Search
lundi 15 octobre 2018
  • :
  • :

Banconi-Zêkènèkorobougou: Aida M’Bo inaugure la rue « Moussa Ouattara »

La ministre de l’environnement, de l’assainissement et du développement durable, Mme Keïta Aïda M’BO, a présidé, samedi après-midi, la cérémonie officielle d’inauguration d’une rue pavée et assainie à Bancono-Zêkènèkorobougou. Baptisée rue «Moussa OUATTARA» dit «John», le pavage de cette rue est une initiative de l’Association, le Groupe d’initiatives et d’actions pour l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (GIA-OMD) en collaboration avec les populations riveraines. Longue de près de 610 m, ces travaux de pavage et d’assainissement ont coûté plus de 40 millions de F CFA.

La cérémonie de coupure du ruban symbolique a eu lieu sur la place publique jouxtant ladite rue en présence du ministre des Mines et du pétrole, le Pr Tiémoko SANGARE ; du représentant du maire de la Commune I ; du PNUD au Mali ; des députés élus en commune I, etc. Cette cérémonie a également enregistrée la présence des représentants des chefs de villages et les notabilités de Banconi, des services techniques ; de la société civile ; des femmes et des jeunes du quartier ; des membres de l’Association GIA/OMD, etc.
Dans son mot de bienvenue, le Coordinateur du GIA-OMD, Younoussa Tiramakan TRAORE, a souligné que cette rue a été baptisée «Moussa OUATTARA» dit «John», en hommage au combat de cet homme, membre fondateur de l’Association, arraché brutalement à l’affection des siens le 11 décembre 2010.
Selon lui, la réalisation dudit projet a été rendu possible grâce à la participation des partenaires et personnes de bonne volonté comme le PNUD, l’ancien premier ministre Moussa MARA, des députés et élus locaux de la commune I. Aussi, l’association des ressortissants de Banconi en France, les familles riveraines ont aussi apporté leurs pierres à l’édifice.
En effet, malgré les efforts des autorités communales et des acteurs locaux, force est de constaté avec M. TRAORE que le quartier de Banconi reste confronté à de nombreux défis en matière d’assainissement. Au nombre desquels, il a cité la présence quasi permanente des eaux usées et des déchets domestiques dans les rues due à un manque de système d’évacuation approprié.
Parmi les conséquences de cette insalubrité notoire, il y a l’apparition et la recrudescence de certaines maladies comme le paludisme, les maladies de la peau liées essentiellement à la présence de vecteurs de transmission comme des insectes et de petits rongeurs dont les moustiques et les rats.
Pour changer la donne, le GIA-OMD cherche à mobiliser le financement d’un nouveau projet intitulé «Projet d’appuis à l’amélioration du cadre de vie des populations, à travers une gestion concertée et durable des eaux usées artisanales, des POPS et des déchets solides».
Le coût de ce nouveau projet est estimé à 29 millions de FCFA. Il vise principalement à améliorer la collecte primaire des déchets solides dans le quartier et à développer le système d’évacuation des eaux usées et pluviales.
Le Coordinateur du GIA-OMD, Younoussa Tiramakan TRAORE,a profité de l’occasion pour lancer un appel à contribution pour boucler le financement de ce projet sachant sa structure dispose déjà de 7 millions de F CFA sur fonds propre.
Avant de couper le ruban symbolique, le ministre Keïta Aïda M’BO, a salué cette action salvatrice et encourageante pour l’assainissement du quartier Banconi-Zêkènèkorobougou. Selon elle, cette action citoyenne s’inscrit en droite ligne dans la Politique nationale d’assainissement de notre pays et constitue l’un des axes prioritaires de son département.
Notre pays, a dit le ministre, s’est engagé dans quelques axes prioritaires dont la préservation de l’environnement, l’amélioration du cadre de vie des populations, l’accès universel à l’eau potable et à l’assainissement. Cette volonté se traduit par des initiatives du gouvernement en appui aux autorités communales du district pour assainir la ville de Bamako. Il s’agit de l’évacuation de certains points noirs de Bamako par des citoyens volontaires, les PTF ou l’Etat, réalisées à Banankabougou, Yirimadio, Sotuba, au dépôt de transit de Lafiabougou, connu sous le nom de Kilimandjaro.
Malgré cette volonté politique affirmée et en dépit des efforts consentis par le gouvernement et nos partenaires techniques et financiers, le ministre constate que la question de l’assainissement demeure toujours une préoccupation aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain.
De l’avis de la ministre Keïta Aïda M’BO aucune action de salubrité ou d’assainissement ne peut s’apprécier dans l’efficacité et dans la durée sans l’implication affirmée de la population elle-même et des citoyens qui, a-t-elle déplorée, ont tendance à se soustraire souvent des activités quotidiennes d’entretien, de nettoyage et de salubrité. Toute chose qui faisait partie de nos habitudes et de nos pratiques d’antan, a indiqué la ministre.
Si ; dans un passé récent, on ne se réjouissait point dans certains milieux de Bamako d’évoquer le nom de ‘’Banconi’’ qui faisait partie de nombreux quartiers spontanés et insalubres de notre capitale ; aujourd’hui, ce cliché négatif est en passe d’appartenir au passé, dira Mme KEITA. Avant de terminer, elle s’est engagée à donner du matériel d’assainissement aux populations du quartier pour l’entretien de cette rue.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *