-il dit. Au finish, le ministre Alhousseini s’est dit satisfait de l’ensemble de l’évolution des travaux, malgré quelques insuffisances. C’est pourquoi il a convoqué un comité de pilotage de projets avec tous les acteurs et les PTF le 20 de ce mois.
« Ce comité de pilotage nous permettra d’identifier certains problèmes et d’en trouver au plus vite des solutions idoines qui avanceront le projet. Une chose est sûre : nous sommes dans le temps et le projet finira en fin 2018. In challah », a-t-il rassuré.
Signalons que le taux d’encaissement financier de Kabala est 84,82 %

Par CHRISTELLE KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *