Search
samedi 4 avril 2020
  • :
  • :

Maintenant, ayons le nez creux

À l’opposite des réquisitoires pétulants et politiquement incorrects menés par la Coordination des mouvements armés (CMA), la circonscription électorale de Kidal ne devrait pas être en marge de la grand-messe électorale des législatives de mars prochain. C’est le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, Boubacar Alpha BAH qui l’a donné à entendre, lors d’une conférence de presse pour faire le point de l’état des préparatifs des élections législatives de mars prochain. Pour la participation de la CMA, il a fait savoir qu’elle est déjà dans le processus et qu’à la date d’aujourd’hui, la région de Kidal a enregistré le dépôt de 11 listes de candidatures.

Le crépitement du catalogue des desiderata des desperados de Kidal est ainsi interrompu. Assouplissement des raideurs, arrondissement des angles avec le pouvoir, chicanerie en berne, la noria est de bons augures. Un ‘’pas décisif’’’ du moins un nouveau ‘’pas décisif’’, après le retour remarqué des Forces de Défense et de Sécurité Reconstituées (FDS-R), est sur le point d’être franchi. Ce que la MINUSMA a qualifié d’une ‘’avancée majeure dans la mise en œuvre de l’Accord de paix’’. À la bonne heure !

Qu’est-ce qui a bien pu incurver la rénitence des syndicats en arme de Kidal pour une cabriole aussi fumante que fumeuse ? Avaient-ils la tête dans la boue ? Il faut apprécier le spectacle : ces acrobates ont d’incroyables réflexes. Mettre fin au dogmatisme, en tout cas le mettre entre parenthèses, c’est le desideratum de chaque Malien. Si une conversion aux vertus démocratiques de la CMA, les élections législatives peuvent se tenir à Kidal comme ailleurs où les conditions (sécurité, logistique, agents électoraux, administration) le permettront, l’on ne peut que dire deo gratias. Parce que, heurté à une ribambelle de problèmes en chaîne, le Mali ne pouvait espérer mieux.  Certes, l’incendie est fixé, mais il suffirait d’une bourrasque pour qu’il reparte de plus belle. Le piège mortel pour les autres parties serait de dormir sur ses deux oreilles. Parce qu’il faut craindre que le but de cette mue de la CMA soit moins de solutionner que de berner. Par-dessus, les responsables de la Coordination restent les maîtres du jeu. Et une pirouette d’aussi haut vol personne ou presque ne croit. Alors, alerte à tenir ses engagements.

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *