Search
mardi 1 décembre 2020
  • :
  • :

Bétisier

Entre un imposteur, avec sa clique d’affidés qui n’a rien perdu de son mordant qui ourdi et exécute un putsch en règle contre la Plateforme par une prétendue intronisation d’un porte-parole pour la Plateforme à Gao, lui qui avait pourtant été doublement recalé, autant au sein de la CMFPR et que la Plateforme, mais repêché par la Médiation sur la base d’arguments spécieux, et un Papy national dont le gâte-papier ou gratte-papier le fout une nouvelle fois dans la mélasse, par une étourderie persistante portant une confusion entre l’entête de la Présidence de la République et celui de la Primature, le panorama est effarant. Lisez votre BÊTISIER du jour.

Plateforme : un toxique déni de réalité

C’est l’histoire la plus dingue de cette fin d’année 2020 qui vient troubler le calme de la Plateforme des mouvements du 14 Juin 2014. On dirait même que ça devient du foutage de gueule absolu. Voici les faits abracadabrantesques rapportés la Plateforme dans son communiqué de ce 13 novembre : ‘’La Plateforme des Mouvements du 14 Juin 2014 a suivi avec stupéfaction ce qui a été appelé intronisation d’un porte-parole pour la Plateforme à Gao, le 12 Novembre 2020, par des acteurs du processus pour la plupart sous sanction onusienne. La Plateforme, étonnée qu’une telle dérive soit organisée au Gouvernorat de Gao, la considère comme un non-évènement. La Plateforme rappelle que Harouna lui-même a été révoqué par sa formation la CMFPR ainsi que la Plateforme en 2018 de sa double fonction de porte-parole et de Chef de la délégation de la Plateforme au CSA. La Médiation internationale, en son temps, n’a pas agréé cette décision de la Plateforme, sous prétexte que Harouna a apposé sa signature sur la L’Accord pour la paix signé le 15 mai 2015, à Bamako. La Plateforme compte sur le Chef de file de la Médiation internationale pour appliquer cette récente jurisprudence au bénéfice du secrétaire général Fahad Ag Almahmoud signataire de l’Accord’’.
La Plateforme des mouvements du 14 juin 2014 informe également : ‘’l’ancien porte-parole Harouna propose Haballa Ag HAMZATA qui a été exclu du GATIA par une lettre datant d’octobre 2019 transmise par le secrétaire général du GATIA Fahad Ag Almahmoud au président du CSA.
La Plateforme a fait savoir au chef de file de la Médiation internationale son opposition quant à la désignation par Harouna désormais ministre de la Fonction publique et porte-parole du Gouvernement de celui qui doit le remplacer au sein du CSA de même qu’elle s’oppose à la désignation par lui d’un chef de la délégation de la Plateforme au sein de cette structure. La Plateforme considère enfin l’investiture opérée comme nulle et de nul effet’’. Voilà un imposteur, avec sa clique d’affidés qui n’a rien perdu de son mordant et qui voue une animadversion à l’égard du Fahad Ag Almahmoud, Président de la Plateforme des Mouvements du 14 Juin 2014 d’Alger qui orchestre un putsch en règle. Grimpion devant l’Éternel, ce pitre dangereux a réussi à grimper sur le fauteuil de ministre de la Fonction publique, porte-parole du Gouvernement. L’écumeur de table sans égal dont la perversion idéologique a franchi les frontières, avait pourtant été doublement recalé, autant au sein de la CMFPR et que la Plateforme. Par des connivences et certainement des petites courtisaneries à deux balles, il a été repêché par la Médiation internationale, sous le prétexte spécieux qu’il est signataire de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali de Mai 2015. Point barre. Au diable la légitimité. Il faut être d’une bêtise crasse pour croire que des personnes s’emparent de ces sinistres fariboles et adhèrent sans ciller à un imaginaire aussi délirant que haineux. C’est le délire absolu, des âneries qu’on croyait reléguées dans le bazar des superstitions.
Maintenant que le jeu trouble de copain-copain entre la Médiation internationale et le porte-parole déchu de la Plateforme est étalé au grand jour, il va falloir sortir le grand jeu pour la jurisprudence. Fahad Ag Almahmoud est également signataire de l’Accord et à ce titre, il doit être maintenu à son poste, en vertu d’une jurisprudence taillée sur mesure de Harouna TOUREH. Mais, bon Fahad n’a pas besoin de la Médiation pour avoir un verni de légitimité. Après tout, la Plateforme des mouvements du 14 Juin 2014 considère comme un non-évènement ce qui a été appelé intronisation d’un porte-parole pour la Plateforme à Gao, le 12 Novembre 2020 ; nul et de nul effet.
Un internaute s’insurge : ‘’la Plateforme risquera d’être une propriété privée ou même héritée de Harouna Toureh de Hanoune Ould Ali, car toute cette manigance vient d’eux et même de la Médiation algérienne. Il est vraiment temps que Fahad Ag Almahmoud et Moulay Ahmed prennent des décisions fermes pour que cette mascarade prenne fin une fois pour toutes’’.
On dirait que les gens ne kiffent pas beaucoup ce mec de robe noir périclitant qui a troqué contre ses honoraires les per diem et autres prébendes.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *