Search
mercredi 14 avril 2021
  • :
  • :

Biens de l’Etat: l’INA a été vendu

Le ministre de la Culture, de l’artisanat et du tourisme, Kadiatou KONARE, répondant, hier jeudi, aux questions orales à elle adressées par Magma Gabriel KONATE a confirmé que l’Institut national des arts (INA) a été vendu entre 2019 et 2020.

Le ministre Kadiatou KONARE a été interpellé hier par Magma Gabriel KONATE devant le Conseil national de Transition (CNT). Au cours de cet exercice, les questions abordées avaient trait au développement du tourisme, de l’artisanat et de la culture, des secteurs qui ont pris des coups sérieux depuis quelques années. Mais la situation s’est aggravée avec la crise sanitaire de la Covid-19 qui a mis à mal de nombreux secteurs.
Dans ses éléments de réponse, le ministre KONARE a exposé son ambition, tout en rappelant des actions envisagées par son département pour donner une nouvelle impulsion à ces différents secteurs. Dans son planning, promet le ministre, aucune région ne sera négligée, car toutes les localités du Mali regorgent d’immenses atouts culturels et touristiques.
Par ailleurs, si le Mali est présenté comme un pays de grande culture, dans les faits, il y a un paradoxe palpable, soutient Magma Gabriel KONATE également président de la Commission art, culture du CNT. Il prend pour preuve les informations dont il disposait sur l’INA. En effet, selon ses recherches, ce joyau architectural a été vendu. Occasion ainsi pour lui de demander à la ministre d’infirmer ou de confirmer.
A cette interpellation, sans équivoque, le ministre Kadiatou KONARE a répondu : « oui, l’INA a été cédé au grand dam de tous les amoureux des arts et de la culture. C’est un joyau architectural, un lieu de mémoire ». Avant de faire savoir que cette opération a eu lieu entre 2019 et 2020. Le ministre demande néanmoins d’interroger ce que l’État malien fait avec ces biens immobiliers. « C’est cette politique de vente des immeubles, des biens de l’État qu’il faut vraiment interroger », recommande-t-elle.
Pendant la Transition, elle a exhorté les autorités à prendre les dispositions pour que tels actes cessent de se reproduire. « Nous, ce que nous pouvons faire, pour la période de la Transition qui est aussi une période qui va nous permettre de préparer les jours d’après, c’est d’assainir un peu la maison pour que ceux qui vont arriver puissent travailler en s’appuyant sur de véritables politiques de bonne gouvernance », a-t-elle fait savoir.
Il faut que la politique de la vente des biens de l’Etat s’arrête, a-t-elle affirmé. « Et s’il y a des dispositifs réglementaires à prendre, nous allons les prendre, parce que nos biens physiques font partie intégrante des patrimoines matériels et des patrimoines immatériels », a-t-elle rassuré.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *