Search
mardi 20 avril 2021
  • :
  • :

Bétisier

C’est le ministre de la Refondation de l’État qui soutient que la junte gagnerait à refonder rapidos pour limiter les casses qui blablate : ‘’nous savons tous l’état de délabrement dans lequel se trouve encore le pays, baignant dans une insécurité qui gagne du terrain, avec des populations laissées à elles-mêmes, à l’absence de la moindre autorité politique ou administrative’’.

Les gigotages des nouveaux oracles

Mille milliards de mille sabords ! Le remède est plus toxique que la toxine qui ronge le Bled. À défaut d’inverser le processus d’évolution du virus, ce factotum, dans scène surréaliste, s’emploie à instiller la mécanique de l’échec et de la capitulation. Le listing de nos malheurs est du pur foutage de gueule. D’ailleurs, la Cour est suffisamment informée ! Parce que ce sont les Bledards qui sont sur le terrain qui baignent dans l’insécurité, pas ceux qui réquisitionnent une petite armée pour faire le show et la frime à Bamako. Ce sont les Bledards qui manquent cruellement des services sociaux de base, pas ceux qui ont des attachés de cabinet et des chargés de mission qui anticipent sur leurs désirs à la douleur de ceux qui manquent de tout. Les autorités politiques et administratives ont déserté les zones ? Kakana ! Mais, quand il n’y a plus de plan, c’est le sauve-qui-peut non ? Ce que d’autres appellent pudiquement repli tactique, faute de réplique tactique. En voici de ces réquisitoires tapageurs et politiquement incorrects. Nous les Bledards, nous interdisons formellement à tout brailleur de s’arroger le droit d’une indignation par procuration, lorsque l’avenir est assiégé d’incertitudes, faire de ce qui cauchemarde les bledards un fonds de commerce. L’indigence le dispute à l’indécence chez les ouvriers de la 25e heure condamnés à des contorsions ridicules. En tout cas, pas de ‘’washing’’. Un solutionneur brailleur qui qui navigue entre plainte et complainte, ça donne une forte envie de dégurgiter. Pour info : ceux qui veulent se lamenter sur les galères du Bled où ça bouillotte vraiment, au lieu de les solutionner, qu’ils blindent leurs ciboulots, s’achètent des calottes et qu’ils aillent gigoter à Jérusalem. Là-bas, il y a un mur des Lamentations; mais pas ici.
‘’Nous avons un territoire en partie interdit, violenté, occupé, privé de tout service social de base, où règnent des semeurs de mort’’. Sapristi ! Les nouveaux oracles font du rabâching. 75% du territoire échappent au contrôle de l’Etat, les Bledards le savent et c’est pourquoi ils font une gestion rationnelle de leurs agendas de déplacements. Les Bledards savent qu’il y a des psychopathes qui crament les greniers et clamsent les personnes. Ils sont suffisamment informés.
Mais, ils ne pigent pas très bien ce que l’escouade fout à Bamako après le 18 août 2020. C’est le Président nigérian Muhammadu Buhari qui a déclaré en son temps qu’avec environ les deux tiers du Mali actuellement sous occupation des terroristes, « la priorité des militaires devrait être de sécuriser leur pays » plutôt que de conserver le pouvoir. Donc, en avant pour traquer les ‘’semeurs de mort’’ et surtout réinstaurer la liberté constitutionnelle de vadrouille sur toute l’étendue du bled national. Parce que des illuminés ne peuvent quand même pas venir nous imposer un confinement sécuritaire non-stop.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *