Search
mardi 18 décembre 2018
  • :
  • :

Aziz Wonder: à l’assaut de la scène internationale

Après une longue période d’éclipse de la scène musicale, le reggae man Aziz Wonder prépare son grand retour avec un album de 14 titres. Un véritable régal en perspective.

Il n’est plus à présenter puisqu’il est de ceux qui ont tenu haut le flambeau du reggae malien. Son morceau, qui a cartonné sur la planète musique ‘’Fen te i bolo, mogo te i la’’ (tu n’as rien, tu es seul) qui résonne encore dans les oreilles des mélomanes, a contribué à faire de ce self-made-man un monstre sacré de la musique malienne qui a embrassé le rythme reggae, intemporel et universel.

Selon le musicien que nous avons rencontré à notre Rédaction, la sortie nationale et internationale de son nouvel album est prévue pour 2019. Il s’agit, a-t-il révélé, d’une compilation de 14 titres exquis, dont des reprises de morceaux qui ont fait vibrer ses fans, à savoir : ‘’fen te i bolo, mogo te i la’’ ; ‘’tiama, tiama’’.

Le titre phare de l’album ‘’Yeo yiri Africa’’ (en Sénoufo), qui invite à l’éveil de conscience des Africains, interpelle nos élites à mettre leurs compétences au service du Continent pour son développement et pour lui permettre d’occuper sa place légitime dans un monde dirigé par l’économie.

Observateur attentif de l’actualité nationale et de l’évolution de la société, Aziz WONDER traite dans son nouvel album des thèmes ayant trait à la perte de repère ; les vertus du dialogue ; l’unité nationale… Au cours des échanges avec le reggae man, il a fait savoir que la division du Mali n’existe que dans certains esprits mesquins, dévoyés. Pour lui, l’unité nationale est possible et les Maliens en ont les moyens, à condition que chacun y mette du sien. En bon Rasta, il prêche la paix au Mali, l’amour du prochain.

Dans le nouvel album, dont il nous a proposé d’écouter des extraits, l’artiste musicien chante en 4 langues : français, en anglais, bambara et Sénoufo sa langue maternelle. Il y a donc là le viatique nécessaire pour aller à l’assaut de la scène internationale.

Il y allie les rythmes et les harmonies traditionnels, avec sa touche de modernité, symbole de l’ouverture à l’universel. En fait, le nouvel album s’annonce comme un savant dosage du moderne et du traditionnel.

Qu’était devenu Aziz WONDER durant toutes ces années d’absence des planches ? C’est la question qui taraude les esprits de tous les admirateurs de ce prodige de la musique.

D’un naturel très décontracté et prenant la vie toujours du bon côté, l’artiste répond avec enthousiasme : ‘’j’ai un vieux taxi que je conduis. C’est avec les recettes de mes courses que je me débrouille pour subvenir à mes besoins. Certains de mes passagers sont très surpris de découvrir que c’est Aziz WONDER qui les conduit au regard de ma renommée musicale. Mais de cela, je m’en accommode parfaitement, parce que pour moi il n’y a rien de plus noble que de vivre à la sueur de son front. Dans tous les cas, cela est préférable que de se retrouver dans des situations malsaines.

Là où j’ai un problème, c’est la vétusté de mon taxi qui n’a même pas les pièces au complet. Cela est très incommodant pour quelqu’un comme moi qui suis censé jouer un rôle d’éclaireur de conscience. C’est pourquoi je serais reconnaissant envers toutes les bonnes volontés qui contribueraient à me doter d’un outil de travail convenable’’.

De son vrai nom Tiékoura KONE, Aziz WONDER est incontestablement un grand artiste malien, africain et même mondial avec une quarantaine d’années de carrière. En se fiant au dicton selon lequel les vieilles marmites font les meilleures sauces, les mélomanes sont alors en droit de s’attendre à un cocktail détonnant de saveurs musicales, avec l’album annoncé pour 2019.

D’ores et déjà bienvenue à ‘’Yeo yiri Africa’’.

PAR BERTIN DAKOUO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *