Search
vendredi 23 avril 2021
  • :
  • :

Bégaiement: débat sur les conséquences de ce handicap

Notre Pays, à l’instar du monde entier, a célébré la Journée internationale du bégaiement ce samedi 28 novembre 2020. La cérémonie officielle organisée par l’Association vaincre le bégaiement a eu lieu, au Centre international de conférence de Bamako en présence de Issiaka Coulibaly, représentant du ministre de la Santé et du développement social.

Plusieurs personnalités ont honoré de leur présence à ce rendez-vous. Il s’agit de Albert Kanouté, vice-président de la fédération malienne des personnes handicapées ; Soumaila Coulibaly, président de l’Association vaincre le bégaiement (AVB). L’événement était placé sous le haut parrainage de Mamadou Nama Keita, ancien directeur national des routes, mais qui a été représenté par Moussa Fodé Traoré compte tenu de son empêchement.
Le thème de l’édition 2020 était : « les conséquences du bégaiement sur la vie de personnes bègues ».
Dans son intervention, Soumaila Coulibaly, président de l’Association vaincre le bégaiement, a expliqué que le bégaiement considéré comme un trouble du langage, du rythme de la parole et la fluence et qui se manifeste sous beaucoup de formes et à des degrés différend. Selon M. Coulibaly, cette forme de parler, qui n’est pas comme les autres, suscite beaucoup d’interrogations, d’incompréhensions tant chez les personnes bègues elles-mêmes que pour les personnes normales, en général. Il a fait savoir que le bégaiement se caractérise par des répétitions involontaires, des prolongements de son ou des blocages souvent prolongés des mots et même des gestes. Pour le Président de l’AVB, ces apparences peu ordinaires inspirent des gènes et beaucoup d’autres affres sur la personne bègue.

Il a salué l’initiative de célébration de cette qui est non seulement, une occasion pour son organisation d’échanger avec les praticiens, mais aussi un rendez-vous de donner et de recevoir sur les nouvelles découvertes et avancées en matière de thérapie pour le bégaiement.
Le Président Soumaila Coulibaly a souligné que leur combat connait aujourd’hui, beaucoup d’avancées, mais aussi des contraintes.
Par ailleurs, il reste beaucoup à faire pour faciliter l’accès des personnes bègues aux services des orthophonistes, la création des unités de prises en charge du bégaiement dans les hôpitaux et CSRF. Il a sollicité les autorités nationales à former des orthophonistes. Parce que selon lui, le nombre d’orthophonistes présents aujourd’hui est très peu par rapport au nombre de patients.
Dans son intervention, Issiaka Coulibaly, représentant du ministre de la Santé et du développement social a rassuré les membres de l’association vaincre le bégaiement qu’un projet de loi a été adoptée en 2018 portant la prise en charge de toute personne handicapée dans notre Pays avant de procéder au lancement des travaux de la 23e édition de la journée mondiale du bégaiement.
Les témoignages sur les conséquences du bégaiement ont été faits par Moussa Camara, journaliste stagiaire et Pazo Koné, étudiant à la Faculté de médecine sur les conséquences du bégaiement. Ensuite, une présentation a été faite sur les conséquences du bégaiement sur la vie des personnes bègues.

Par SABA BALLO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *